Acheter des obligations ? Les risques

Décembre 2016

Faut-il acheter des obligations pour placer son épargne ? Avantages et inconvénients de ce support d'investissement


Remboursement des obligations

A l'échéance, c'est-à-dire à la fin de sa durée de vie, l'obligation est remboursée au nominal. Une obligation qui a été émise à une valeur de 1 000 pour un intérêt de 2% sur dix ans sera donc remboursée 1 000 au terme des dix ans. L'épargnant retrouve donc le capital qu'il a investi au départ.

Revente

La vente d'une obligation avant son échéance peut se traduire par une plus-value ou une moins-value. Elle comporte donc un risque en capital.

En principe, la valeur d'une obligation augmente quand les taux du marché baissent et elle baisse quand les taux augmentent.

Ce phénomène est compréhensible. A son émission, le taux d'une obligation reflète les conditions du marché. Si plus tard, les conditions de marché se révèlent plus rémunérateurs, l'obligation devient moins attractive, et donc sa valeur baisse.

Exemple : une obligation d'une valeur de 100 est émise en année N au taux de 3% sur dix ans. Elle rapporte donc 3 € par an. En année N+3, les taux du marché augmentent pour atteindre 5%. Les épargnants n'achèteront cette obligation que si elle rapporte du 5%. Elle vaudra donc théoriquement 60 € puisque 60 x 5% = 3 €. Le même raisonnement s'applique en cas de baisse des taux du marché.

En résumé, le prix d'une obligation varie pour qu'elle procure le même rendement que celui du marché.

Risques

L'achat d'une obligation expose donc à deux types de risques.

Défaillance de l'émetteur

C'est le risque le plus grave : la défaillance de l'émetteur qui ne peut donc plus rembourser l'obligation à l'échéance.

Ce risque est très limité pour les obligations d'Etat, exceptions faites des pays en crise comme la Grèce ou le Portugal par exemple. Le taux traduit en fait le degré de confiance des investisseurs dans le pays concerné. Et donc le caractère spéculatif de l'obligation.

Exemple : en achetant des obligations d'Etat émises par l'Allemagne, l'épargnant ne prend quasiment aucun risque. Il encaissera donc un intérêt très faible puisque le remboursement de l'obligation est quasi certain. Le taux des obligations italiennes est plus élevé car le risque de "faillite" de l'Italie est jugé plus élevé par les investisseurs. Il est donc normal que ce risque soit rémunéré par un rendement plus élevé.

Le même schéma s'applique aux obligations émises par les grandes sociétés. Plus la société est solide, plus le risque de défaillance est faible, plus le taux d'intérêt est faible. Et vice versa.

Variation des taux d'intérêt

Le deuxième risque quand on achète une obligation est la variation des taux du marché. Certes, ce risque n'intervient que si l'on vend l'obligation avant son échéance (cf. ci-dessus).

Mais on ne peut jamais exclure une revente anticipée en cas de besoin de liquidités.

voir aussi Comment acheter des obligations


A voir également :

Ce document intitulé « Acheter des obligations ? Les risques » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une