Posez votre question Signaler

Professeur heures payées dans l'année [Résolu/Fermé]

sab21 - Dernière réponse le 6 juin 2010 à 10:02
Bonjour,
Je suis professeur des écoles à temps partiel (85 %) et j'aimerais savoir comment calculer mon nombre d'heures payées dans l'année (déclaration des revenus > prime pour l'emploi).
Lire la suite 
Réponse
+19
moins plus
Bonjour,

Je suis moi aussi à la recherche du nombre d'heures travaillées par mois pour ma déclaration d'impôt.
Je suis tombée sur cette lettre d'un autre site de blog. je n'ai pas encore trouvé ce décret, mais c'est une piste à explorer. Je ne me vois pas déclarer une durée de travail hebdomadaire de 35 heures juste parce que déclarer plus est hors la loi !

Anna

Copié collé de la lettre touvée :

Actuellement, le temps de travail d’un enseignant de collège ou de lycée est de 18 heures par semaine. C’est, pour les professeurs certifiés, le seul élément fixe et clair relatif au temps de travail qui leur est demandé. Il a été fixé par un décret datant de 1950. Rendez-vous compte !
Ce qui détermine ce qu’un enseignant doit à la nation date de 56 ans. Il est vraiment temps de se pencher sur un problème aussi lourd de conséquences.
18 heures par semaines ! Quel salarié ne voudrait pas travailler aussi peu pour d’aussi bons salaires ? Comment le législateur a-t-il pu créer en 1950 un statut aussi avantageux ?

Il faut peut-être y regarder de plus près. En fait, ce temps a été conçu en prévoyant qu’un enseignant travaille 1,5 heures chez lui pour une heure devant élève afin de préparer ses cours, évaluer les élèves et actualiser ses connaissances dans sa discipline. Cela fait 18 fois 2,5 heures (1 devant les élèves et 1,5 à la maison), soit 45 heures hebdomadaires.
En effet, le temps de travail légal de l’époque s’il était légalement de 40 heures par semaine, était en réalité d’environ 42 h par semaine, sur 50 semaines.
Mais que s’est-il passé depuis pour les enseignants ? Rien ! Alors que pour les autres salariés, il y a eu la troisième semaine de congés payés en 1956, puis une quatrième en 1969. Les 40 heures réelles ont été atteintes au début des années 70 (alors qu’elles étaient un droit depuis 1936). Mais ça n’est pas fini : il y a eu les 39 heures et la cinquième semaine de congés payés en 1982, puis les 35 heures en 2000. En somme le temps de travail hebdomadaire pour les salariés a baissé de 25 %. Mais les enseignants doivent toujours le même service.
C’est au moins un enseignant qui écrit cela vous dîtes-vous, en lecteur éclairé ! Certes je l’avoue, je fais partie de ces privilégiés... car comment peut-on parler de temps de travail sans parler des vacances ?
Eh bien justement, le législateur a tout prévu et cela de deux façons :
D’abord : 45 heures dues quand les autres devaient 42, ça c’est pour les petites vacances (Toussaint, Noël...). Car les vacances, c’est pour que les élèves se reposent. Donc notre temps de travail était annualisé.
Mais, et les deux mois d’été alors ?
Là, c’est un tout petit peu plus compliqué. Certains enseignants ne le savent même pas, d’ailleurs. Cela se situe au niveau de la grille des salaires. Notre grille a été, elle aussi, fixée en 1950, au même niveau que les autres cadres de la fonction publique recrutés par concours au niveau bac + 3. Mais à cette grille, il nous a été retiré deux mois de salaire, puis le résultat a été divisé par 12.(Par exemple, si un inspecteur des impôts est payé 2000 € par mois il recevra 12x2000=24 000€ par an, alors que pour la même qualification, un enseignant recevra 10x2000=20000€ par an ; Cette somme, ensuite divisée par 12, donne 1667 € par mois).
Eh oui, chers lecteurs, les enseignants ne sont pas payés pendant les grandes vacances...
Oui bon d’accord, peut-être que nous ne sommes pas si privilégiés que cela concernant le temps de travail. Mais côté salaire, quand même, nous ne sommes pas à plaindre !
Eh bien soit, comparons :
Nous sommes nettement en dessous de la moyenne des cadres du privé comme du public (qu’on nous prouve le contraire). Mais, à mes yeux, l’exemple le plus frappant de la dégradation de la valeur que la nation accorde à ceux qui éduquent ses enfants est le suivant. Le salaire de départ d’un enseignant en 1970 était 2 fois supérieur au SMIC.Aujourd’hui, il n’est plus que 1,2 fois plus élevé.
Autrement dit, si, comme le PS l’a écrit dans son projet, le SMIC augmente de 25 % au cours des cinq ans à venir (et l’UMP l’a augmenté au même rythme annuel dès cette année), un enseignant débutant gagnera moins que le SMIC.
Faudra-t-il en arriver là pour que la société se rende compte de la dégradation de notre situation ?
Alors oui le décret de 1950 est vieux ! Il est vraiment temps de le toiletter comme le disent nos gouvernants ! Mais pas forcément dans le sens qu’on imagine...
Est-ce en faisant en sorte que devions travailler plus pour gagner autant et perdre régulièrement du pouvoir d’achat, comme veut le faire M. de Robien ? »

Laurent TARILLON, enseignant de sciences économiques et sociales à Grenoble.
PS : Ce texte est libre de droits. Vous pouvez le faire circuler autant que vous le voulez.

Caro 63- 25 mai 2009 à 16:47
Oui, d'accord et que devrait dire un professeur des écoles qui travaille plus de 25 heures et qui ne touche rien pour les heures de réunions !?!
katia- 5 juin 2010 à 22:11
Bonjour. Savez-vous où je peux trouver le texte de loi indiquant que les professeurs ne sont pas payés pendant les deux mois de vacances ? merci.
Réponse
+9
moins plus
J'avais posé la question au SNUipp national l'année dernière. On doit se baser sur la durée légale du travail qui est de 1607 h en France. Le calcul était :
J'applique le coefficient de 0.85 dans ton cas : 1607x0.85=1367 à renseigner dans la déclararion d'impôts pour la prime pour l'emploi (que je n'avais pas eu d'ailleurs, en tant qu'enseignant on dépasse le plafond)

Bon courage,
Thomas

erinshore- 30 mai 2008 à 21:14
Merci beaucoup pour cette aide précieuse
Réponse
+7
moins plus
Le problème est de savoir quelle est la durée "officielle" de travail hebdomadaire d'un professeur des écoles (les fiches de payes n'indiquant que + 120 h pour le mois)
Merci à celui ou celle qui nous éclairera de ses lumières...

Réponse
+7
moins plus
Desolée, j'ai oublié dire que le calcul que j'ai indiqué donne les heures travaillées pendant un mois ok? comme ça si le nombre d'heures a changé à cause de contrats différents c'est beaucoup plus facile à calculer.Voilà...

152 x (heures travaillées par semaine) / (par 18 heures) = heures travaillés par mois

Réponse
+5
moins plus
le calcul des nbre dheures travaillées ce fait sur la base pour l'instant du temps de travail légale 35h il y a 52 semaine dans l'annéee et 12 mois 35*52/12=151.67/mois

pour 85% du temps m le prof vous faites85% de 35 = 28*52/12 =121.33

Réponse
+5
moins plus
je me suis renseigné aux impots, je travaille a mi temps, il faut declarer (35h/2 )* 52 sem = 910 heures

Réponse
+4
moins plus
t'as raison pyramide
les profs ne t'arrivent pas à la cheville, tu es bien plus fort qu'eux
t'as d'ailleurs du élever tes enfants dans ce culte de la personnalité... fais gaffe, ça ne finit jamais très bien.

ah! si seulement les profs actuels étaient aussi fort que ceux des années 60 : 25% d'une classe d'âge obtenaient le bac....ou bien les profs des années 30: 10 ou 15 % d'une classe d'âge avaient leur certif'

ah mais, ils ne faisaient pas de fautes eux....

oui, et alors?
comment se fait il qu'avec de tels profs, plus de trois quart des élèves n'étaient même pas capable d'obtenir leur certif??

