Posez votre question Signaler

Garde alternée et déménagement problématique [Fermé]

Léonard - Dernière réponse le 31 déc. 2009 à 11:24
Bonjour,
Divorcé depuis un an et demi, nous avons avec mon ex-épouse choisi la garde alternée pour notre fille. Son école était à mi-chemin entre nos deux domiciles, tout allait pour le mieux. Seulement voilà elle vient de déménager à 35 kms (45 minutes de route), et demande maintenant à ce que notre fille aille dans une autre école. Demande à laquelle je n'ai pu accéder car cela remet en cause pas mal de choses dans notre organisation. En effet lorsque je ne pouvais être à l'heure à l'école pour raison professionnelle, ma nouvelle compagne allait chercher ma fille. Si ma fille change d'école ma compagne ne pourra plus en raison des temps de trajet supplémentaire (45 minutes aller et retour) continuer a aller la chercher a l'école. Du coup je suis assigné par le J.A.F qui va trancher. Pouvez-vous me dire à quelle sauce je vais être mangé, moi qui n'ai rien modifié au jugement de divorce initial. J'avais de plus pris des dispositions au niveau de l'aménagement de mes horaires professionnels pour assurer au mieux les déplacements scolaires de ma fille. Je précise aussi que rien n'obligeait mon ex-femme à aller si loin si ce n'est pour convenance personnelle. Suis-je obligé de subir ses désirs ?? Le juge va-t-il lui donner raison ou bien aller dans mon sens c'est à dire laisser ma fille dans son école actuelle, et que mon ex-épouse assume l'entière responsabilité des ses actes. Lorsqu'elle a signé son compromis de vente elle savait que la distance serait importante, mais elle n'en n'a pas tenu compte. De même c'est moi qui vais devoir faire des kilomètres, payer l'essence et perdre un temps fou une fois tous les 15 jours pour aller récupérer ma fille au domicile de sa mère.
De plus, mon ex-femme avait déjà précédemment (il y a 3 mois) engagé une procédure pour obtenir la garde exclusive de notre fille, ce dont elle a été déboutée.
On m'indique suivant tout l'historique des évènements que je pourrais peut être obtenir la garde habituelle de ma fille et que le JAF pourrait me l'accorder.
L'assignation en référé demande que ma fille soit changée d'école pour la prochaine rentrée scolaire. Il n'est pas stipulé dans cette assignation quelques changements de droit de garde que ce soit. Donc normalement le juge doit statuer sur ce changement d'école et non pas sur le changement de garde. Comment faire pour pouvoir introduire cette notion de garde habituelle chez le père? Dois-je évoquer cette solution durant l'audience ou bien entamer une nouvelle procédure? Si oui comment m'y prendre?
Je vous remercie de votre réponse, car je n'en vois plus le bout de cette situation.
Lire la suite 
Réponse
+18
moins plus
Barbotin, je suis bien d'accord avec toi sur la complexité des situations, des individualités et des vies de chacun qui prennent des chemins divergents...
De là à trouver les avis des autres creux et insipides, il y a un pas que je ne franchirais pas !!!
Je parle pour moi et en ce qui concerne mon cas. voila plus de deux ans que je vis une semaine sur deux avec mes enfants et l'autre semaine avec ma copine. La distance, les valises hebdomadaire (une fois elle, une fois moi) les desirs étouffés de projets et d'avenir en couple empoisonne parfois nos relations. Elle aussi à un enfant en garde alterné... Ne pouvant que parler pour ma personne, egoistement, sans même soupçonner ce que mes enfants en pense, j'aurais tendance à dire que ce fonctionnement me satisfait. Je ne crois plus vraiment à un épanouissement dans une vie de couple faite d'habitude puis de routine. Oui égoïstement j'ai envie d'avoir mes enfants autour de moi et, oui, toujours égoïstement je ne veux en aucun point les mêler à ma vie sentimentale actuelle.
Bref, tu vois, chacun voit midi à sa porte. les generalités n'ont pas cours, il existe juste des cas particuliers..

