Chèques-Vacances : exonération de cotisations sociales

Septembre 2016

Les chèques vacances peuvent être attribués aux salariés par l'entreprise ou par le comité d'entreprise. Les entreprises de moins de 50 salariés bénéficient d'une exonération de cotisations de sécurité sociale sous conditions et dans une certaine limite.


Entreprises de moins de 50 salariés


Dans les entreprises ayant un effectif inférieur à 50 salariés, dépourvues de comité d'entreprise et ne relevant pas d'un organisme paritaire de gestion, la participation de l'employeur au financement des chèques vacances est exonérée de cotisations de sécurité sociale et de la contribution FNAL mais demeure soumise à la CSG et à la CRDS et au versement transport, sous réserve du respect des conditions suivantes.

Participation patronale


Le montant de la participation et ses modalités d'attribution doivent faire l'objet d'un accord collectif (de branche, interentreprises ou d'entreprise) ou en l'absence de représentation syndicale d'une proposition du chef d'entreprise soumise à l'ensemble des salariés.

La contribution de l'employeur doit être plus élevée pour les salariés dont les rémunérations sont les plus faibles

Elle ne doit pas se substituer à un élément de rémunération versé dans l'entreprise ou prévu, pour l'avenir par des stipulations contractuelles, individuelles ou collectives.

Le montant de la part patronale doit être compris dans la limite :

  • d'un plafond individuel (entre 20 et 80 % de la valeur des chèques),
  • d'un plafond annuel global (dans la limite de la moitié du Smic mensuel en vigueur au 1er janvier de l'année en cours multiplié par le nombre total de salariés de l'entreprise).

Le non-respect de l'une de ces conditions entraîne l'assujettissement à cotisations de la participation de l'employeur au financement des chèques vacances dès le premier euro.

Lorsque toutes les conditions sont respectées, l'avantage résultant de la participation de l'employeur à l'acquisition des chèques vacances est exonéré des cotisations de sécurité sociale dans la limite de 30 % du Smic brut mensuel par an et par salarié.

En cas de dépassement de cette limite d'exonération seule la fraction de la participation patronale supérieure à cette limite est soumise à charges sociales (sous réserve que les conditions cumulatives précédentes soient remplies).

L'exonération porte sur les cotisations salariales et patronales d'assurance maladie maternité, vieillesse, allocations familiales et accidents du travail et FNAL.

La contribution au versement transport et les CSG et CRDS restent dues.

Dans le cas où les entreprises de moins de cinquante salariés sont pourvues d'un CE et/ou relèvent d'un organisme paritaire de gestion, les contributions patronales au financement des chèques vacances sont intégralement soumises à l'ensemble des cotisations et contributions de sécurité sociale.

Entreprises de 50 salariés et plus


Dans les entreprises ayant un effectif égal ou supérieur à 50 salariés, deux situations peuvent se présenter :

  • lorsque les chèques-vacances sont acquis par l'employeur avec le cas échéant une contribution du comité d'entreprise, la participation du comité d'entreprise et de l'employeur constituent un complément de rémunération légalement assujetti aux cotisations de sécurité sociale,
  • lorsque les chèques vacances sont intégralement acquis par le comité d'entreprise (sans participation de l'employeur), l'aide aux vacances qu'il attribue ainsi aux salariés de l'entreprise en fonction des critères qu'il détermine librement est totalement exonérée de cotisations et contributions sociales.

A voir également :

Ce document intitulé « Chèques-Vacances : exonération de cotisations sociales » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une