Surface utile : définition

Décembre 2016

Le Code de la construction et de l'habitation (art. R. 353-16) définit la surface utile comme étant égale à la surface habitable du logement à laquelle il faut ajouter la moitié de la surface des annexes suivantes :

  • les caves ;
  • les sous-sols ;
  • les remises ;
  • les ateliers ;
  • les séchoirs et celliers extérieurs au logement ;
  • les resserres ;
  • les combles et greniers aménageables ;
  • les balcons ;
  • les loggias ;
  • les vérandas ;
  • les parties de terrasse accessibles en étage ou aménagées sur ouvrage enterré ou à moitié enterré dans la limite de 9 m2.

En revanche, ne doivent pas être prises en compte dans ce calcul :

  • les surfaces mentionnées précédemment qui ne seraient pas réservées à l'usage exclusif de l'occupant du logement ou dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1 m 80 ;
  • les surfaces des jardins, cours et garages.

Voir aussi Surface hors oeuvre

Les conseils d'Eric Roig, directeur-fondateur de droit-finances.net


A voir également :

Ce document intitulé « Surface utile : définition » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une