Réponse
+4
moins plus
N'oubliez pas qu'un enfant se construit avec un père ET une mère et non pas un père OU une mère !
Les blessures de l'enfance sont indélébiles
Ne perdez pas de vue que la première des blessures est le désamour et la séparation des deux parents.
Alors la garde alternée est la solution la plus équilibrée et la moins traumatisante pour l'enfant qui conserve ainsi
l'attention de ses deux parents. Lorsque les enfants s'expriment sur ce point, c'est édifiant et ils sont les premiers concernés.
C'est donc à vous de faire les efforts nécessaires lorsqu'une garde alternée est mise en place, et de laisser tomber vos égoïsmes, vos non-dits, vos règlements de comptes et surtout les conseils mal avisés des meilleures copines et de l'entourage immédiat, lorsque celui-ci n'est pas plein d'amour pour vous et votre enfant.
Lorsqu'une mère affirme ne pas vouloir couper les liens d'avec le père en partant à 900 kms, c'est exactement le contraire qui se produit. Elle le sait. L'enfant perd souvent son père avec tout le cortège de frustrations qui en découlent pour son équilibre futur. Il faut ajouter que cela est souvent castrateur pour l'enfant.
Alors un peu de mâturité et ne pensez pas qu'à votre bien être. En adulte, vous pouvez assumer quelques frustrations et sacrifices en vivant à proximité, pas votre enfant qui doit se construire et qui subi. Si vous n'avez pas été capables de vous donner de l'amour pour lui conserver son foyer, alors soyez capables de limiter les dégâts, c'est tout ce qu'il vous reste à faire ! et de l'amour pour votre enfant, toujours de l'amour ! Et ne lui demandez pas de choisir !
Bien sûr cela demande du bon sens et de l'intélligence et si le pourcentage n'est pas élevé de ceux qui s'entendent enfin dans l'intérêt de leurs enfants, eh bien faites le grandir. Car ce qui y parviennent redonnent du bonheur autour d'eux et surtout à leurs enfants. Ne les sacrifiez pas, ne les prenez pas en otage.

BARBOTIN- 4 sept. 2009 à 09:39
Oh en voilà une jolie réponse bien pleine de généralités!! oui, oui, du bon sens, de l'intelligence du côté des parents, et de la souffrance pour nos "pôvres" petits enfants....mais surtout du sarcasme face à des grandes phrases creuses...dans une séparation, les enjeux de vie sont bien plus complexes à analyser que cela, quand bien même chacun veut faire les choses en bonne intelligence, les intérêts de vie ne sont plus les mêmes et chacun sait que sous couvert de l'intérêt de l'enfant, des arguments à l'emporte pièce peuvent être avancés pour obtenir la garde exclusive de l'enfant. Notamment : "pour l'équilibre de mon enfant, il doit rester dans son école"...peut-être un argument juste ou totalement manipulateur...donc à nuancer
"Les blessures de l'enfance sont indélébiles " : c'est faux et banal, lisez donc Cyrulnik...
"Alors la garde alternée est la solution la plus équilibrée et la moins traumatisante pour l'enfant qui conserve ainsi
l'attention de ses deux parents" nous n'avons pas pu mettre en place une garde alternée pour cause de distance: je trouve ma fille très équilibrée, on fait comme on peut...en bonne intelligence...mais ce n'est pas toujours la quantité ou le partage équilibré qui garantie la sérénité des enfants...
"C'est donc à vous de faire les efforts nécessaires lorsqu'une garde alternée est mise en place, et de laisser tomber vos égoïsmes" Ok, je vous expose une situation: il y a dix ans, un enfant nait à Perpignan, résidence natale du père. Au deux ans de l'enfant, la mère indique que sa région natale lui manque. Le couple déménage à Lille. La mère prend un amant. Le couple se sépare. En bonne intelligence, les parents mettent en place une garde alternée, qui fonctionne parce que le père laisse tomber ses égoïsmes, malgré le fait qu'il habite désormais une région où il n'a ni famille ni ami. Un an et demi passe. Une dépression lui pend au nez, maisil rencontre une femme qui habite à 40 km de chez lui. Pendant deux ans, ils se voient "en bonne intelligence et dans l'intérêt des enfants respectifs" c'est à dire, qu'ils se font un peu passer en dernier. La troisième année, ils se fatiguent, on envie de se voir d'avantage, voir : habiter ensemble seraient pour eux un véritable bonheur...toujours en bonne intelligence, ils se disent que dans l'intérêt des enfants respectifs, et pour ne pas perdre la garde alternée, ils vont habiter 1 semaine sur deux ensemble...et c'est ce père qui n'est pas dans sa région, qui fait le déplacement toute les semaine chez sa compagne, lorsqu'il n'a pas sa fille...
4 mois plus tard, ce fonctionnement épuise. Ils envisagent de vivre totalement sous le même toit...
Et ils se mettent à rêver que la mère pourrait elle aussi déménager de 40 km pour permettre à ce père, qui a quitter sa région natale, de continuer à élever son enfant une semaine sur deux,comme il le fait depuis 6 ans...
Quelle a été la réponse de la mère à votre avis....à vos plume!! et dites moi aussi si ce père n'a pas fort raison d'être égoïste dans son cas?
Réponse
+2
moins plus
Bonsoir,

