Les marques parlent aux lecteurs

Dépendance : faire face à la perte d’autonomie

Décembre 2016

La perte d’autonomie est un combat de tous les jours. Pour soi-même bien sûr mais aussi pour ses proches, aidants, qui assurent sur tous les fronts jusqu’à s’oublier parfois. Le point sur les aides avec Pho Kham S, expert prévoyance, de AG2R LA MONDIALE.

Dans un contexte de vieillissement de la population française, la prise en charge de la perte d’autonomie est un véritable challenge moral, social et financier. Et lorsque l’on sait que les revenus diminuent à la retraite, il est prudent d’anticiper en souscrivant une assurance dépendance pour, le cas échéant, faire face aux dépenses d’aménagement de son domicile, d’assistance quotidienne par exemple.
Ceci étant, la perte d’autonomie d’un proche a des impacts considérables sur l’entourage. Enclins à rester le plus longtemps possible à leur domicile, comme le plébiscitent 77 % d’entre eux, les aînés se font aider, dans 83 % des cas par un membre de leur famille. Cette relation d’entraide toute naturelle peut toutefois être synonyme de fatigue physique ou psychologique de la part de l’aidant qui assume souvent seul les soins, les tâches domestiques, les démarches administratives, sans oublier le soutien moral de la personne dépendante.

Vous faire aider pour continuer à aider

48 % des aidants déclarent avoir une maladie chronique, alors que se passerait-il si, en tant qu’aidant, vous aviez besoin de vous absenter, de vous faire hospitaliser par exemple ? Pour éviter de devoir trouver des solutions dans l’urgence, il peut être judicieux de souscrire un contrat de prévoyance spécifiquement dédié aux aidants comme celui proposé par AG2R LA MONDIALE, intitulé Aide aux aidants, qui vous permet de déclencher une assistance immédiate en cas d’incapacité à venir en aide à un proche dépendant.
Les prestations peuvent consister en un accompagnement pour vos démarches administratives, la venue d’une aide-ménagère pour les repas et le ménage, l’assistance d’une auxiliaire de vie pour les toilettes, les travaux ménagers quotidiens. Il peut aussi s’agir de faire intervenir une personne de compagnie, pour une surveillance ou maintenir un lien social primordial.

Dans certains cas, pour vous éviter un surmenage, il peut être envisagé le recours à un accueil de jour ou un hébergement temporaire de la personne dont vous vous occupez. Les centres locaux d’information et de coordination gérontologique (CLIC) vous aideront à trouver la structure la plus proche et les caisses de retraite peuvent aussi vous prodiguer de précieux conseils voire débloquer des aides financières exceptionnelles.

Enfin, il ne faut pas négliger le pouvoir d’entraide des associations et des autres aidants. À ce titre, vous trouverez sur le site aidonslesnotres.fr par AG2R LA MONDIALE une mine d’informations et de conseils et vous pourrez rejoindre une grande et solidaire communauté d’échanges.

Pour en savoir plus ou prendre contact avec un conseiller, rendez-vous sur ag2rlamondiale.fr

Le saviez-vous ?
En France, on recense plus 4,3 millions d’aidants
Leur âge moyen est de 52 ans
47 % exercent une activité professionnelle
62 % sont des femmes.

© Véronique Pecheux

Ce document intitulé « Dépendance : faire face à la perte d’autonomie » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une