Réponse
+3
moins plus
J'ai également appelé les impôts, un temps plein correspond à 1820 h,iil n'y a plus qu'à faire la règle de 3 pour obtenir le temps de travail.

chacal- 30 juin 2009 à 12:22
On voit que les Impots on une seule même réponse pour ne nombre d'heures à déclarer en temps partiel.
Réponse
+3
moins plus
bonsoir aux représentants du corps enseignant!

je voulais simplement préciser quelques petites choses avant de réponse à la question du post.

premièrement je sais qu'un prof se pose toujours beaucoup de questions et se torture l'esprit quelque fois plus que de raison - j'en vois quasiment tous les jours! c'est un fait pas un reproche.

ensuite, je souhaite préciser que moi aussi je suis fonctionnaire. je suis payée sur un temps plein. un temps plein aux yeux des impots, c'est 1820 heures. je suis à 100% soit 151,66heures par mois congés inclus

pour finir, plutot que de se casser la tete à trouver un nombre d'heures pour le corps professoral, il faudrait mieux profiter du beau temps, car ce n'est pas la peine de vouloir trouver un nb d'heures pour une Prime pour l'emploi eventuelle à partir du moment où la 1ere condition d'obtention de cette prime n'est pas remplie.

il faut regarder en tout premier, le revenu fiscal de référence (vous trouverez les textes, plafonds et calcul des heures avec tableau de correspondance via ce lien : http://doc.impots.gouv.fr/aida/brochures_ir2009/ud_019.html#dgibro.ir2009.ud19.112.1
en réponse à sab21, tu travailles à 85% mais sur combien de mois? es tu en début d'activité? dans la négative, c'est sur 12 mois, donc 1547 heures (c'est une regle de 3)

voilà
ps : et je voulais ajouter que je leur souhaite bien du courage dans leur métier paské j'éméré pô avoir à corri g leur kopi trufé 2 fote dortograf

pèrenoël- 7 nov. 2009 à 17:06
35 heures, ce n'est pas 35 heures par semaine de travail. 35 heures, c'est une référence de 35 heures sur une référence de 47 semaines, ce qui fait 1645 heures.

Un certifié fait 18 heures. Si on prent le taux généralement mis en avant de 2,5 et que l'on multiplie le tout par 36 semaines de cours, on arrive à peu près à un résultat équivalent aux 35 heures.

Il est clair que ce taux de 2,5 est contesté, notamment par le monde extérieur à l'éducation nationale. Mais ce taux peut aussi être contesté de l'intérieur. Un exemple : on ne fera croite à personne qu'un enseignant en arts plastiques au collège a autant de préparations et corrections que son collègue d'économie au lycée.
Ceux qui s'en tirent le moins bien sont les enseignants du primaire qui ont un boulot de plus en plus compliqué pour une base hebdomadaire (présence devant élève) beaucoup plus importante.
Ceux qui s'en tirent le mieux sont les agrégés (en lycée et collège) qui à 15 heures X 2,5 X 36 sont incontestablement en dessous des 35 heures. Et pour eux, le taux de 2,5 est contestable : après tout, s'ils gagnent plus, c'est qu'ils sont meilleurs, donc ils bossent plus vite. Ou alors, s'ils ne sont pas meilleurs et qu'ils font le même boulot, pourquoi sont-ils payés plus (du temps partiel payé plus que du temps plein...)
alips- 16 févr. 2010 à 12:57
J’ai beau réfléchir : je ne m’explique toujours pas la différence de salaire entre professeurs du primaire et les professeurs des collèges. Le corps auquel j’appartiens (celui des professeurs des écoles) est très défavorisé par rapport à son homologue du collège (juste homologue pour le mot parce que pour le reste … C’en est presque scandaleux). Je vous rappelle que les professeurs des écoles ou des collèges ont une licence (nous avons le même niveau : BAC + 3)!!! La grille de salaire est la même mais nous ne bénéficions pas du même traitement !!!! Pourquoi ?

Voilà ce qui motive mon propos :

PAR RAPPORT A L’ARGENT

Nous devons (cela va de soi) participer à toutes sortes de réunion : conseil des écoles, conseil des maîtres, conseil de cycle, entretiens avec les parents et enfin équipes éducatives : en tout 108 heures (j’allais oublier de préciser que toutes ces réunions ne sont pas payées). Il est vrai que, parfois, les équipes éducatives se déroulent sur le temps scolaire (parce que l’orthophoniste ou la psychologue… ne peuvent pas faire autrement). Lors de ces réunions, nous n’intervenons pas de manière passive mais de manière active : nous sommes censé(e)s connaître l’élève sur le bout des doigts (il faut ajouter que nous avons en moyenne 25 élèves par classe et que nous devons connaître les « points forts » et les « ponts faibles » de chaque élève). Pour les professeurs des collèges, ce n’est pas la peine : ils ont trop d’élèves. Certaines heures de réunion sont payées en plus pour les professeurs des collèges !!!!

« Les possibilités sont peu nombreuses dans le premier degré, où les heures supplémentaires n’existent pas. Les enseignants doivent effectuer 27 heures par semaine, dont une est officiellement consacrée aux conférences pédagogiques (conseil d’école, conseil des maîtres, réunions avec l’inspecteur...).Un enseignant effectue un service supplémentaire quand le nombre d’heures qu’il totalise dans une semaine est supérieur à celui dont sont redevables les enseignants de son grade. Lorsque ce dépassement est exceptionnel (remplacement d’un collègue...), le fonctionnaire effectue une suppléance. »

Je pourrai ajouter que ces professeurs des collèges peuvent donner des cours plus facilement que nous (on recherche souvent des profs de math, des organismes tels que PROFADOM adorent les professeurs d’EPS qui sont d’ailleurs bien lotis : pas de correction donc recherche de cours ailleurs…) alors que nous non. Il est vrai que nous pouvons faires les études le soir mais ces dernières sont en moyenne bien moins gratifiantes et surtout moins nombreuses !!!!

Selon une enquête du CEPREMAP :
« La logique du marché matrimonial conduit également à des différences de niveau de vie entre enseignants du primaire (les plus féminisés) et du secondaire (un peu moins féminisés) plus faibles que les différences de rémunération individuelle entre ces deux groupes d’enseignants. En 2005, selon les fichiers de paye de la fonction publique, un enseignant du secondaire gagne en moyenne près de 28% de plus qu’un enseignant du primaire »

Communiqué du SNUIPP
Quand Xavier Darcos « communique » sur la revalorisation du métier d’enseignant, les enseignants du premier degré sont amers car ils sont oubliés.

Si avec la création du corps de PE en 1990, l’ambition de l’unification des carrières des enseignants (premier et second degré) était affichée, où en est-on dix-huit ans après ? En matière de salaires le rapport Pochard (mars2008) pointe une première inégalité : la rémunération globale moyenne des enseignants du premier degré s’élève à 1 900 € contre 2 700€ dans le second degré. Les rémunérations accessoires (heures supplémentaires et indemnités) bénéficient plus aux enseignants du second degré qu’aux enseignants du premier degré (de 10 à 15% du traitement pour les premiers contre 5 % pour les seconds).
Le « travailler plus pour gagner plus » trouve son illustration dans la rémunération des stages de remise à niveau durant les vacances. La différence de rémunération entre les corps, pour le même travail, est injuste : 23,90 € pour un professeur des écoles (certifié ou pas) , et 36,77€ pour un certifié.

