Fausse déclaration et assurance

Août 2017

Faire une fausse déclaration quand on souscrit une assurance peut avoir d'importantes conséquences sur l'indemnisation d'un éventuel sinistre. Le point sur les risques encourus par l'auteur d'une fausse déclaration.


Face au coût que représente la prime d'assurance annuelle d'un contrat auto ou habitation, il peut parfois être tentant pour un assuré d'adresser une déclaration partiellement inexacte ou incomplète afin de réduire le montant de la cotisation à payer.
Exemples pour une assurance auto : ne pas mentionner une condamnation pour conduite avec un taux d'alcoolémie supérieur à la limite autorisée, affirmer que la voiture stationne la nuit dans un garage privatif alors qu'elle stationne sur la voie publique, etc.

Mais l'article L. 113-2 du Code des assurances est pourtant formel : "l'assuré doit répondre exactement aux questions posées par l'assureur". Puisque c'est sur la base de ses réponses qu'est évalué le risque et qu'est fixée la prime. Toute fausse déclaration de la part de l'assuré entraîne donc des conséquences importantes sur le plan juridique. Et ce aussi bien en ce qui concerne les contrats d'assurance automobile, d'assurance habitation ou d'assurance de prêt immobilier.


Mauvaise foi

Si l'assureur prouve que l'assuré a volontairement fait une fausse déclaration et que cette mauvaise foi ne lui a pas permis d'apprécier justement le risque, les tribunaux peuvent prononcer la nullité du contrat.

Dans ce cas, l'assureur conserve l'ensemble des primes déjà versées et peut demander le remboursement de toutes les indemnités réglées pour des sinistres antérieurs.

Bonne foi

Lorsque la preuve de la mauvaise foi de l'assuré n'est pas apportée, l'article L. 113-9 du Code des assurances s'applique.

  • Si l'inexactitude est constatée avant le sinistre, l'assureur peut résilier le contrat en restituant à son client la partie de la cotisation correspondant à la période où il ne l'assurera plus. Il peut aussi maintenir le contrat tout en augmentant le montant de la cotisation, à condition que l'assuré soit d'accord. A défaut, le contrat sera résilié.
  • Si l'inexactitude est constatée après le sinistre, l'assureur réduit le montant de l'indemnité en proportion de la cotisation payée et de celle qui aurait dû l'être si la proposition avait été correctement remplie ("réduction proportionnelle").

En assurance automobile, les victimes sont indemnisées, mais l'assureur peut demander aussi bien au conducteur responsable qu'au souscripteur non responsable de l'accident ce qui lui est dû par application de la réduction proportionnelle.

A voir également


Publié par ericRg.
Ce document intitulé « Fausse déclaration et assurance » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une