Signaler

Temps partiel refusé

Posez votre question mdg.girls - Dernière réponse le 23 sept. 2016 à 11:44
Bonjour,
J'ai fait une demande de temps partiel (4/5ème) qui vient de m'être refusée.
Le courrier de mon employeur dit ceci :
"Nous vous confirmons par la présente que nous ne sommes pas en mesure de donner une suite favorable à votre demande compte-tenu de la nature de l'emploi que vous occupez dans notre organisation et faute de poste à temps partiel disponible à votre catégorie professionnelle"
Je m'occupe du SAV, et jusqu'à peu, également du magasin d'usine deux après-midi par semaine. Le magasin d'usine ayant fermé, j'ai un peu plus de "temps libre".
Mon patron m'a affectée à un poste supplémentaire pour "m'occuper" mais sans qu'un avenant à mon contrat de travail ne soit rédigé.
Puis-je faire valoir que libérée d'une partie de mon travail, je ne vois pas ce qui l'empêche de m'accorder ce 4/5ème ?
Doit-il argumenter son refus ? Car là, je ne vois pas vraiment ce qui serait préjudiciable à la bonne marche de l'entreprise.
Merci pour votre aide.
Afficher la suite 
Utile
+0
moins plus
Bonjour,

L'employeur n'a aucune obligation d’accédé à votre demande.
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Bonjour,

merci pour votre retour.
Je sais que l'employeur n'a aucune obligation d'accepter ma demande mais n'a t-il pas celle de motiver correctement son refus ?
Parce que clairement, vu ma charge de travail en moins (2x 1/2 journée au magasin d'usine), une absence d'une journée ne perturberait en rien l'organisation de la société.
Misha-d'ok- 23 sept. 2016 à 11:44
n'a t-il pas celle de motiver correctement son refus ?

Non reste la négociation en tête à tête.
Répondre
Ajouter un commentaire

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Dossier à la une