Voilà pour ces chers homologues du secondaire (sont en particulier concernées dans le second degré :
Les heures supplémentaires annuelles (H.S.A.)
Une heure supplémentaire hebdomadaire (payée en Heure Supplémentaire Année) : les professeurs des écoles ne peuvent pas en faire bien sûr.
Cette heure supplémentaire-année n'est pas nécessairement la 19ème heure mais bien celle qui est imposée une fois que toutes les minorations de service ont été calculées.
Les H.S.A. sont attribuées pour la totalité de l'année scolaire (36 semaines de cours). Elles correspondent à la réalisation d'une heure supplémentaire par semaine, soit au plus 36 heures supplémentaires dans l'année.
Rémunération de la première H.S.A. : le taux de la première heure supplémentaire annuelle est majoré de 20% par rapport aux suivantes. Ce taux s'établira désormais à :
1 274 €/an pour un certifié de classe normale, soit 35,4 € par heure supplémentaire ;
1 822 €/an pour un agrégé de classe normale, soit 50,6 € par heure supplémentaire.
Rémunération des H.S.A. suivantes
1 062 €/an pour un certifié de classe normale, soit 29,5 € par heure supplémentaire ;
1 519 €/an pour un agrégé de classe normale, soit 42,2 € par heure supplémentaire.
Les heures supplémentaires effectives (H.S.E.)
Par ailleurs, à compter de l'année scolaire 2008-2009, une prime supplémentaire de 500 € sera versée aux enseignants du second degré réalisant au moins 3 heures supplémentaires (H.S.A.) chaque semaine pendant toute l'année scolaire. Ce qui correspond à un horaire de 21 heures de cours par semaine pour un certifié (au lieu de 18 heures par semaine) et de 18 heures par semaine pour un agrégé (au lieu de 15 heures par semaine).

Les heures supplémentaires effectives (HSE) sont attribuées notamment dans le cadre de l'accompagnement éducatif (après les cours), des stages pendant les vacances ou des remplacements de courte durée pendant l'année scolaire. Pour ces HSE, les heures supplémentaires effectives, les professeurs des écoles n’y ont pas droit bien sûr.
Le taux de l' H.S.E. s'établit à :
36,88 € par heure supplémentaire pour un certifié de classe normale ;
52,74 € par heure supplémentaire pour un agrégé.

Depuis octobre 2007, les heures supplémentaires réalisées par les enseignants sont exonérées d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales. Cette double exonération se traduit par un gain de revenu moyen supplémentaire équivalent à 28% de la rémunération perçue.

La participation au conseil de classe est, en principe, une obligation de service rémunérée par l'ISOE, (le conseil de classe se déroule en principe une fois par trimestre dans l'année scolaire bien que le Chef d'établissement puisse en théorie le réunir quand il le juge utile). A cette occasion, vous êtes tenu de remplir le relevé trimestriel de note ainsi que les appréciations qui les accompagnent.
« un forfait de 10 heures de vie de classe, soit-disant "comprises dans l’ISOE du prof principal", donc dues par les PP, obtenir leur légitime paiement en HSE c’est quand même récupérer 10 X 36.88 euros pour un certifié, ou 10 X 52.74 euros pour un agrégé ! »
Mais à l’école primaire, tout cela n’existe pas (pas de rémunération ISOE) : pourquoi n’avons-nous pas droit à l’indemnité de suivi de l’élève (ISOE) comme au collège : cela veut dire que les professeurs des collèges suivent les élèves et pas nous les « minables professeurs des écoles ». Nous essayons de trouver des moyens pour aider les élèves en difficultés pendant les heures de soutien, nous remplissons des livrets et nous rencontrons les parents : cela prend encore du temps en plus. Ce n’est pas du suivi ça ???? Il est vrai que le professeur des collèges a plus de livrets à remplir mais ……..Il a une ligne à remplir avec un petit commentaire. Nous, nous avons tout un livret à remplir avec des commentaires !!!!!!!!!

Les heures de coordination et de synthèse (au collège) : Bien sûr, cela n’existe pas en primaire !!!!
Ce sont les heures auxquelles sont astreints les professeurs affectés dans les sections d'enseignement général et professionnel adaptés (SEGPA) et les établissements régionaux d'enseignement adapté (EREA), soient 1 heures de coordination et 1 heure de synthèse. Ces heures étant imposées à ces professeurs par une circulaire, elles restent facultatives et doivent être rémunérées en heures supplémentaires (HSE).

Les examens et concours : cela n’existe pas non plus au primaire !!!!!
L'obligation de participer aux jurys des examens et concours est posée par le décret du 17 décembre 1933 qui dispose "Est considérée comme une charge normale d'emploi, l'obligation pour les personnels des établissements d'enseignement relevant du ministère de l'Education nationale, de participer aux jurys des examens et concours pour lesquels ils sont qualifiés par leurs titres ou emplois." Cela donne encore lieu à des heures supplémentaires.

En résumé, je fais (nous faisons) 27 heures par semaines à cela j’ajouterai 10 heures de correction dans la semaine avec une préparation d’environ 12 heures hebdomadaires (une heure et demie de préparation pour chaque matière ) si je débute dans un niveau (trouver des documents, les modifier, les photocopier, monter des expériences, inventer des jeux et faire des affiches) donc 47 heures pour un salaire de 1 770 euros environ car j’en suis à ma huitième année d’enseignement. Quant au professeur de collège, 18 heures et s’il a trois heures supplémentaires, cela fait 21 heures. Pour les corrections, on arrondit à 5 heures par semaine et 10 heures de préparation (Deux heures et demi pour un cours réservé à des sixièmes, même temps pour les cinquièmes, même temps pour les 4ème et pour les troisième comme le même cours peut se répéter trois à quatre fois dans la semaine !!!) C’est à peu près 100 euros par mois et pour l’indemnité de suivi. Donc pour 36 heures, le professeur des collèges est payé 2312 euros (mon salaire 1770 plus 12 fois 36, 88 grâce aux heures supplémentaires plus 100 euros environ d’indemnités de suivi mensuelles). Et ils peuvent encore faire des heures en plus à l’extérieur (non imposables encore). Cela est vraiment inadmissible. Il faut rappeler que nous sommes tous certifiés en principe : même s’il est vrai que certains sont agrégés. Je ne suis pas une personne à reculer devant le travail. J’ai fait différentes classes : à chaque fois cela a nécessité de tout recommencer ( emploi du temps, programmations, progressions, nouveaux manuels) mais en tant que remplaçante j’ai pu bénéficier d’indemnités (certes moins importantes que mes homologues du secondaire mais je suis franche)…Je ne suis pas du Nord pour rien : le travail compte beaucoup pour moi. Mon grand-père maternel était mineur et mes parents, gardiens d’immeuble, ont longtemps travaillé pour une société (esclavagiste j’ose le dire) appelée S.A.G.I. : là où ils travaillaient, il y avait pratiquement 200 logements mais malheureusement il n’y en avait pas 200 !!!! La « pauvre société » aurait été obligée d’embaucher un deuxième couple de gardiens. Au niveau travail, je peux vous dire que c’était éreintant pour mes parents (qui étaient épuisés) et c’était limite humiliant pour moi et ma sœur d’autant plus que nous vivions dans un milieu dit plutôt favorisé : gens habitant les immeubles étaient cadres (c’était dans le 17 ème). Je suis du genre travailleuse et obstinée. Mais là n’est pas le sujet !!

PAR RAPPORT A LA DISCIPLINE

Enfin, les élèves de CM2 aiment parfois les démonstrations de force (il est à noter que pour certains ou certaines prof des écoles, nous sommes loin de faire le poids mais s’il y a une bagarre on est bien obligés d’empêcher les deux belligérants de se taper et si on se prend un coup ce n’est pas grave !!!! Cela m’est arrivé : la mère du garçon a ri quand je lui ai dit que je m’étais pris un coup). Au collège, ces mêmes élèves peuvent être renvoyés après avoir eu des heures de colle…. Nous, rien de tout cela : nous devons les garder !!!!!!!!!!!! Traduction, s’il y a un problème de discipline (éducatif) Qui doit intervenir ? Le professeur des écoles. Dans une autre école, une enseignante n’a pas osé porté plainte contre un de ses élèves parce qu’il lui avait cassé le doigt (Et oui !!!) : elle n’a pas osé porté plainte alors qu’elle aurait dû. Cette enseignante adorable avait peut-être peur des conséquences à son encontre ? Enfin , il ne faut pas exagérer !!!!Au collège, il y a un conseiller principal d’éducation et des surveillants qui prennent en charge les élèves récalcitrants à la discipline. Il est vrai qu’en moyenne les élèves sont plus grands et plus nombreux au collège mais il y a plus de personnels. Et nous, on se débrouille. J’ai travaillé avec des CE2 et la courageuse maîtresse de CM1 (qui était à côté) avait souvent des problèmes avec ses élèves. Qui n’en aurait pas eu avec des élèves pareils. Il m’est même arrivé de prendre un de ses élèves parce qu’il n’obéissait pas en le maintenant fortement. Ensuite, les autres élèves ont dit : « On va dire que la maîtresse de CE2 a failli étrangler l’élève. Eh bien, quand il est arrivé dans ma classe, il n’avait pas l’air essoufflé à cause de l’étranglement que je lui aurais fait subir !!!!! Vous voyez un peu la mentalité qui régnait dans cette classe de CM1 !!!!!!!! Fallait-il que je laisse ma collègue toute seule ???? Non, je ne suis pas courageuse moi-même ou gentille. C’est normal d’aider !!!! Je sais très bien qu’il y a aussi des enseignants en difficultés au collège et que les élèves sont plus grands mais le personnel est plus nombreux.

