Divorce : jouissance du domicile familial pendant la procédure

Décembre 2016

Quel époux occupe le domicile familial dans l'attente du jugement de divorce ? Le point sur les règles provisoirement applicables au logement familial pendant une procédure dont la durée est d'au minimum plusieurs mois.


Les conseils de droit-finances.net, avec Me Michel Godest, avocat à Paris


Procédure

Les règles applicables à l'attribution du logement pendant la procédure de divorce sont fixées par le juge aux affaires familiales pendant l'audience de tentative de conciliation. Ce sont des mesures provisoires en attente du jugement de divorce définitif.

Si les époux décident de vivre séparément pendant la durée de la procédure de divorce, c'est au juge qu'il appartient de statuer sur les modalités de résidence séparées des conjoints ainsi que sur l'éventuelle attribution à l'un d'entre eux de la jouissance du logement et du mobilier.

Les époux peuvent toutefois s'accorder sur les conditions de résidence de chacun d'entre-eux. Ils peuvent alors formaliser cet accord par le biais d'une lettre de départ du domicile conjugal.

Location

Deux cas doivent être distingués : celui où les époux sont propriétaires de leur appartement ou de leur maison, et celui où les époux ne sont que locataires. Dans cette seconde situation, lorsque le juge décide d'attribuer le logement à l'un des deux conjoints, il précise les modalités de prise en charge du loyer. Dans la plupart des cas, le juge décidera que la prise en charge du loyer incombera à l'époux qui occupe le logement. Mais ce n'est pas systématique.

Dans tous les cas, les règles décidées par le JAF ne sont pas opposables au propriétaire du logement et n'ont d'effet qu'entre époux. Chacun d'entre eux reste donc solidairement responsable du paiement des loyers et des charges. L'époux qui n'occupe plus le logement ne peut donc pas se soustraire à cette obligation si le conjoint resté dans les lieux ne paye plus son loyer. Pour en savoir plus, voir le sort du logement familial en location lors du divorce.

Les règles sont différentes lorsque les époux sont propriétaires de leur logement.

Indemnité d'occupation

Si l'appartement ou la maison appartient aux deux époux, le juge attribuera le plus souvent la jouissance du logement à l'un d'entre eux. Cette décision aura des conséquences pour l'autre conjoint puisque ce dernier devra déménager pour se reloger. Tout en occupant son nouveau logement, il restera propriétaire du domicile familial et ce jusqu'à la liquidation du régime matrimonial. Il se trouvera donc désavantagé. C'est pour cette raison que le juge peut décider de lui accorder en contrepartie une indemnité d'occupation versée par le conjoint demeurant dans le logement, cette indemnité n'étant toutefois pas systématique.

Calcul du montant

Le montant de l'indemnité d'occupation n'équivaut pas obligatoirement au montant d'un loyer. Ce calcul suit ses propres critères d'évaluation, liés notamment à la situation respective des époux.

Les époux peuvent fixer le montant de l'indemnité d'occupation au cours de l'audience de conciliation. Dans ce cas, le juge constate l'accord portant sur la fixation de ce montant.

Si les conjoints sont en désaccords sur le montant à verser, il appartiendra au juge de décider si la jouissance du domicile familial est accordée à titre gratuit ou à titre onéreux. Le paiement de l'éventuelle indemnité d'occupation ne se fera alors qu'au moment de la liquidation du régime matrimonial. Son montant sera fixé par le notaire lors de l'établissement des comptes. Il s'imputera sur le montant du prix de vente de l'immeuble ou sur le montant de la part de l'époux qui occupe le logement.

Occupation à titre gratuit

La jouissance du logement familial peut donc être accordée à titre onéreux, via le paiement d'une indemnité d'occupation au conjoint qui quitte le domicile. Mais une occupation à titre gratuit peut tout à fait être décidée. Dans ce cas, l'époux qui se maintient dans le logement pendant la procédure n'a pas à payer d'indemnité d'occupation.

Cette décision dépend avant tout de la situation respective des époux. Si l'un des conjoints se trouve en difficultés financières, le juge pourra y remédier en lui accordant la jouissance du domicile familial à titre gratuit. Cette décision sera motivée par le devoir de secours entre époux, prévu l'article 212 du Code civil, et qui reste toujours applicable même si la procédure de divorce est entamée. L'occupation à titre gratuit prendra fin lorsque le jugement de divorce devient définitif.

Cette occupation gratuite est assimilée à un avantage en nature et traitée fiscalement et civilement comme le versement d'une pension alimentaire.

L'occupant doit déclarer cet avantage selon la valeur locative du logement, au prorata de la quote-part de son ex-conjoint. Et ce dernier peut le déduire de son revenu imposable.


A voir également :

Ce document intitulé « Divorce : jouissance du domicile familial pendant la procédure » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une