Posez votre question Signaler

Dépôt de pain collé à mon terminal de cuisson

Jess300 42Messages postés lundi 19 janvier 2009Date d'inscription 29 avril 2009Dernière intervention - Dernière réponse le 7 avril 2015 à 19:09
Bonjour,
Bonjour, j'ai racheté un terminal de cuisson, il y a un an. ( Je me suis faite arnaquée sur la vente au niveau du CA) Je viens sur ce forum pour que mon commerce reste ouvert si non d'ici peux je serais obligée de déposer le bilan. La situation est la suivante :
Quand je me suis rendue conte de la betise que j'ai faite en achetant ce termianl de cuisson, etant donnée que l'epicerie collé à nous, fait dépot de pain artisanal, moi et mon mari nous avons decidé pour pouvoir payer les factures d'effectuer les livraisons dans les villages. Ce systeme nous rapporté plus d'argent mais juste pour regler toutes les factures. On c'est dit avec le temps meme si il y a le depot de pain à coté, on arrivera à s'en sortir. Notre magasin n'est pas en centre ville mais à l'extérieur, là ou il y a des HLM dans un cul de sac. Donc pas de passage sauf les clients qui habitent les batiements. Par la suite, on a appris qu'un autre boulanger venez livrer les batiements 3 fois par semaines. A aujourd'hui mon mari etant gravement malade, il ne peut effectuer les livraisons. Donc pour irremedier, j'ouvre le magasin non stop de 6h30 à 19h30 du lundi au samedi et je travaille le dimanche matin jusqu'à 13h00. Le chiffre ne monte toujour pas juste de 10e par jour et encore.
J'ai parlé a l'epicié pour lui demander de faire le pain seulement pendant les jours de fermeture, il m'a repondu qu'il ne l'avait pas fait avec tous les anciens propriétaire et qu'il ne le fera pas maintenant. Ou bien de le prendre chez moi, mais il a refusé.
Je suis dejà la 6éme personne en 6 ans, depuis qu'il fait depot de pain artisanal. Avant, il y avait une close disant que le pain, devait etre pris au plus pret mais celle ci n'existe plus.
Les autres propriétaire du terminal de cuisson on deposé des plaintes... La seule chose qu'ils ont put obtenir c'est de lui interdire de vendre des viennoiseries. Mais au final meme avec l'interdiction il le fait quand meme.
je suis allée voir la mairie, la CCI.... personne ne peut m'aider, la seul chose est il a le droit de vendre, vous ne pouvez rien faire et pour les viennoiseries, appeler un huissier pour constater. Je n'ai pas les moyens d'appeler un huissier ou de faire autre chose financiérement, depuis 1 an je n'ai pas de salaire... alors comment payer un huissier que je lui ai repondu.
Si vous avez des solutions pour que je puisse faire arreter ce depot de pain et de viennoiserie je vous en supplie aidez moi.
Pour les produit je met que de l'AOC ou haut de gamme je paye une fortune des produits qualité mais sa ni change rien. Reflexion des clients c'est du congelé on en veut pas.
Pour transformer en vrai boulangerie c'est pas possible il n'y a pas de place.
Le depot de pain vend quasiement le double de pain que je fais et idem pour les viennoiseries.
Merci de reponses.
Lire la suite 
Réponse
+3
moins plus
il faut se retourner contre l'ancien propriétaire , car vous ver 1 ans pour le faire . il vous a matie sur le chiffre d'affaire , et il devais vous prévenir de la situation , car il été au courant .
patrol77- 7 sept. 2011 à 22:02
bonsoir, Madame,
je viens de prendre connaissance de votre mail,en effet vous auriez dû vous retourner contre votre vendeur , qui lui aurais du vous le signaler avant la vente maintenant avec 6 année de passif cela risque d être compliqué(.prescription).
concernant la viennoiserie voyer pour changer de fournisseur il en existe de très bon à moindre coût à qualités égale.
essayer de vous arranger avec vos fournisseurs pour des RFA plus importante en fin d'année !!
et puis pourquoi pas faire des produit que votre concurrent fait ex:soda moins chère des choses qui vont le gêner à force forcement ca risque de piquer un peut (bonne guerre) .
je vous souhaites beaucoup de courage.
Répondre
Michel les mille délices- 7 avril 2015 à 19:09
Bonjour madame j ai tenu une boulangerie artisanale avec ma femme y compris la vienoiserie et ect. .. j avait le me problème que vous le épicier vendait du pain et vienoiserie et schit c était des algérien depuis 30 ans sont dans ce commerce ouvert de 8heure à 22h30 ils m'ont tout fait pour me mettre en liquidation judiciaire 4 ans sans salaire et je bosser 15heure par jours pour rien aujourd'hui le épicier vend le double de pains voilà je espère que vous puissiez défendre bonne continuation
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+1
moins plus
bonjour,