Gare à ceux ou à celles qui laissent échapper un enfant à 16 h 30 (alors que celui-ci ne doit pas sortir et doit rester à l’étude!!!!!) Nous encourons de graves conséquences si un élève sort et qu’on a oublié de l’inscrire à l’étude !!! Nous n’avons pas de prime de risques !!!!! Mais il y en a qui trouvent des stratagèmes pour se sauver sans qu’on puisse les voir ou oublient exprès le cahier de correspondance chez eux sur lequel il est écrit qu’exceptionnellement, l’enfant en question doit aller à l’étude. Après, les parents en ont après nous alors que c’est à leur enfant qu’ils doivent s’en prendre. Au collège ou au lycée, il n’en est rien : l’élève est grand. Il sort seul. Les professeurs des collèges ne les surveillent pas. C’est un conseiller ou un surveillant qui vérifie l’identité des personnes qui rentrent ou qui sortent. Nous, les professeurs des écoles, nous ne pouvons plus tolérer cela : les parents nous mettent toute la faute sur le dos en cas de problème (ils ne mettent pas toujours la faute sur notre dos mais à noter époque il faut un bouc émissaire et de préférence un fonctionnaire et quand ça arrive, on se sent tellement responsable qu’on ne dort pas de la nuit). J’ai également eu le cas d’un élève qui avait ramené un couteau en classe : et les parents que font-ils ? Quant à moi, j’aurais peut-être pu me prendre un coup de couteau. Mais ça tout le monde s’en moque (sauf vous qui avez été élu et qui écoutez le plus grand nombre possible de citoyens). De même, le jour où mes lunettes ont été cassées par un élève qui avait lancé sur moi de plein fouet un ballon (avec son pied) : je l’ai pris en pleine tête et il n’y a pas eu d’accident de travail pour moi.

PAR RAPPORT AU TEMPS

Les professeurs des écoles sont de surveillance pour la récréation ce que leurs homologues du secondaire ne sont pas. Ce sont des surveillants qui font cela. Pendant les récréations, il faut régler les problèmes entre les élèves (que nous savons être de plus en plus nombreux en raison de l’éducation inculquée par certains parents) : je serais pour faire un texte de lois à ce propos en ce qui concerne l’éducation. Pourquoi, dans certains cas, ne pas parler de défaut d’éducation quand un élève frappe un enseignant ou l’insulte ? J’ai moi-même failli avoir des problèmes avec une fille de CM1 dont l’insolence était insupportable et tout ça parce que je lui ai tenu le poignet : elle m’a dit que je lui faisais mal et qu’elle le dirait à sa mère (ce qui était faux). Sa mère est venue et ça a été l’occasion de parler de sa « chère fille ». Elle a tellement été en colère qu’elle a menacé d’envoyer sa fille en Afrique où apparemment l’éducation est très rigide. De plus, nous faisons aussi le travail de l’infirmière parce que très souvent cette dernière est itinérante !!! Il faut absolument savoir si certains élèves ont un PAI (projet d’accueil individualisé) s’ils ont de l’asthme par exemple. Au collège, ce n’est pas la peine.

Nous avons 27 (47 heures en tout avec les corrections et les préparations) heures de présence avec les élèves : les professeurs des lycées et collèges n’en ont que 18 ( 36 heures en tout avec des heures supplémentaires). Nous gagnons autant au début et moins ensuite par rapport aux professeurs des collèges alors que nous faisons plus d’heures. Il y a beaucoup d’enseignants du primaire qui partent en classe découverte : cela m’aurait bien tenté mais je serais tellement stressée que je ne pourrai pas dormir de peur qu’il arrive quelque chose à un élève et que cela me retombe dessus.

L’éternelle excuse des professeurs des collèges est de dire que le niveau auxquels ils enseignent exige une plus grande préparation. Mais les temps de recherche sont très important, même au primaire : excusez-moi mais nous avons, quant à nous, l’histoire, la géographie, le vocabulaire, la conjugaison, la grammaire, les rédactions, l’orthographe, la numération, la géométrie, les mesures, la résolution de problèmes, les arts visuels (dessin), les sciences, la musique et parfois le sport (parfois nous avons la chance d’avoir un intervenant). Je peux vous dire que j’ai passé du temps, des après-midis, à préparer des jeux pour mes élèves (dans le but de leur faire réinvestir des notions grammaticales, en conjugaison, en numération…) : il s’agit de découper des étiquettes, coller dessus une feuille au verso avec la question et au dos la réponse parce l’on nous dit de privilégier l’action chez l’élève : Est-ce le cas au collège ? Il faut également monter des expériences (comme au collège). Mais, au collège (c’est vrai que là je triche puisque je vais rapporter un événement qui a eu lieu quand j’y étais) nous y avions toute l’année vu notre professeurs de biologie et surtout géologie en blouse presque toute l’année alors que nous n’avons jamais fait aucune expérience : personnellement, j’ai fait des expériences avec des poumons d’agneau en CM1 (nous les avons observé, décrit, soufflé dedans) de même que pour les ligaments et les tendons ( j’avais ramené des cuisses de poulet…..). Je dois vous avouer qu’avec le travail qui nous est demandé je ne peux préparer certaines matières comme la musique ni même en faire. Au collège, il y a plus de temps pour peaufiner son cours d’autant plus qu’il se répète dans la semaine (la première fois, j’ai oublié de mentionner ça aux sixièmes « bleu », ce que je n’oublierai pas de mentionner avec les sixièmes « vert »).

Les professeurs des lycées et collèges n’ont pas un cours différent à chaque fois (un cours de mathématiques de 6ème se répète quatre fois s’il y a quatre 6ème dans le collège dans la semaine parce qu’ils ont quatre sixièmes par exemple) alors que pour nous chaque heure correspond à un cours différent … (sauf pour les professeurs des écoles de Paris qui ont un prof de musique d’arts visuels et de sport et selon les villes). Quand je pense aux pauvres professeurs de CM2 par rapport à leurs homologues de la 6ème. Eux, sont particulièrement mal lotis.

A cela s'ajoute le temps que l'on donne en tant que professeur des écoles et qui n’est jamais payé : organisation de loto, kermesse, spectacle et les heures en plus lors des sorties scolaires ou des sorties tout court (histoire de surveiller les élèves pour qu’ils ne se sauvent pas). Il est rare que les professeurs des collèges organisent de tels événements.

Et j'en oublie comme les commandes pour les fournitures de classe ( au moins 4 heures dans l'année de plus ) !!!! Il faut choisir les papiers, les livres (tout le matériel). Quand le matériel est arrivé, il faut pointer pour vérifier que rien ne manque et le ranger dans l’armoire. A l’occasion, nous faisons les déménageurs. Les professeurs des collèges n’ont pas à faire cela !!!

Qui élabore son propre emploi du temps en primaire ? Eh bien, ce sont les professeurs des écoles en respectant bien sûr les temps consacrés à chaque matière. Quant à nos homologues, ils n’ont pas à faire d’emploi du temps : il est déjà fait !!!!!!!!!! C’est vrai que c’est un détail mais nous ne sommes plus à ça près. Au primaire, il faut faire un tableau des âges, une liste pour chaque matière des notions étudiées de manière chronologique (en tenant compte à chaque nouveau programme des termes employés), des fiches de préparation (comme au collège) et un cahier journal (comme au collège ?).

