Signaler

Construction d'une piscine enterrée en zone Agricole

Posez votre question jpc57 6Messages postés jeudi 27 juin 2013Date d'inscription 27 juin 2013 Dernière intervention - Dernière réponse le 15 nov. 2017 à 12:42 par citoyen_
Bonjour,

Je suis actuellement sur un projet de piscine enterrée et j'ai donc contacté le service d'urbanisme pour avoir leur avis. J'ai alors appris que mon terrain était en partie classé en zone agricole ce que je ne savais pas...

Le service d'urbanisme m'a donc répondu qu'il était impossible de construire une piscine sur ce terrain et que ma demande de travaux serait refusée. J'ai essayé d'obtenir une dérogation auprès du maire mais celui-ci s'est retranché derrière l'avis du service d'urbanisme.

Mais en faisant quelques recherches sur internet, j'ai pu voir que beaucoup de gens ont tout de même réussi à construire une piscine en zone agricole. J'ai même trouvé une jurisprudence qui dit que les restrictions en zone agricole ne s'appliquent pas aux piscines (

Ma question est donc la suivante : est-ce que je peux utiliser cette jurisprudence auprès du service d'urbanisme pour les obliger à accepter ma demande de travaux ? Et dans le cas où ils maintiendraient leur refus, suis-je protégé par cette jurisprudence dans le cas où je passerai outre leur refus ?

Je vous remercie d'avance pour votre aide.
Utile
+0
plus moins
Bonjour

est-ce que je peux utiliser cette jurisprudence auprès du service d'urbanisme pour les obliger à accepter ma demande de travaux ?
Oui

Et dans le cas où ils maintiendraient leur refus, suis-je protégé par cette jurisprudence dans le cas où je passerai outre leur refus ?
Non. Même si la jurusprudence permet l'implantation d'une piscine en zone agricole, tu devras avoir l'aval de la mairie pour la construire. Car sans autorisation, ta construction serait illégale et la mairie serait en droit d'en demander la démolition.

Il sera nécessaire de dépose un dosssier en mairie pour faire valider ton projet, si celui-ci entre bien dans les clous par rapport aux règles d'urbanisme...
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour et merci de me répondre c'est sympa

En fait la mairie et le service d'urbanisme ne veulent pas autoriser l'implantation car pour eux rien ne peut être construit sur une zone agricole.

Ta réponse me permet déjà de continuer à espérer :) Si j'arrive dans leur bureau avec le texte de loi et un peu d'applomb ils valideront peut-être ma demande de travaux!

Mais s'ils persistent dans leur refus, est-ce que j'ai de bonnes chances de gagner si je les envoie au tribunal pour contester leur décision ?
Josh Randall 17505Messages postés dimanche 16 avril 2006Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 12:59
Attention: il y a deux façon de formuler un refus.

Il peut y avoir refus par la seule motivation que le terrain est situé en zone agricole. Et c'est parfaitement attaquable au tribunal.

Il y a le refus après dépôt du dossier motivé par les aspects réglementaires du PLU de la commune. Et si tout est bien respecté, ça sera plus compliqué à attaquer
Répondre
jpc57 6Messages postés jeudi 27 juin 2013Date d'inscription 27 juin 2013 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 13:04
Mon PLU se contente de répéter le cadre général de la zone A : toute construction est interdite sauf si liée à une activité agricole.

Si la jurisprudence dit qu'une piscine enterrée n'est pas considérée comme une construction, quelle aspect réglementaire le service d'urbanisme pourrait-il invoquer par exemple pour justifier un refus ?
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour

Ce n'est pas un texte de loi, mais une jurisprudence...
Mais ça a son poids quand même.
jpc57 6Messages postés jeudi 27 juin 2013Date d'inscription 27 juin 2013 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 13:05
Bonjour choubaka,

Il n'y a donc aucune certitude quant à la décision finale d'un tribunal en cas de litige... Engager des frais dans ces conditions reste donc plutôt risqué...
Répondre
choubaka 37114Messages postés jeudi 4 avril 2002Date d'inscription ModérateurStatut 14 novembre 2017 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 13:09
appuyer votre demande au service concerné avec cette jurisprudence avant de passer en justice...
Répondre
jpc57 6Messages postés jeudi 27 juin 2013Date d'inscription 27 juin 2013 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 13:11
oui oui bien sûr c'est ce que je vais faire. Il s'agit d'un tout petit service d'urbanisme de campagne, j'espère les faire craquer sans avoir besoin d'aller au tribunal :)

Merci pour votre aide en tout cas
Répondre
choubaka 37114Messages postés jeudi 4 avril 2002Date d'inscription ModérateurStatut 14 novembre 2017 Dernière intervention - 27 juin 2013 à 13:17
Bonne chance
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Je viens d'avoir un pisciniste au téléphone qui me dit que depuis Janvier 2013 la loi a changé et qu'une piscine enterrée est désormais considérée comme une construction et compte même désormais dans le calcul de la SHON...

Il me semblait que cela était le cas depuis longtemps mais uniquement pour les piscines couvertes par un abri de plus de 1m80.

Est-ce que quelqu'un aurait des précisions sur que m'a dit ce pisciniste ?
bdj- 24 févr. 2015 à 07:19
où en etes vous aujourd hui?
Répondre
jfppg 1Messages postés vendredi 10 avril 2015Date d'inscription 10 avril 2015 Dernière intervention - 10 avril 2015 à 22:02
Bonjour
Etant dans le même cas que vous je suis curieux de savoir comment vous avez avancé pour votre projet.
Merci
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,
Je n'ai pas d'exemple concret et j 'en cherche, mais nous allons essayer de nous lancer dans ces démarches.

Je pense que la Loi Macron a pour effet d’assouplir les conditions de constructibilité en zone agricole par la modification des dispositions de l’article L 123-1-5 du code de l’urbanisme.


"Le règlement du PLU doit définir précisément les conditions applicables notamment au niveau de l’implantation et de l’intégration du bâti, qui doit être compatible avec le caractère agricole du secteur

L’évolution s’est poursuivie avec la loi d’avenir pour l’agriculture intervenue le 13 octobre 2014, qui autorise l’extension des habitations en dehors de toute désignation dans le règlement du PLU telle qu’exigée précédemment, toujours sous certaines réserves tenant notamment à la préservation de l’activité agricole et à la rédaction du règlement du PLU.

Le même article L 123-1-5 modifié par la loi « Macron » prévoit désormais, toujours dans des conditions strictement définies par le PLU (dont les dispositions sont soumises à l’avis de la commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers prévue à l’article L. 112-1-1 du Code rural et de la pêche maritime), que « les bâtiments d’habitation existants peuvent faire l’objet d’extensions ou d’annexes, dès lors que ces extensions ou annexes ne compromettent pas l’activité agricole ou la qualité paysagère du site ».

La nouveauté consiste ici en l’autorisation des annexes.

Cette modification peut sembler mineure sur le papier puisque seuls quelques mots ont été ajoutés, mais elle est susceptible d’avoir des conséquences non négligeables en pratique puisque les annexes peuvent consister en une piscine, un garage ou encore un abri de jardin non contigus au bâti existant."

Voila notre premiere piste ...
citoyen_ 1Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 12:42
Bonjour,
Je suis également dans le même cas que vous.
Avez-vous pu exploiter la piste mentionnée ?

Merci et bonne chance !
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Merci de nous tenir au courant...
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une