Que vous dire? comment vous rassurer? Chaque cas est particulier. Si vous, vous n'avez pas déménagé, que vous conservez la proximité connue auparavant et que c'est votre ex-femme qui decide de partir pour ses propres convenances personnelles....alors....si votre affaire est jugée d'un point de vue similaire à la mienne vous devriez avoir gain de cause....mais je ne connais pas votre affaire en détail, je ne suis pas juriste, je vous expose juste ma situation a moi...

Bon courage, cordialement

tarasouris 4145Messages postés lundi 4 août 2008Date d'inscription ContributeurStatut 21 janvier 2011Dernière intervention - 30 mai 2009 à 00:00
Bonsoir,
Léonard,

Vous avez tout à fait raison, chaque cas est particulier, il n'y a pas de situation exactement semblable ! Toutefois, la vôtre, par exemple, va tout à fait dans le sens que prennent les Juges d'Affaires Familiales depuis quelques temps, - à savoir un parent qui déménage pour " convenances personnelles", pas par obligation professionnelle ou autre,
quelle que soit la garde, et surtout en garde alternée - ne font guère de cadeau au parent qui "veut " s'éloigner, et qu'il s'agit d'un sérieux risque de perdre la garde exclusive ! Si, dans votre cas, il y avait eu 300 km de distance, la maman n'aurait pu s'engager à faire près de 2 h de route chaque jour pour l'école, et donc vous auriez eu la garde exclusive ! ( Ce qui n'est pas encore exclu, car la pratique au quotidien ne va pas être facile, lever plus tôt, pb de route toujours possibles, retards, enfant fatigué, angoissé ... ! )

Ce n'est pas non plus forcément, il me semble aussi, la meilleure façon d'apporter de la sérénité et plus de compréhension dans les relations entre parents, car certaines personnes ont besoin de retrouver, leur famille, leur proximité, pour se reconstruire, les obliger à rester à proximité est très contraignant, sans contacts ou opportunités de travail, de relations, quand elles ont suivi un conjoint puis se retrouvent seules ... Sacrifier tout un avenir possible pour ne pas perdre ses enfants, cela ne devrait se présenter pour aucun parent, c'est tellement douloureux, on ne peut pas vraiment choisir !?

En tout cas, je garde ( et m'en servirai peut-être, à l'occasion, si vous le permettez ? ) votre témoignage, car il est représentatif de ce qui se présente de plus en plus souvent lorsque l'on éloigne père et enfants, et qui, petit à petit, tend à retirer à la maman tous les droits que lui donnaient la " maternité ", comme si les papas ne savaient pas ce qu'est la "paternité" ! ( chaque personne et chaque cas étant particulier, bien sûr !) .

