Droit-Finances
Recherche
Posez votre question Signaler

RESILIATION DU BAIL AVANT SON TERME

workingirl 1Messages postés vendredi 20 février 2009Date d'inscription 20 février 2009Dernière intervention - Dernière réponse le 20 févr. 2009 à 09:14
Bonjour,
Nous avons donné notre congé pour notre appartement non meublé en respectant le préavis de un mois pour mutation et sommes à jour dans nos loyers.
Une semaine avant notre départ le propriétaire nous appelle pour dire qu'il ne nous rendrait pas notre caution car nous partions avant le terme du bail ( trois ans).Il s'appuyerait sur la clause 13 de notre bail (classique) appelée clause pénale.
il y est noté que " si la résiliation est aux torts des locataires et intervient avant la fin du bail, la caution est gardée par le propriétaire." Je pense que la phrase qu'il utilise est sortie de son contexte de non paiement de loyers car je sais que je suis pas tenu d'aller à la fin du bail si je respecte le préavis.
Comment le lui prouver sans finir en justice?? Notre appartement est impeccable donc pas de soucis à l'état des lieux.
Merci.
Lire la suite 
Réponse
+4
moins plus
Bonjour,
vous habitez surement un logement régit par la loi du 06/07/1989 dans laquelle et selon l'article 15 le locataire peut partir à tout moment en respectant un préavis de 3 mois, sauf cas particulier, dont la mutation en est un, et qui ramène le préavis à 1 mois.
Dans votre cas votre bailleur à inscrit des clauses au bail, mais si celles-ci sont contraire à la loi elles sont réputées "non écrites" et celle- ci que vous citez (clause 13)est totalement contraire à la loi selon l'article 4 de cette loi :

Est réputée non écrite toute clause :

a) Qui oblige le locataire, en vue de la vente ou de la location du local loué, à laisser visiter celui-ci les jours fériés ou plus de deux heures les jours ouvrables ;

b) Par laquelle le locataire est obligé de souscrire une assurance auprès d'une compagnie choisie par le bailleur ;

c) Qui impose comme mode de paiement du loyer l'ordre de prélèvement automatique sur le compte courant du locataire ou la signature par avance de traites ou de billets à ordre ;

d) Par laquelle le locataire autorise le bailleur à prélever ou à faire prélever les loyers directement sur son salaire dans la limite cessible ;

e) Qui prévoit la responsabilité collective des locataires en cas de dégradation d'un élément commun de la chose louée ;

f) Par laquelle le locataire s'engage par avance à des remboursements sur la base d'une estimation faite unilatéralement par le bailleur au titre des réparations locatives ;

g) Qui prévoit la résiliation de plein droit du contrat en cas d'inexécution des obligations du locataire pour un motif autre que le non-paiement du loyer, des charges, du dépôt de garantie, la non-souscription d'une assurance des risques locatifs ou le non-respect de l'obligation d'user paisiblement des locaux loués, résultant de troubles de voisinage constatés par une décision de justice passée en force de chose jugée ;

h) Qui autorise le bailleur à diminuer ou à supprimer, sans contrepartie équivalente, des prestations stipulées au contrat ;

i) Qui autorise le bailleur à percevoir des amendes en cas d'infraction aux clauses d'un contrat de location ou d'un règlement intérieur à l'immeuble ;

j) Qui interdit au locataire l'exercice d'une activité politique, syndicale, associative ou confessionnelle ;

k) Qui impose au locataire la facturation de l'état des lieux dès lors que celui-ci n'est pas établi par un huissier de justice dans le cas prévu par l'article 3 ;

l) Qui prévoit le renouvellement du bail par tacite reconduction pour une durée inférieure à celle prévue à l'article 10 ;

m) Qui interdit au locataire de rechercher la responsabilité du bailleur ou qui exonère le bailleur de toute responsabilité ;

n) Qui interdit au locataire d'héberger des personnes ne vivant pas habituellement avec lui ;

o) Qui impose au locataire le versement, lors de l'entrée dans les lieux, de sommes d'argent en plus de celles prévues aux articles 5 et 22 ;

p) Qui fait supporter au locataire des frais de relance ou d'expédition de la quittance ainsi que les frais de procédure en plus des sommes versées au titre des dépens et de l'article 700 du code de procédure civile ;

q) Qui prévoit que le locataire est automatiquement responsable des dégradations constatées dans le logement ;

r) Qui interdit au locataire de demander une indemnité au bailleur lorsque ce dernier réalise des travaux d'une durée supérieure à quarante jours ;

s) Qui permet au bailleur d'obtenir la résiliation de plein droit du bail au moyen d'une simple ordonnance de référé insusceptible d'appel.

Faites lui lire la loi et dites lui que devant un tribunal il n'a aucune, mais vraiment aucune chance de gagner.
Que ce serait pour lui perte de temps et d'argent, car il sera condamné aux dépends, devra payer vos frais d'avocats et les dommages et intérêts réclamés. Il peut s'il le désire se renseigner auprès de l'ADIL Agence Départementale d'Information sur le Logement de son département ou de tout autre département, par téléphone.


Ajouter un commentaire
Ce document intitulé « RESILIATION DU BAIL AVANT SON TERME » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Dossier à la une