Triche au bac - Les risques de sanction

Août 2017

Comme chaque année, les autorités ont prévu de sanctionner la triche lors des épreuves du baccalauréat. Les fraudeurs présumés feront ainsi l'objet d'une procédure disciplinaire pouvant aboutir à des sanctions prononcées à leur encontre.


Pendant l'examen

Anti-sêche, utilisation d'un téléphone... les moyens de tricher sont nombreux, mais très risqués.

Dès lors que le surveillant de salle s'aperçoit de la triche, il doit intervenir pour y mettre fin. Le candidat pourra en principe finir son épreuve, mais le surveillant rédigera ensuite un procès-verbal qui sera transmis au recteur. Il conservera les éventuelles pièces qu'il aura saisi au moment de la découverte de la fraude et qui pourront servir ensuite de preuve.

Recteur

Après avoir reçu le PV, il appartient au recteur d'engager les poursuites et de rassembler les éléments utiles. En fonction des faits, le recteur a le choix de décider de donner suite aux poursuites ou non.

S'il le fait, il saisit la « commission de discipline du baccalauréat » instituée dans chaque académie. Elle est composée de 7 personnes et placée sous la présidence d'un professeur des universités, président du jury du baccalauréat, désigné par le recteur.

Procédure disciplinaire

Le dossier doit être mis à la disposition du candidat poursuivi (et, le cas échéant, de son représentant légal ainsi qu'éventuellement de son conseil) avant la réunion de la commission. La convocation doit lui être adressée au moins 10 jours avant la date de la réunion. Elle doit obligatoirement mentionner les droits pour l'intéressé :

  • de présenter des observations écrites et orales
  • de se faire assister d'un conseil de son choix ou, le cas échéant, de se faire représenter par ce dernier.

Sanctions encourues

La (ou les) sanction prononcée à l'encontre du fraudeur dépend de la gravité des faits ainsi que de sa situation personnelle.

Deux types de sanction existent : les sanctions administratives et les sanctions pénales. Dans tous les cas, le candidat qui passerait devant la commission de discipline du baccalauréat risque les sanctions administratives suivantes :

  • le blâme avec inscription au livret scolaire,
  • la privation de toute mention au baccalauréat,
  • l'interdiction de subir tout examen conduisant à l'obtention du baccalauréat ou d'un titre ou diplôme délivré par un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de 5 ans,
  • l'interdiction de prendre toute inscription dans un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de 5 ans.

Si la fraude est reconnue, l'épreuve du candidat sera dans tous les cas annulée : il aura 0 (à ce sujet, voir 0 au bac : est-ce éliminatoire ?). La commission a également le pouvoir de prononcer la nullité de l'ensemble de l'examen du bac.

Si la faute est très grave (révélation d'un sujet, substitution d'identité...), des sanctions pénales sont également encourues. Elles peuvent atteindre 3 ans de prison et 9000 euros d'amende.

Voir également Comment contester une note à l'examen du bac.

Crédits photo : 123RF - Tyler Olson

A voir également


Publié par Matthieu-B.
Ce document intitulé « Triche au bac - Les risques de sanction » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une