je fais les pizzas, les friands...., j'ai installé une terrasse avec formule pt dej, café à 1€. Mais comme je l'ai expliqué avant au niveau de l'emplacement, je n'ai que la clientelle du quartier on est situé en dehors de la ville et dans une impasse. Je dois vendre 4 friand par jours, 5 quiches c'est pas sa qui va faire augmenter mon CA. La boulangerie etait juste limite dejà avant que l'epicerie decide de faire depot de pain. Quand il a commencé à faire le depot de pain, il y avait une clause dans le contrat qu'il prenne le pain au plus proche. Mais celà n'a jamais etait respectée. Donc le magasin à etait vendu entre temps ne trouvant pas d'acheteur pour celui ci, l'epicerie à modifié le bail, et il a le droit à aujourd'hui, de prendre le pain ou il veut. La personne, qui a racheté le magasin, malgré le depot de pain à fait du bon travail, il faisait les frittes.... mais tout lui a etait interdit. Il c'est retrouvé avec juste le droit de faire du pain. Donc il a revendu à la personne à qui j'ai racheté. Moi à aujourd'hui je me bas pour avoir les autorisations pour pouvoir mettre une grande terrasse extérieur, pour avoir plus de monde au niveau des cafés.... de pouvoir faire frittes... mais tout est refusé. Tout m'est interdit pour que je puisse developper l'affaire. On m'avait dit oui on vous fera un avenant... mais au final il n'y a rien qui a etait fait pour que je puisse faire snack en meme temps.... Et avec juste 1 table, je ne peux pas faire de chiffre. Mes clients veulent venir consommer sur place le matin discuter entre collegue avant de partir travailler car ils font quasi tous du covoiturage. Mais je ne peux pas satisfaire ma clientelle. Et pour moi à aujourd'hui etant donné que tout est refusé pour le developpement autre que le pain, je n'ai pas le choix que de trouver une solution pour lui faire arreter le pain. Je ne suis pas contre un depot de pain collé à moi mais qu'il le nuit pas au CA au point de me faire fermer. Il n'y a pas assez de clientelle pour 2 points de vente en pain. Quand il n'a pas de pain ses clients viennent ici. Il ne vend pas non plus une quantité monstrueuse non plus mais c'est le peu qu'il vend qui pourrait permettre au magasin de survivre dans ce quartier si il arretait.

Vous en tant qu'epicié vous continuerez à vendre du pain en sachant que sa vous rapporte rien et que le magasin a coté de chez vous risque de fermer pour sa ? Sauf si bien sur vous faites expré par tous les moyens de le faire fermer pour recupérer le local pour 0 et vous agrandir ?
abdel- 20 oct. 2009 à 12:26
AVEC UNE SURFACE DE 15M2 VOUS POUVEZ PRODUIRE DU PAIN,LA PRODUCTION DE PAIN C EST FACILE DE FABRIQUER DU PAIN DE TRES BONNE QUALITEE.MAIS LE MATERIEL COUTE DANS LES 40000 EUROS EN NEUF?ET DANS LES 15000E EN OCCASION.
Répondre
Farinette- 15 févr. 2010 à 08:25
Où en êtes-vous de votre situation depuis 2009?
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+1
moins plus
Acheter un commerce n'est pas acheter un petit pain au chocolat !!
Il faut réfléchir avant de se lancer, ne pas se contenter d'éventuels futurs avenants, mais les faire valider avant la signature.