Pour les corrections, les enseignants de collège estiment qu’ils n’ont pas à corriger les fautes d’orthographe réduisant drastiquement leurs heures de correction. Certains vous rétorqueront que le niveau plus élevé entraîne une correction plus longue. Mais, nous, les professeurs des écoles, devons tout corriger : en CM2, j’avais en moyenne 3 heures de correction par jour pour les fautes d’orthographe et les explications !!!! Les préparations sont très longues et les dossiers de 6ème (à faire en CM2) pour lesquels les professeurs des collèges n’ont pas grand intérêt nous prennent du temps. J’ai demandé à un professeur des collèges enseignant le français : il estime qu’il a 4 heures de correction par semaine !!!!!!!!!!!!!! Lors des préparations, nous faisons des grandes affiches que nous accrochons aux murs pour décorer la classe ou pour expliquer certaines notions en nous appliquant un maximum : est-ce le cas au collège ?

PAR RAPPORT A LA RELATION AVEC LES ELEVES ….

Il faut souvent les reprendre quand ils écrivent (soit parce qu’ils écrivent mal ou parce qu’ils font des fautes) mais c’est notre travail. Au collège, est-ce fait ? Quand un élève est absent, nous nous chargeons de mettre gentiment ses photocopies dans une pochette pour qu’un de ses camarades les lui rapporte : est-ce fait au collège (très souvent, ils se débrouillent) ? Les parents nous accusent assez souvent de ne pas laisser le temps aux élèves de noter les devoirs mais quand on leur explique que leur enfant bavarde (ils en profitent en fin d’après-midi), ils font un peu la sourde oreille. Toutes ces petites attentions que nous avons envers nos élèves de primaire sont-elles poursuivies au collège ? C’est vrai que cela dépend des professeurs ou des instituteurs. Mais, on retrouve souvent cette attitude au primaire.
Quand il semble que nous avons fini avec notre travail, bien souvent il faut faire un bilan en téléphonant ou en rencontrant la psychologue ou l’orthophoniste (bien sûr c’est sur notre temps de pause le midi …Bon pas toujours il est vrai !!!). Est-ce le cas au collège ???? Nous devons veiller à ce que les élèves aient leurs affaires (au collège, ce n’est pas le cas). Souvent, nous devons rappeler à certains élèves de prendre certaines affaires pour faire leurs devoirs et nous devons écrire aux parents afin de signaler que tel enfant n’a pas ses affaires.
Ce que je déplore, c’est que l’on oublie souvent toutes ces petites attentions que l’on a envers nos élèves et qui n’ont pas toujours lieu au collège. Au collège, le niveau des élèves étant plus élevé, les professeurs doivent être mieux considérés.

La perte de temps est remarquable dans le primaire en ce qui concerne la promotion :
Communiqué du SNUIPP
« Autre injustice, en juin 2007, plus de 51% des enseignants du premier degré sont partis en retraite en étant au 10ème échelon du corps des PE et seulement 14% avaient atteint un échelon de la hors-classe. A contrario dans le second degré, près de 65% des enseignants partant en retraite sont à la hors-classe. »
Pourquoi ?????????

Avons-nous donc moins de valeur que nos homologues du collège ( et du secondaire de manière générale)?

DIVERS

Extraits de forums :
« Pourquoi les enseignants d'écoles ne verront pas leur horaires baisser ? Parce que les profs de collèges demanderaient une baisse de leur horaire de 3 heures ! Nous serions à 24 h et eux à 15 h !

Un syndicaliste m'a dit il y a quelques années qu'un des obstacles à notre passage de 27 à 24 h était nos collègues de collèges et lycées soutenus fortement par le SNES ! Déjà qu'on a osé nous affubler du titre de prof et aligner notre grille sur celle des certifiés !

L'un de ces profs (PEGC passé de 21 à 18 h ...) m'a dit en 1990 "quoi, une licence pour être instit ? Il n'est pas besoin d'avoir une licence pour enseigner dans les écoles". »

CONCLUSION

Cherchez l’erreur !!!! Pourquoi de telles différences de traitement entre ces deux corps qui apparemment n’en font qu’un : cela est injuste. Pourtant, j’aime mon métier.
Je sais que nous sommes dans un contexte de crise et qu’il ne faut pas se plaindre mais je tiens à souligner cette anormalité. Je ne fais que me plaindre par rapport à l’injustice qu’il y a entre ces deux corps. Mais, je pense et nous pensons que nous ne sommes pas à plaindre dans un tel contexte de crise. Je ne veux pas forcément gagner plus : je veux juste que cette injustice disparaisse.
Peut-être y a-t-il des solutions :
Soit, il faut baisser les salaires des professeurs des collèges, soit il faut nous embaucher dans les collèges ou amener les professeurs des collèges dans les écoles primaires pour qu’il y ait un rattrapage horaire. En tout cas, s’il y a une prime au mérite, elle ne peut pas concerner les personnels enseignants du secondaire.
Quand est-ce que l’on va faire quelque chose pour nous (les professeurs des écoles) pour que nous soyons traités de la même manière que les professeurs des collèges ? Je comprends également vos réserves : les syndicats enseignants du secondaire sont plus réactifs que ceux du primaire. Moi-même j’ai dû me syndiquer pas parce que je passe mon temps à râler mais parce que c’était une nécessité. Je comprends que vous êtes très loin de n’avoir que ça à faire : mais je vous fais confiance (que vous soyez de droite ou gauche !!!). Les personnes qui réfléchissent et écoutent sont capables de comprendre notre problème. Je ne veux pas d’argent en plus : j’aimerais juste et nous aimerions que cette injustice soit réparée. Il y a des personnes compétentes partout et vous en faites partie. La somme de travail que vous avez à abattre est assez incroyable. Mais j’attendrai et nous attendrons qu’un texte de loi répare cette injustice.

Je vous remercie d’avance et vous prie d’agréer, Monsieur le premier ministre, l’expression de mes salutations distinguées.


Voilà les sites qui ont amené toutes ces réflexions :
http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=1361

http://www.cafepedagogique.net/...

http://www.lefigaro.fr/...

http://www.education.gouv.fr/cid22292/nouveaux-taux-d-heures-supplementaires.html (évidemment cela ne s’adresse qu’aux professeurs des collèges).

http://www.sudeducation06.org/spip/spip.php?article125 (heures supplémentaires)

http://www.snes.edu/IMG/pdf/page8.pdf (toutes les indemnités du secondaire !!)

http://www.snes.edu/snesactu/IMG/pdf/SALAIRE_-_SUPPL_US_633.pdf
Réponse
+2
moins plus
même "problème". Personne pour nous aider??

Marie57- 29 mai 2008 à 19:30
Bonsoir ...
Meme probleme, je suis a mi-temps, professeur des écoles.

J'ai un document de l'inspection académique qui indique clairement que je travaille 60h/ mois soient 120heurs à temps complet.

Mais je veux etre bien sure que c'est bien 120 h / mois tous les mois de l'année. (Ca me parait logique mais parfois, ce qui l'est trop ne l'est maheureusement pas toujours !!!)


Merci
erinshore- 29 mai 2008 à 20:44
Apparemment sur les fiches de paie apparaissent toujours les 120 heures, que l'on travaille à plein temps ou pas. Visiblement, ce n'est pas là qu'il faut chercher la solution. C'est vraiment un casse tête!!
Réponse
+2
moins plus
Voilà que j'avais le mème problème ce qui m'a fait déclarer moins d'heures l'année dernière!!!moins de la moitié!!!
j'ai demandé au lycée ou je travaillé et ils s'étaient renseignés l'année dernière. Le calcul est le suivant:

152h x nombre d'heures par semaine / par 18 heures

c'est à dire, moi qui travaille 14.50 heures par semaine j'ai multiplié mes heures par 152 et je les ai divisées par 18.

