Justice des mineurs : définition et sanctions

Décembre 2016

En matière pénale, des règles particulières existent pour le traitement des mineurs délinquants. En raison de leur âge, des mesures judiciaires spécifiques leurs sont ainsi applicables.

Ces normes s'articulent autour de la mise en place de juridictions spécialisées. Elles sont principalement issues de l'ordonnance du 2 février 1945 relative à l'enfance délinquante, texte faisant régulièrement l'objet de réformes depuis sa création.


Juridictions pour mineurs

La compétence des tribunaux en matière de mineurs délinquants se répartissent entre plusieurs juridictions pénales spécialisées. On distingue ainsi :


Dans le cadre de leurs décisions, les magistrats sont assistés par la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse.

Tribunal pour enfant

Il se trouve au moins un tribunal pour enfants dans le ressort de chaque cour d'appel. Cette juridiction est composée d'un juge des enfants et de plusieurs assesseurs qui ne sont pas des magistrats professionnels mais des personnes qui se sont signalées par l'intérêt qu'elles portent aux questions de l'enfance ainsi que par leurs compétences en la matière. Le juge des enfants, quant à lui, préside le tribunal pour enfants. C'est un magistrat spécialisé. Il est notamment compétent pour prononcer des mesures d'assistance éducative.

La procédure devant le tribunal pour enfants est caractérisée par un souci de protection conférée au mineur jugé. Il en résulte notamment que :

  • les audiences ont lieu à huis-clos ;
  • le mineur doit obligatoirement être assisté d'un avocat ;
  • le nom du mineur n'apparaît pas dans le jugement publié.

Tribunal correctionnel pour mineurs

La loi du 10 août 2011 a instauré la création d'un tribunal correctionnel pour mineurs pour les récidivistes âgés de 16 à 18 ans lorsque le délit encouru est puni d'une peine égale ou supérieure à trois ans d'emprisonnement. Si le mineur remplit ces conditions, son affaire pourra être renvoyée devant ce tribunal.

Cette juridiction est présidée par un juge des enfants. Les appels formés contre les décisions du tribunal correctionnel pour mineurs sont portés devant la chambre spéciale des mineurs de la cour d'appel.

Cour d'assises des mineurs

Comme une cour d'assises ordinaire, la cour d'assises des mineurs est composée :

  • de magistrats professionnels avec un président et ses deux assesseurs, ces derniers étant désignés parmi les juges des enfants du ressort de la cour d'appel ;
  • d'un jury criminel de 9 jurés.

Les obligations tenant à la protection du mineur prévues au sein du tribunal pour enfant (audiences à huis-clos, assistance d'un avocat, etc.) sont applicables à la cour d'assises des mineurs.

Sanctions et peines pour mineurs

Du fait de son âge, un mineur condamné fait en principe l'objet de peines assouplies.

Durée des peines

L'assouplissement le plus notable réside dans la diminution de la durée de la peine privative de liberté encourue par les mineurs de plus de 13 ans : celle-ci ne peut pas être supérieure à la moitié de la peine normalement prévue pour l'infraction. Il en est de même concernant le prononcé d'une amende qui ne peut pas être supérieure à la moitié de l'amende encourue tout en ne pouvant pas excéder la somme de 7500 euros.

Cependant, le tribunal pour enfants ou la cour d'assises des mineurs peut décider de ne pas faire bénéficier le mineur de cette atténuation lorsque sa personnalité et les circonstances de l'espèce le justifient. Cette décision est également possible lorsque le mineur a commis en état de récidive légale :

  • un crime d'atteinte volontaire à la vie ou à l'intégrité physique ou psychique de la personne ;
  • un délit de violences volontaires, un délit d'agression sexuelle ou un délit commis avec la circonstance aggravante de violences.

Nature et exécution des peines

En cas de peine d'emprisonnement, celui-ci se déroule au sein d'un établissement pénitentiaire pour mineurs ou dans un quartier spécial d'un établissement pénitentiaire. A titre éducatif, diverses autres mesures peuvent être prononcées à l'encontre d'un mineur délinquant, parmi lesquelles figurent notamment le placement dans une institution ou un établissement, public ou privé, d'éducation ou de formation professionnelle habilité ou le placement dans un internat approprié aux mineurs délinquants d'âge scolaire.

Par ailleurs, en cas de contrôle judiciaire, de sursis avec mise à l'épreuve ou d'un placement à l'extérieur ou à la suite d'une libération conditionnelle, un mineur peut être placé dans un centre éducatif fermé. Ce centre est un établissement public au sein duquel les mineurs, aux termes de l'article 33 de l'ordonnance du 2 février 1945, « font l'objet des mesures de surveillance et de contrôle permettant d'assurer un suivi éducatif et pédagogique renforcé et adapté à leur personnalité ». Ce placement entraîne, en principe, la suppression des allocations familiales.

Encadrement militaire

La loi du 2011-1940 du 26 décembre 2011 a instauré un "service citoyen" effectué dans un cadre militaire pour les mineurs condamnés de plus de 16 ans. D'une durée comprise entre six et douze mois, cette mesure prend la forme d'un contrat de service en établissement public d'insertion de la défense. Cette décision peut être prise par un juge dans le cadre d'un sursis avec mise à l'épreuve, d'une composition pénale ou d'un ajournement de peine.

Le mineur reste cependant libre d'accepter ou non d'accomplir cette obligation. Avant le prononcé de la décision, il est ainsi informé par le président du tribunal de son droit de refuser l'accomplissement du contrat. En cas d'accord, le non-respect de cette obligation peut entraîner la révocation du sursis avec mise à l'épreuve et la mise à exécution de la peine d'emprisonnement.

La souscription par le jeune d'un contrat d'apprentissage, d'un contrat de qualification professionnelle ou d'autres contrats de même nature peut mettre fin de manière anticipée au contrat, à condition que la magistrat donne son accord.


A voir également :


Verluste bei Kapitaleinkünften geltend machen
Verluste bei Kapitaleinkünften geltend machen
Ce document intitulé « Justice des mineurs : définition et sanctions » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une