------------------------------------------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §
van- 31 déc. 2009 à 11:24
Bonjour,

Je suis un peu dans la même problématique:
le jugement indique 4 jours chez moi, la maman, et 3 jours chez le papa.
Mais depuis Septembre dernier nous avons mis en place une garde alternée plus "équitable" dans l intérêt des enfants. 1 semaine chez le papa et une semaine chez moi.

En revanche, il semblerait qu'aujourd'hui il parle de déménager avec les enfants à Paris car pour des raisons professionnelles il ne gagne pas assez sa vie sur Orléans et l'activité est trop ralentie..
il parle même à mes enfants d'acheter une maison etc..
Cela me fait très peur
J en ai parlé à l'assistante sociale qui me confirme les dires, mais me confirme également que les enfants souhaitent fortement une garde ALTERNEE. comme moi, d'ailleurs.
L'on m'a conseillé sur le forum de me constituer d'ores et déjà un dossier, mais ce qui m'angoisse, c'est qu'il peut faire valloir le fait qu'il ne peut plus travailler et gagner sa vie à Orléans et donc avoir gain de cause en ayant la garde???
merci pour vos réponses.
et bonnes fêtes à vous,
Réponse
+1
moins plus
Bonjour,
Nous sommes dans la même situation aujourd'hui que la votre il y a un an, j'aimerais savoir comment finalement c'est terminer votre histoire. Avez vous eu la garde de votre fille?

Merci

tarasouris 4145Messages postés lundi 4 août 2008Date d'inscription ContributeurStatut 21 janvier 2011Dernière intervention - 1 avril 2009 à 17:49
Bonjour ,

Et merci ,

------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §
bacterius leonard - 23 juin 2009 à 17:29
Bonjours Leonard,

Votre cas particulier me touche de très prêt et me réconforte.
J'ai, à peu de choses près, les mêmes pb avec ma fille de 14 ans qui ne veut pas partir à Paris, suivre sa mère, et souhaite rester en banlieu ouest, à 30 km, avec moi.

nous étions en garde alternée 2/3 pour elle, et 1/3 pour moi, sans être passé devant le jaf...(erreur)

question : aviez vous assigné votre ex en réferé devant le JAf, ou bien avez vous suivi la procédure classique avec et avec quel delai?

En effet, nous somme le 23 juin, les TGI doivent tourner au ralenti en juillet et fermer en août, et je crains d'être bloqué jusqu'en septembre, si la notion d'urgence est validée.

merci pour votre temoignage
Leonard- 23 juin 2009 à 20:34
Pour ma part c'est différent dans le sens ou c'est elle qui m'a assigné en référé. Moi je n'ai rien demandé a personne...j'ai juste stipulé que je n'avais rien changé à ma façon de vivre et que je conservais les mêmes repères pour ma fille (ecole, liens sociaux, loisirs...). Ainsi le JAF m'a donné raison grace a cela.

A 14 ans votre fille n'a t-elle pas son mot a dire??? (c'est juste une question)

Je ne suis pas spécialiste en droit....je n'y connais rien. Je relate juste mon expérience.

Cordialement,
Bacterius- 23 juin 2009 à 22:35
je reste moi aussi avec les mêmes repères pour ma fille, et j'espère bien obtenir, moi aussi, gain de cause.
d'autant plus, qu'à 14 ans, effectivement, ma fille est farouchement contre ce déménagement et son cortège de stress.

cordialement
Fandango- 29 mai 2009 à 19:12
Bonsoir,

C'est mon angoisse absolue... Que je sois séparé de ma fille et de mon fils par decision de justice, parce que mon ex épouse déménage... Je crois que je m'en remettrais difficilement !!!
Ce document intitulé « Garde alternée et déménagement problématique » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Dossier à la une