Apparament pour les heures de juillet et aout on fait pareil et on calcule les mèmes heures que pour n'importe quel autre mois travaillé.

J'espère vous avoir aidé!

Réponse
+1
moins plus
MEME PROBLEME....
merci pour une reponse

Réponse
+1
moins plus
Peut-être faut-il déclarer les heures en présence des élèves ? Mais le temps imparti à la préparation et à la correction ne serait pas pris en compte...

Réponse
+1
moins plus
mdr toujours a se plaindre les profs travailler autant qu'un ouvrier et la vous pourrez dire ce que c'est le vrai boulot pas aetre planquer et pleurnicher sur son sort sur votre fiche de paye vous etes payez en fonction des heures effectuer en cours environ 24 heures donc x 4 sa fait 96 heures pour 1700 euros et puid quoi encore sa veut frauder les impot en declarant 151.67 heures par mois faut pas pousser mémé dans les orties et arreter votre connerie avec l'histoire que vous n'etes pas payez en juillet et aout que vous avez 24 000 euros diviser par 10 ou par 12 sa fait toujours 24 000 euros donc a vous de gerer

ana38- 10 mai 2009 à 08:02
que d'agressivité dans ce message ( ou de jalousie !). Le débat ne tourne pas autour de nos conditions de travail, nos avantages ou non.
Il n'est pas question de frauder les impôts, mais au contraire de déclarer le bon montant ! Et notre soucis est justement que rien n'est clair dans nos contrats et fiches de paye.
LaTruffe- 25 juin 2009 à 18:54
1700 x 12 = 20400 !!!!
C'est toujours 3600€ de moins à gérer ;-)
Sinon pour toi qui doit avoir un VRAI boulot et qui n'ai pas un PLANQUE, ça t'a servi à quoi de te défouler sur les profs.
thalia0- 6 juin 2010 à 10:02
Eh non, nous ne sommes pas payés pendant les vacances d'été...nous sommes payés 10 mois étalés sur 12...mais quelle bêtise crasse dans vos propos et quelle grossièreté...
J'aurais honte à votre place.

http://www.loi1901.com/association/la_verite_sur_le_salaire_des_profs.php
Réponse
+1
moins plus
Bonjour,
pour sab21, attention à prendre le % d'heure et non pas le % de traitement
congé de droit (enfant - 3ans)l : 85% payé pour 80% heures
3/4 temps sue demande : 75% payé pour 75% travaillé
1/2 temps sue demande : 50% payé pour 75% travaillé
et ceci sans les préparations, corrections et grandes vacances non payées !

Réponse
+0
moins plus
Please, help me...

Réponse
+0
moins plus
Bonjour, pour la durée du travail, nous avons un contrat de 39heures par semaines.
En fait pour 1 heures de cours, nous avons 1h30 de préparation, ce qu'il fait qu'on fait 45 heures par semaines. Comme nous ne pouvons travaillé tant, il nous imposé des vcs pr récupéré.
sinon a titre indicatif, nous avons aussi que 5 semaines de congé payé par an,le rest c'est que de la récup pr toutes les heures qu'on fait

Jam- 17 sept. 2008 à 02:33
Pourrais-tu me donner tes sources STP ? (Autre que les "on dit")
Le coup du 39h ne passe mal... N'en parlons pas pour les récupérations...
C'est surtout parce les élèves sont en vacances qu'on ne bosse pas ! Pas l'inverse.
Il faut lire le livre vert sur l'évolution du métier d'enseignant. C'est gratuit et téléchargeable.
Prof- 3 nov. 2008 à 11:40
C'est pourtant la réalité :

Les profs sont payés pour 45h de travail effectif les mois de cours (ce qui n'est pas usurpé, en tant que jeune prof je ne compte pas mes heures), ce qui justifie pleinement le fait de récupérer ses heures sur les petites vacances scolaires (après faut pas oublier qu'on bosse aussi pendant les petites vacances scolaires pour preparer la periode suivante...)

Et après oui les profs ont le droit à 5 semaines de congé payés dans l'année comme tout le monde (enfin sans compter les RTT de certains employés du privé, ce qui revient d'ailleurs au même que notre système de vacances mais en échelonné)

Y a pas de mystère, que de la transparence. Peut être ainsi certaines personnes arrêteront de fantasmer sur le métier de prof. Un métier pas spécialement mieux ou moins bien payé qu'un autre (encore que, à condition de diplome égale, le privé est devant, mais ça on le sait en entrant dans la fonction publique), où l'on fait beaucoup d'heures les mois de cours, heures que l'on récupère légitimement lors des periodes de vacances scolaires.
lantiyais- 3 nov. 2008 à 14:10
Toujours pas de sources...
Si tu me donnes un documents qui justifie ce que tu me dis, on est ok. (Décret, BO ?)

Sinon, je suis d'accord pour les conditions et le fait que nous ne soyons pas si priviligiés que les autres le pensent.
Réponse
-1
moins plus
Entre nous, heureusement que le ministére de l'éducation nationale est là pour vous embaucher (vos cultures, votre francais et meme vos tenues vestimentaires exemplaires ...vous etez bien comique) Le systeme socialiste vous a bien priviligé ces quelques années ... sinon ce n'est pas avec vos grandes analyses que vous fevriez avancer la france ... arretes un peu de vous plaindre dans votre travail, il n'y a aucune penibilité physique en comparaison à certain corp de metier... vous etes bon cas vous plaindre !! Vous devriez avoir la retraitre à 70 ans ...

Posez vous la question inverse ....combien de "petits ourvriers" doivent travailler pour vous !! car vous savez surement que les charges sociales servent à vous payer et vous n'avez aucune considération pour cette classe sociale !! Mais bon, vous etes trop imbus de vos personnes pour avoir cet angle de vu ... bon courage et ....

HAH ...oui 18H de payé et 45h théoriquement par semaine, pensez un peu de temps à temps à refaire vos cours !! En formation professionnelle le coef est de 1.30 ... et non de 2.5 !!! c'est sur dans la formation professionnelle ils doivent forcement etre moins bon que vous .... vous avez profité d'un systeme maintenant la roue tourne !!!

alips- 11 févr. 2010 à 15:28
Attention, il ne faut pas confondre professeur des écoles et professeur des collèges

J’ai beau réfléchir : je ne m’explique toujours pas la différence de salaire entre professeurs du primaire et les professeurs des collèges. Le corps auquel j’appartiens (celui des professeurs des écoles) est très défavorisé par rapport à son homologue du collège (juste homologue pour le mot parce que pour le reste … C’en est presque scandaleux). Je vous rappelle que les professeurs des écoles ou des collèges ont une licence (nous avons le même niveau : BAC + 3)!!! La grille de salaire est la même mais ce n’est pas normal !!!!! Pourquoi ?

Voilà ce qui motive mon propos :

PAR RAPPORT A L’ARGENT

Les professeurs des écoles sont de surveillance pour la récréation ce que leurs homologues du secondaire ne sont pas. Ce sont des surveillants qui font cela.

Nous avons 27 heures de présence avec les élèves : les professeurs des lycées et collèges n’en ont que 18.

L’éternelle excuse des professeurs des collèges est de dire que le niveau auxquels ils enseignent exige une plus grande préparation. les temps de recherche qui sont très important, même au primaire : excusez-moi mais nous avons, quant à nous, l’histoire, la géographie, le vocabulaire, la conjugaison, la grammaire, les rédactions, l’orthographe, la numération, la géométrie, les mesures, la résolution de problèmes, les arts visuels (dessin), les sciences, la musique et parfois le sport (parfois nous avons la chance d’avoir un intervenant). Nous n’avons pas d’heures supplémentaires alors que les prof des collèges et lycées en ont. Ils gagnent en moyenne 500 euros de plus par rapport à nous !!!!Je pourrai ajouter qu’ils peuvent donner des cours plus facilement que nous (on recherche souvent des profs de math, des organismes tels que PROFADOM adorent les professeurs d’EPS qui sont d’ailleurs bien lotis : pas de correction donc recherche de cours ailleurs…) alors que nous non.
Il est vrai que nous pouvons faires les études le soir mais ces dernières sont en moyenne bien moins gratifiantes et surtout moins nombreuses !!!!

