Signaler

Que faire si un parent vient saoul [Résolu]

Posez votre question plume165 1Messages postés jeudi 25 avril 2013Date d'inscription 25 avril 2013 Dernière intervention - Dernière réponse le 25 mai 2013 à 14:53 par BmV
Bonjour
voilà je suis ass mat et j'aurais aimé savoir comment réagir si un de mes parents vient chercher son enfant ivre ???
quels sont mes droits et mes devoirs , ya til un texte de lois auquel on peux se rapporter ??

merci d'avance pour vos réponses
Utile
+1
plus moins
Bonsoir,

"avant de décréter cela, le parent a bien évidemment été soumis à un éthylotest ?"

De toute évidence l'ivresse est manifeste...

Cordialement
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Il faut arrêter de tourner autour du pot, un ivrogne est un ivrogne et quelqu'un qui arrive en titubant, qui pu l'alcool, qui s'exprime de façon incompréhensible, pas besoin d'être scientifique pour deviner qu'il a bu et qu'il ne vient pas juste de voir un extra terrestre !
Appelez la Police et basta.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,
Je suis moi-même ass mat et j'avoue que votre question est délicate.
Vous avez plusieurs possibilités :
- si le parent vient rechercher son enfant en journée (style 14h30 ou 15h), vous avez toujours la possibilité de refuser de lui remettre l'enfant, en expliquant les raisons (parent ivre = enfant en danger). Vous refermez directement votre porte à clé afin que le parent n'entre pas vous mettre vous aussi en danger. De là, il faut contacter votre puéricultrice de secteur, afin de l'informer de votre décision que vous considérez comme professionnelle. Vous pouvez également prévenir la gendarmerie (ou le service de police) qui couvre votre village.
- si le parent vient tard (après 18h), vous aurez du mal à avoir votre puéricultrice au téléphone. Dans ce cas, il vaut mieux directement appeler la police ou la gendarmerie si vous craignez pour l'enfant. Il faut leur demander (en insistant bien évidemment) qu'ils viennent constater par eux-mêmes l'état d'ébriété du parent et que vous avez peur pour l'enfant (et les autres accueillis) et vous-mêmes.
Si votre puéricultrice vous donne son accord pour garder l'enfant avec vous (jusqu'au lendemain par exemple), il faut absolument que vous lui adressiez une lettre recommandée avec accusé de réception en relatant l'ensemble des faits, l'heure à laquelle vous l'avez contactée sans oublier d'ajouter qu'elle vous a donné son accord verbal.
Mais il faut savoir aussi que le fait de refuser de rendre l'enfant au parent peut se retourner contre vous. Là est toute l'ambigüité de la situation de voir arriver à sa porte un parent en incapacité de prendre en charge son enfant.
Si vous avez la possibilité d'en parler avec votre puéricultrice avant que la situation n'arrive, faites-le. Vous aurez son point de vue et serez rassurée et saurez comment réagir exactement si vous étiez confrontée un jour à cette situation.
Le métier d'ass mat es le plus beau métier du monde, avec son lot de rires, de sourires, de bisous et de gazouillis.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
"De toute évidence l'ivresse est manifeste..." : l'ivresse semble manifeste.


Sauf à avoir assisté à l'ingestion des substances entraînant l'état d'ivresse, comment une personne non qualifiée en la matière peut-elle affirmer avec certitude qu'une personne est ivre sans la soumettre à un test scientifiquement fiable ?
 

durock 12739Messages postés mardi 1 janvier 2008Date d'inscription ContributeurStatut 20 octobre 2017 Dernière intervention - 24 mai 2013 à 22:52
Bonjour

Sans vouloir offenser qui que ce soit suivant l'état de la personne il n'y a pas toujours vraiment besoin d'un test scientifiquement fiable ! Au premier coup d'oeil ça se voit tout de suite.

Cordialement
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
"Au premier coup d'oeil ça se voit tout de suite."  : NON !


Je te mets au défi de déterminer que certaines personnes sont à 1 ou 1,5 g/l, parfois même plus par leur seul "comportement".

Et si la réponse ne te convient pas, inutile de lui coller un "-1" : prouve nous en quoi la réponse est erronée au niveau scientifique et surtout juridique !


Donnez votre avis
Utile
-2
plus moins
"si un de mes parents vient chercher son enfant ivre"  : avant de décréter cela, le parent a bien évidemment été soumis à un éthylotest ?
 

Donnez votre avis
Utile
-2
plus moins
Peut-être.

Peut-être pas.

La personne peut éventuellement être dans un état "particulier" car ayant juste subi une pression mentale particulière récemment (cambriolage, accident évité de justesse, patron agressif, etc.) par exemple ; ça c'est vu fréquemment, semble-t-il.

Aussi, certaines personnes sont plus sensibles à l'alcool que d'autres : certains sont totalement "pompette" avec 1/2 verre de cidre, d'autres jouent parfaitement au billard après quatre voire cinq cognacs et un repas arrosé.

Il existe en effet aussi des personnes qui bien que (parfois très) fortement alcoolisées n'en laissent rien paraître du tout et semblent tout à fait "normales" ; il n'est donc pas forcément exclu que des enfants, ici ou ailleurs, aient été remis à des personnes juridiquement en état d'ébriété et la responsabilité du personnel aurait pu aussi être mise en jeu.
Sauf que, comme selon les apparences visuelles le parent présent paraissait totalement "normal", il n'y a eu aucune méfiance ni réserve pour lui remettre l'enfant, n'est ce pas ?
Car on a jugé sur une apparence, une impression, et non pas sur un fait.

Conclusion : si une personne d'apparence "normale" est susceptible d'avoir plus de 0.5 g d'alcool/litre de sang, il est envisageable qu'une autre d'apparence "pas normale" ne soit pas ivre au sens juridique.

Pour être parfaitement cohérent avec la démarche de précaution ci-dessus décrite, parfaitement respectable au demeurant, il faudrait objectivement soumettre chaque parent à chaque fois à un contrôle d'alcoolémie.

Dans le cas ci-dessus où, il faut bien le reconnaître, il y avait, en effet, visiblement une forte présomption d'alcoolémie réelle, la réaction juridiquement valable eût été sans doute d'appeler la police/gendarmerie pour mise en danger de la vie d'autrui (autrui étant l'enfant), et qu'ils viennent, eux qui sont compétents dans le domaine, constater l'état de la personne et l'empêcher ou non de prendre le volant avec son gamin.

Car il me semble bien que l'on ne soit pas habilité à procéder à des tests d'alcoolémie ; par ailleurs, refuser de remettre l'enfant à son parent n'est il pas susceptible de recours en tant que tel ?

Quant aux "textes" existant en la matière, n'ont-ils pas été abordés lors de la formation d'ass-mat' ?
 
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une