Indemnité d'éviction : bail commercial et non-renouvellement

Décembre 2016
Le bailleur est en droit de refuser le renouvellement du bail commercial (Art. L145-14 Code du commerce). Mais il doit alors verser au locataire une indemnité d'éviction sauf s'il invoque un des motifs prévus par la loi.


En cas de litige sur le principe ou sur le montant de l'indemnité d'éviction, le bailleur bénéficie d'un délai de repentir. Il peut revenir sur sa décision et accorder le renouvellement dans un délai de quinze jours après que les tribunaux ont définitivement fixé le montant de l'indemnité d'éviction. Mais seulement à condition que le locataire occupe toujours les lieux et n'ait pas déjà loué un autre local.

Le refus de renouvellement avec indemnité d'éviction


L'indemnité d'éviction doit couvrir l'intégralité du préjudice causé par le défaut de renouvellement.

Évaluation de l'indemnité


L'ensemble du préjudice doit être pris en compte. Le bailleur ne peut proposer une somme forfaitaire. Le juge apprécie souverainement le montant de l'indemnité d'éviction.
L'indemnité doit notamment tenir compte :
  • De la valeur marchande du fonds de commerce
  • Des frais de déménagement et de réinstallation
  • Des frais et droits de mutation pour l'achat d'un nouveau fonds
  • Des indemnités de licenciement à verser par le locataire
  • De la perte d'une licence éventuelle (tabac, aloccol, etc.).

Règlement de l'indemnité d'éviction


Après le délai de repentir de quinze jours précisé ci-dessus, le paiement doit être effectué au locataire dans les trois mois à compter d'un commandement de paiement délivré par huissier.

Le locataire peut être maintenu dans les lieux jusqu'au paiement de l'indemnité d'éviction.

Le refus de renouvellement sans indemnité d'éviction


L'article L145-14 du Code de commerce prévoit deux cas permettant de ne pas verser d'indemnités d'éviction.

1. L'existence d'un motif grave et légitime


Il y a motif grave et légitime quand le locataire n'a pas rempli une de ses obligations après avoir été mis en demeure de le faire. De manière générale, le juge apprécie au cas par cas.

Il a par exemple été jugé que constitue un motif grave et légitime l'inexécution de réparations à la charge du locataire ou encore le défaut de paiement de plusieurs loyers.

Le bailleur peut se dispenser d'une mise en demeure si la situation n'est pas susceptible de régularisation ou si le locataire ne bénéficie plus du statut des baux commerciaux.

2. L'état insalubre et dangereux de l'immeuble


Le bailleur n'est pas tenu au paiement de l'indemnité s'il est établi :

  • que l'immeuble doit être totalement ou partiellement démoli comme étant en état d'insalubrité reconnue par l'autorité administrative
  • ou qu'il ne peut plus être occupé sans danger en raison de son état.

En cas de reconstruction de l'immeuble, le locataire a un droit de priorité pour la location de celui-ci dans la limite de l'ancienne superficie.

Le droit de reprise


Dans certains cas, le bailleur peut récupérer les locaux. Plusieurs cas de reprise sont possibles.
  • La reprise pour habiter les locaux d'habitation accessoires aux locaux commerciaux. Il n'y a alors pas d'indemnité d'éviction (Art. L145-22 du Code de commerce).
  • La reprise de locaux inutilisés en vue de les remettre sur le marché locatif (Art. L145-23).
  • La reprise pour des travaux impliquant l'évacuation des lieux. Une indemnité d'éviction est alors due (Art. L145-18).

A voir également :

Ce document intitulé « Indemnité d'éviction : bail commercial et non-renouvellement » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une