Les professeurs des lycées et collèges n’ont pas un cours différent à chaque fois (un cours de mathématiques de 6ème se répète quatre fois s’il y a quatre 6ème dans le collège dans la semaine parce qu’ils ont quatre sixièmes par exemple) alors que pour nous chaque heure correspond à un cours différent … (sauf pour les professeurs des écoles de Paris qui ont un prof de musique d’arts visuels et de sport et selon les villes). Quand je pense aux pauvres professeurs de CM2 par rapport à leurs homologues de la 6ème.

Nous devons (cela va de soi) participer à toutes sortes de réunion : conseil des écoles, conseil des maîtres, conseil de cycle, entretiens avec les parents et enfin équipes éducatives : en tout 108 heures (j’allais oublier de préciser que toutes ces réunions ne sont pas payées). Il est vrai que, parfois, les équipes éducatives se déroulent sur le temps scolaire (parce que l’orthophoniste ou la psychologue… ne peuvent pas faire autrement). Lors de ces réunions, nous n’intervenons pas de manière passive mais de manière active : nous sommes censé(e)s connaître l’élève sur le bout des doigts (il faut ajouter que nous avons en moyenne 25 élèves par classe et que nous sommes censées connaître chaque élève). Pour les professeurs des collèges certaines heures de réunion sont payées en plus !!!!

Pour les corrections, les enseignants de collège estiment qu’ils n’ont pas à corriger les fautes d’orthographe réduisant drastiquement leurs heures de correction. Certains vous rétorqueront que le niveau plus élevé entraîne une correction plus longue. Mais, nous, les professeurs des écoles, devons tout corriger : en CM2, j’avais en moyenne 3 heures de correction par jour !!!! Les préparations sont très longues et les dossiers de 6ème pour lesquels les professeurs des collèges n’ont pas grand intérêt. J’ai demandé à un professeur des collèges enseignant le français : il estime qu’il a 3 ou 4 heures de correction par semaine !!!!!!!!!!!!!!

Pour tout ce qui est relatif à l’argent, j’aimerais que vous alliez sur ce site :
http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=1361

http://www.cafepedagogique.net/...

http://www.lefigaro.fr/...

http://www.education.gouv.fr/cid22292/nouveaux-taux-d-heures-supplementaires.html (évidemment cela ne s’adresse qu’aux professeurs des collèges).

http://www.sudeducation06.org/spip/spip.php?article125 (heures supplémentaires)

http://www.snes.edu/IMG/pdf/page8.pdf (toutes les indemnités du secondaire !!)

« Les possibilités sont peu nombreuses dans le premier degré, où les heures supplémentaires n’existent pas. Les enseignants doivent effectuer 27 heures par semaine, dont une est officiellement consacrée aux conférences pédagogiques (conseil d’école, conseil des maîtres, réunions avec l’inspecteur...).Un enseignant effectue un service supplémentaire quand le nombre d’heures qu’il totalise dans une semaine est supérieur à celui dont sont redevables les enseignants de son grade. Lorsque ce dépassement est exceptionnel (remplacement d’un collègue...), le fonctionnaire effectue une suppléance. »

Selon une enquête du CEPREMAP :
« La logique du marché matrimonial conduit également à des différences de niveau de vie entre enseignants du primaire (les plus féminisés) et du secondaire (un peu moins féminisés) plus faibles que les différences de rémunération individuelle entre ces deux groupes d’enseignants. En 2005, selon les fichiers de paye de la fonction publique, un enseignant du secondaire gagne en moyenne près de 28% de plus qu’un enseignant du primaire »

Voilà pour ces chers homologues du secondaire (sont en particulier concernées dans le second degré :
Les heures supplémentaires annuelles (H.S.A.))

Une heure supplémentaire hebdomadaire (payée en Heure Supplémentaire Année) peut être imposée aux professeurs de l'enseignement secondaire dans l'intérêt du service, sauf si ces derniers bénéficient d'une décharge de service, s'ils ont des enfants en bas âge, s'ils préparent un concours ou font des travaux de recherche, s'ils bénéficient d'un temps partiel ou d'une CPA ou s'ils font un complément de service dans une autre discipline. Vous noterez que cette heure supplémentaire-année n'est pas nécessairement la 19ème heure mais bien celle qui est imposée une fois que toutes les minorations de service ont été calculées.
Les H.S.A. sont attribuées pour la totalité de l'année scolaire (36 semaines de cours). Elles correspondent à la réalisation d'une heure supplémentaire par semaine, soit au plus 36 heures supplémentaires dans l'année.

Rémunération de la première H.S.A. : le taux de la première heure supplémentaire annuelle est majoré de 20% par rapport aux suivantes. Ce taux s'établira désormais à :
1 274 €/an pour un certifié de classe normale, soit 35,4 € par heure supplémentaire ;
1 822 €/an pour un agrégé de classe normale, soit 50,6 € par heure supplémentaire.

Rémunération des H.S.A. suivantes
1 062 €/an pour un certifié de classe normale, soit 29,5 € par heure supplémentaire ;
1 519 €/an pour un agrégé de classe normale, soit 42,2 € par heure supplémentaire.
Les heures supplémentaires effectives (H.S.E.)

Par ailleurs, à compter de l'année scolaire 2008-2009, une prime supplémentaire de 500 € sera versée aux enseignants du second degré réalisant au moins 3 heures supplémentaires (H.S.A.) chaque semaine pendant toute l'année scolaire. Ce qui correspond à un horaire de 21 heures de cours par semaine pour un certifié (au lieu de 18 heures par semaine) et de 18 heures par semaine pour un agrégé (au lieu de 15 heures par semaine).

Les heures supplémentaires effectives sont attribuées notamment dans le cadre de l'accompagnement éducatif (après les cours), des stages pendant les vacances ou des remplacements de courte durée pendant l'année scolaire.

Le taux de l' H.S.E. s'établit à :
36,88 € par heure supplémentaire pour un certifié de classe normale ;
52,74 € par heure supplémentaire pour un agrégé.

Depuis octobre 2007, les heures supplémentaires réalisées par les enseignants sont exonérées d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales. Cette double exonération se traduit par un gain de revenu moyen supplémentaire équivalent à 28% de la rémunération perçue.

Je ne vais pas revenir sur une réunion dont vous connaissez parfaitement le fonctionnement. Sachez simplement que la participation au conseil de classe est, en principe, une obligation de service rémunérée par l'ISOE, même si la jurisprudence n'est pas fixée sur ce point. Le conseil de classe se déroule en principe une fois par trimestre dans l'année scolaire bien que le Chef d'établissement puisse en théorie le réunir quand il le juge utile. A cette occasion, vous êtes tenu de remplir le relevé trimestriel de note ainsi que les appréciations qui les accompagnent.

« un forfait de 10 heures de vie de classe, soit-disant "comprises dans l’ISOE du prof principal", donc dues par les PP, obtenir leur légitime paiement en HSE c’est quand même récupérer 10 X 36.88 euros pour un certifié, ou 10 X 52.74 euros pour un agrégé ! »

Mais à l’école primaire, tout cela n’existe pas : pourquoi n’avons-nous pas droit à l’indemnité de suivi de l’élève (ISOE) comme au collège : cela veut dire que les professeurs des collèges suivent les élèves et pas nous les « minables professeurs des écoles ». Nous essayons de trouver des moyens pour aider les élèves en difficultés pendant les heures de soutien. Nous remplissons des livrets : cela prend encore du temps en plus. Ce n’est pas du suivi ça ???? Il est vrai que le professeur des collèges a plus de livrets à remplir mais ……..Il a une ligne à remplir avec un petit commentaire. Nous, nous avons tout un livret à remplir !!!!!!!!!
*Les heures de coordination et de synthèse (au collège) : Bien sûr, cela n’existe pas en primaire !!!!