Je pense que tu te trompes de bataille, le problème n'est pas l'épicier qui fait dépôt de pain (personne n'est a l abri d'une concurrence quelle qu'elle soit !)
il faut plutôt réfléchir positivement, et proposer des produits pour que les gens viennent chez toi !

Ceci dit, sache une chose: c'est qu'un point chaud (qui fonctionne en surgelé si je ne me trompe!) ne rivalisera jamais avec un vrai pain de boulanger !!

bonne continuation
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
c'est ce qu'on a fait mais les avocats... nous on dit qu'il etait trop tard. Meme au niveau de l'acte de vente, le document avec le montant du loyé en cour etait faux...Même a aujourd'hui nous n'avons pas l'acte de vente le notaire dit qu'il a etait égaré... Aucune trace.
Nous avons plein de preuve de cette arnaque ( au debut tout le monde disaient oui c'est possible et une fois qu'on a dit bon on fonse... là sa etait non il n'y a pas assez de preuve). Pour nous à aujourdh'ui pour pouvoir nous en sortir c'est de faire arreter le depot de pain qui est collé a nous, je precise que lorsqu'il n'a pas de pain, je fais un chiffre qui rend le magasin rentable.

Le probléme c'est qu'il a l'autorisation dans son bail de vendre du pain. Moi j'aimerais, qu'il ai une autorisation de le faire seulement pendant mes jours de fermetures... Mais je ne trouve pas de solution pour arriver a faire modifier son bail. Merci de vos réponses.
leila- 27 avril 2009 à 10:37
l'epicier n'a rien avoir avec ta situation c'est toi qui t'es fait avoir par l'ancien propriotaire il fallait avant d'acheter faire une etude ,te rendre sur place et voir les va et viens des clients.
cependant ce que tu peux faire c'est proposer des services en plus comme les sandwichs, les formules petit dej,le café,la pizza diversifie toi et si tu voi que les produit aoc n'attire pas ta clientele supprime les au lieu de te ruiner a en acheter.
je suis epicier et je vend du pain à coté d'un terminal de cuisson
Répondre
jamel- 20 juil. 2011 à 22:17
bonsoir un terminal de cuisson doit etre tres competitive c'est ce qui fait sont succe si tu vend du pain ou de la baguette au meme prix que le boulanger tu n'y arrivera pas
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
ca fais peur! moi je voudrai installé un terminal de cuisson dans un dépot de pain, à la chambre des métiers on me dit qu'il fo 3 ans d'expérience ou le cap boulanegr-patissier et à la chambre de commerce on me dit que c pas nécessaire car les terminaux de cuisson dépendent d'eux! comment savoir qui a raison!???
en tout cas bon courage
jamel- 20 juil. 2011 à 22:13
bonjour je peux te dire qu'il ne faut aucun diplome pour ouvrir un point chaud contrairement a une boulangerie
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
la meme chose dans mon village !
le terminale a fait une offre imbattable : 3 baguette achettée, la 4eme gratuite, au meme prix que l'epicier.et elle a coule l'epicier qui a arreter de vendre le pain.
les gens preferent le vrai au congele c sur mais ils regarderont d'abord leur porte monnaie, si ils peuvent faire des economies, ils viendront.
mais apres faut voir si c realisable pr vous et ne pas vendre a perte.
bon courrage en tout cas.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
bonjour,
essaie de te lancer dans les sandwiche croc monsieur quiche lorraine crepe salade a emporter cela pourra peut etre t'aider a remonter ton chiffre d'affaire cordialement
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
fais des tartes , des quiches , de la pizza des choses fraiches . Moi j'ai un terminle de cuisson dans le sud est, je marche avec ca
bon courage
SZ
laure7- 6 nov. 2011 à 19:21
Je te conseil de fidélisé tes client ( des bâtiment ) avec une remis de 10% sur justificatif de domicile Comme un système de carte de fidélité
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Faite des petites formules en salé ou sucré , tous le monde aime ça
Ajouter un commentaire
Ce document intitulé « Dépôt de pain collé à mon terminal de cuisson » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Dossier à la une