Qui est responsable d'un virement international ? [Résolu]

ourfeet - 13 sept. 2016 à 06:51 - Dernière réponse :  ourfeet
- 14 sept. 2016 à 03:11
Bonjour,

J'ai effectue un transfert depuis la Chine vers la France il y a trois semaines (de mon compte perso vers mon compte perso, la justification de mes revenus a ete verifiee en detail par la banque chinoise. Tout est bon.). Normalement, ce genre de virement ne prend que 2-3 jours. Maintenant personne ne veut nous fournir d'information.
- La banque chinoise dit que le virement est parti de Chine, accepte par une banque europeenne (eventuellement une banque intermediaire) et que leur role s'arrete la.
- La banque francaise me dit que ce n'est pas leur responsabilite "On n'a pas recu de virement, voyez avec la banque emettrice".

Legalement, qui est responsable du suivi du transfert ?

PS: J'ai lu quelques posts en rapport avec les virements internationaux. Mais je n'en ai pas vu concernant la responsabilite du transfert.
Afficher la suite 

2 réponses

Répondre au sujet
sylv1lemalin 329 Messages postés jeudi 1 septembre 2016Date d'inscription 8 novembre 2016 Dernière intervention - 13 sept. 2016 à 10:30
+1
Utile
1
bonjour,
la banque bénéficiaire ne peut pas être responsable puisqu'elle n'a pas connaissance du virement. Tant qu'elle n'a pas reçu les fonds et l'identité du destinataire, elle n'a aucune donnée. Quand une banque française reçoit un virement et qu'elle a toutes les données, elle traite l'opération dans les 24 heures ouvrées.
C'est la banque émettrice qui doit se mettre en relation avec la (ou les - il peut y en avoir plusieurs) banque intermédiaire pour savoir ou sont les fonds.
Par contre 3 jours, n'y comptez pas, comptez au minimum 10 jours.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Merci.
Cela me semble logique aussi. Les relations avec la banque emettrice se degradent. Je pense maintenant avoir recours a un avocat... en Chine. Mais c'est un autre probleme.
Commenter la réponse de sylv1lemalin
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une