Ce sont les heures auxquelles sont astreints les professeurs affectés dans les sections d'enseignement général et professionnel adaptés (SEGPA) et les établissements régionaux d'enseignement adapté (EREA), soient 1 heures de coordination et 1 heure de synthèse. Ces heures étant imposées à ces professeurs par une circulaire, elles restent facultatives et doivent être rémunérées en heures supplémentaires (HSE).

Communiqué du SNUIPP
Quand Xavier Darcos « communique » sur la revalorisation du métier d’enseignant, les enseignants du premier degré sont amers car ils sont oubliés.

Si avec la création du corps de PE en 1990, l’ambition de l’unification des carrières des enseignants (premier et second degré) était affichée, où en est-on dix-huit ans après ? En matière de salaires le rapport Pochard (mars2008) pointe une première inégalité : la rémunération globale moyenne des enseignants du premier degré s’élève à 1900 € contre 2700€ dans le second degré. Les rémunérations accessoires (heures supplémentaires et indemnités) bénéficient plus aux enseignants du second degré qu’aux enseignants du premier degré (de 10 à 15% du traitement pour les premiers contre 5 % pour les seconds).

Autre injustice, en juin 2007, plus de 51% des enseignants du premier degré sont partis en retraite en étant au 10ème échelon du corps des PE et seulement 14% avaient atteint un échelon de la hors-classe. A contrario dans le second degré, près de 65% des enseignants partant en retraite sont à la hors-classe. (voir graphique)

Le « travailler plus pour gagner plus » trouve son illustration dans la rémunération des stages de remise à niveau durant les vacances. La différence de rémunération entre les corps, pour le même travail, est injuste : 23,90 € pour un professeur des écoles, Revalorisation, même métier,même dignité ? 36,77€ pour un certifié.

Pourquoi ?????????

3) Les examens et concours : cela n’existe pas non plus au primaire !!!!!

L'obligation de participer aux jurys des examens et concours est posée par le décret du 17 décembre 1933 qui dispose "Est considérée comme une charge normale d'emploi, l'obligation pour les personnels des établissements d'enseignement relevant du ministère de l'Education nationale, de participer aux jurys des examens et concours pour lesquels ils sont qualifiés par leurs titres ou emplois."

Ainsi donc, sauf cas de force majeure, le fait, pour un membre de l'Enseignement appelé à participer à un jury d'examen, de ne pas accomplir normalement toutes les taches résultant de cette fonction est juridiquement assimilable à un acte de grève ou une absence injustifiée et peut entrainer une retenue sur traitement.

La participation aux examens et concours implique la participation aux réunions d'entente et d'harmonisation qui ont pour but de poser les principes communs de notation et de réviser certaines notes après les corrections. De plus, la participation de membres de l'enseignement public à des jurys d'examens ou de concours organisés par d'autres administrations ou par des collectivités locales pouvant être considérée comme une activité accessoire normale, vous êtes soumis aux mêmes obligations. Sachez toutefois que votre autorité hiérarchique doit donner un accord préalable explicite et que la convocation des enseignants à ces jurys doit se faire sous son couvert.


Enfin, notez que les enseignants sont couverts par le régime des accidents du travail lors des trajets aller-retour à ces examens et concours lorsqu'ils sont en possession d'un ordre de mission.

4) Les heures supplémentaires

Pourquoi une telle différence ?????

PAR RAPPORT A LA DISCIPLINE

Enfin, les élèves de CM2 aiment parfois les démonstrations de force (il est à noter que pour certains ou certaines prof des écoles, nous sommes loin de faire le poids mais s’il y a une bagarre on est bien obligés d’empêcher les deux belligérants de se taper et si on se prend un coup ce n’est pas grave !!!! Cela m’est arrivé : la mère du garçon a ri quand je lui ai dit que je m’étais pris un coup). Au collège, ces mêmes élèves peuvent être renvoyés après avoir eu des heures de colle…. Nous, rien de tout cela : nous devons les garder !!!!!!!!!!!! Traduction, s’il y a un problème de discipline (éducatif) Qui doit intervenir ? Le professeur des écoles. Au collège, il y a un conseiller principal d’éducation et des surveillants qui prennent en charge les élèves récalcitrants à la discipline. Il est vrai qu’en moyenne les élèves sont plus grands au collège mais il y a plus de personnels. Et nous, on se débrouille.

Gare à ceux ou à celles qui laissent échapper un enfant à 16 h 30 (alors que celui-ci ne doit pas sortir !!!!!) Nous encourons de graves conséquences si un élève sort et qu’on a oublié de l’inscrire à l’étude !!! Nous n’avons pas de prime de risques !!!!! Mais il y en a qui trouvent des stratagèmes pour se sauver sans qu’on puisse les voir ou oublient exprès le cahier de correspondance. Après, les parents en ont après nous alors que c’est à leur enfant qu’ils doivent s’en prendre. Au collège ou au lycée, il n’en est rien : l’élève est grand. Il sort seul. Les professeurs des collèges ne les surveillent pas. C’est un conseiller ou un surveillant qui vérifie l’identité des personnes qui rentrent ou qui sortent. Nous, les professeurs des écoles, nous ne pouvons plus tolérer cela : les parents nous mettent toute la faute sur le dos en cas de problème (pas toujours mais quand ça arrive, on se sent tellement responsable qu’on ne dort pas de la nuit). J’ai également eu le cas d’un élève qui avait ramené un couteau en classe : et les parents que font-ils ? Quant à moi, j’aurais peut-être pu me prendre un coup de couteau. Mais ça tout le monde s’en moque. De même, le jour où mes lunettes ont été cassées par un élève qui avait lancé sur moi de plein fouet un ballon (avec son pied) : je l’ai pris en pleine tête et il n’y a pas eu d’accident de travail pour moi.

PAR RAPPORT AU TEMPS

A cela s'ajoute le temps que l'on donne et qui n’est jamais payé : organisation de loto, kermesse, spectacle et les heures en plus lors des sorties scolaires ou des sorties tout court (histoire de surveiller les élèves pour qu’ils ne se sauvent pas).

Et j'en oublie comme les commandes pour les fournitures de classe ( au moins 4 heures dans l'année de plus ) !!!!

Qui élabore son propre emploi du temps en primaire ? Eh bien, ce sont les professeurs des écoles. Quant à nos homologues, ils n’ont pas à faire d’emploi du temps !!!!!!!!!! C’est vrai que c’est un détail mais nous ne sommes plus à ça près.

DIVERS

Extrait d’un forum :
« Pourquoi les enseignants d'écoles ne verront pas leur horaires baisser ? Parce que les profs de collèges demanderaient une baisse de leur horaire de 3 heures !

Nous serions à 24 h et eux à 15 h !

Un syndicaliste m'a dit il y a quelques années qu'un des obstacles à notre passage de 27 à 24 h était nos collègues de collèges et lycées soutenus fortement par le SNES ! Déjà qu'on a osé nous affubler du titre de prof et aligner notre grille sur celle des certifiés !

L'un de ces profs (PEGC passé de 21 à 18 h ...) m'a dit en 1990 "quoi, une licence pour être instit ? Il n'est pas besoin d'avoir une licence pour enseigner dans les écoles". »



Cherchez l’erreur !!!! Pourquoi une telle différence entre ces deux corps : cela est injuste.

Je sais que nous sommes dans un contexte de crise et qu’il ne faut pas se plaindre mais je tiens à souligner cette anormalité. Je ne fais que me plaindre par rapport à l’injustice qu’il y a entre ces deux corps. Mais, je pense et nous pensons que nous ne sommes pas à plaindre dans un tel contexte de crise.

Merci d’avance pour avoir prêté attention à ces quelques lignes.


Soit, il faut baisser les salaires des professeurs des collèges, soit il faut nous embaucher dans les collèges.

Quand est-ce que l’on va faire quelque chose pour nous (les professeurs des écoles). Merci !!!
jil- 8 mai 2010 à 15:18
deviens prof si c'est si bien que ça!!!
souka mla oumix soukaina- 4 juin 2010 à 22:16
pourquoi tous cette écriture et ça ne sert à rien svp donner nous qqch qui peut nous aidez dans notre passage <3 !!!!!(l)=)
Ce document intitulé « professeur heures payées dans l'année » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Dossier à la une