Les marques parlent aux lecteurs

Choisir sa complémentarité santé : Les experts AG2R LA MONDIALE répondent à vos questions

Septembre 2016

Avec la mise en place du contrat responsable et du contrat d’accès aux soins, les conditions de remboursement de l’assurance maladie et des complémentaires santé évoluent. L’occasion pour Thibaud B., expert AG2R LA MONDIALE, de répondre à vos questions sur le sujet.

1/ La mutuelle obligatoire à mon travail ne me convient pas (soins dentaires et optiques mal remboursés), que puis-je faire ?

Pour couvrir ces postes, vous pouvez souscrire une surcomplémentaire. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès de la mutuelle ou assurance qui assure la base ANI de votre entreprise, car les démarches administratives seront simplifiées : vous bénéficierez du tiers payant et de la télétransmission des dossiers à chaque étape (de la Sécurité sociale à la mutuelle, de la mutuelle à la surcomplémentaire). Si son offre ne vous convient pas, vous pouvez alors opter pour un autre prestataire. Dans ce cas, gardez à l’esprit que vous devrez de vous-mêmes transmettre les dossiers à la surcomplémentaire, ce qui allongera sans doute les délais de règlement.

2/ Pourquoi les seniors payent-ils si cher leur mutuelle ? Comment réduire le coût ? Y a-t-il une limite d’âge ?

Après 60 ans, les statistiques relèvent une hausse de la consommation des soins de santé, et en particulier des hospitalisations qui sont les postes les plus onéreux. Et de fait, la tarification des mutuelles suit la courbe de l’âge. Pour y remédier, l’État met en place à horizon 2017 une labellisation d’offres seniors aux garanties spécialement adaptées. D’ici là, pour réduire les coûts, nous vous conseillons de faire le point sur vos garanties et de privilégier vos besoins essentiels. Si la couverture des frais d’hospitalisation doit rester une priorité, interrogez-vous sur la nécessité d’une chambre individuelle. Parce qu’après 75 ans, la vue et les soins dentaires évoluent assez peu, peut-être pouvez-vous faire des économies en optant pour une garantie non responsable, sans optique et sans dentaire. Il vous suffira pour ces deux postes de vous auto-assurer, c’est-à-dire de régler par vous-même les dépenses occasionnelles. Nous vous recommandons de vous rapprocher d’un professionnel pour étudier les différentes possibilités.
Enfin, concernant la limite d’âge, il n’y a pas de règles. Il faut vous renseigner auprès de chaque prestataire envisagé.

3/ À la retraite, faut-il forcément changer de mutuelle ?

Pas obligatoirement. La mutuelle ou l’assureur qui vous couvrait pendant votre période d’activité se doit de vous faire une proposition de prestations équivalentes. Toutefois, vous le constaterez, les différences de tarif entre un contrat collectif et un individuel sont importantes. Une loi encadrera prochainement cette hausse tarifaire, la lissant sur trois ans. En attendant, le passage à la retraite est l’occasion de réfléchir à vos besoins en matière de couverture santé et de procéder à une étude comparative.

4/ Qu’est-ce que le contrat d’accès aux soins ? Comment savoir si un médecin l’a signé.

Le Contrat d’Accès aux Soins (CAS) est un contrat signé entre la Sécurité sociale et les médecins spécialistes et généralistes, radiologues, anesthésistes et chirurgiens qui pratiquent des dépassements d’honoraires. Pendant 3 ans, le médecin s’engage à maintenir son tarif et à prendre en charge une partie de sa clientèle sans dépassement d’honoraire. Grâce à des tarifs plus proches de la base « Sécurité sociale », le patient est mieux remboursé, et par l’assurance maladie et par sa mutuelle. En 2017, le CAS sera étendu à d’autres professions médicales.
Pour savoir si un praticien a adhéré ou non, vous pouvez faire une recherche sur annuairesante.ameli.fr.

©CHARTÉE AG2R LA MONDIALE Ce document intitulé « Choisir sa complémentarité santé : Les experts AG2R LA MONDIALE répondent à vos questions » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une