Signaler

Demande recours sur sanction jugée disproportionnée

Posez votre question celtic1903 5Messages postés samedi 18 mars 2017Date d'inscription 19 mars 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 19 mars 2017 à 17:11 par sophiag
Bonjour à tous,
Nous sommes à la recherche d'un recours. Voici, brièvement, l'historique des faits. Notre fils et deux de ses amis (3ème) avaient un jeu (absolument stupide je vous l'accorde) : baisser le pantalon du copain (de préférence dans un lieu de forte affluence sans se faire remarquer). Pas vu, pas pris / pris pendu ! L'histoire a fini chez le CPE puis le Proviseur : deux jours d'exclusion pour deux des protagonistes, le troisième (plaignant) épargné de tout. Nous n'avons pu obtenir qu'un rendez-vous téléphonique avec le Proviseur qui n'a rien voulu entendre. Il n'existe aucun témoignage d'autres élèves, ni même des surveillants. Tout repose sur le témoignage du troisième "joueur". Nous sommes dans l'attente du courrier recommandé (à aujourd'hui les faits datent de 3 jours). Nous avons par contre reçu un courrier simple portant la mention "annule et remplace" ! précisant le report de la sanction à une quinzaine de jours !!! De notre côté, un mail reprenant l'historique et l'échange téléphonique est parti de notre côté le jour de l'entretien (lendemain des faits) au service contentieux du rectorat.
Nous trouvons la sanction NECESSAIRE mais l'exclusion nous semble disproportionnée (pour mémoire deux jours d'exclusion) pour un jeu absurde. Nous aurions préféré une retenue (voire plusieurs) afin de réfléchir sur les conséquences de l'humiliation dans un établissement scolaire et préparé, idéalement, par les trois compères. La sanction aurait, pour nous, trouvé ici un vrai sens pédagogique. Sans compter que nous avons, de notre côté (parents des deux enfants punis) expliqué aux intéressés l'idiotie de leur acte.
Quel recours est possible afin d'amoindrir la sanction et la pénalisation de leur dossier scolaire qui mettra en péril une future inscription dans un lycée ?
NB : il s'agit de la première sanction pour notre enfant, aucun problème disciplinaire depuis son entrée au collège.
Nous vous remercions par avance des conseils que vous pourrez prodiguer.
Bien cordialement
Afficher la suite 
Utile
+4
plus moins
Bonjour,

Je ne suis pas d'accord avec vous.
A mon avis, le fait d'humilier un camarade de classe de façon répétée est à la limite du harcèlement, et vous devriez être bien content que cette punition reste dans le cadre scolaire.

Une plainte de la victime, de ses parents ou un simple signalement au Procureur de la République par le principal du collège, et vos enfants risquaient 6 mois de prison et 7500 € d'amende. Notez que la victime a encore 6 ans pour porter plainte.

A votre place, je ferais profil bas et j'accepterais cette sanction disciplinaire.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
celtic1903 5Messages postés samedi 18 mars 2017Date d'inscription 19 mars 2017 Dernière intervention - 19 mars 2017 à 11:14
Energizor Bonjour,
Tout d'abord, je suis d'accord avec vous, l'humiliation de manière répétée ou non n'est pas acceptable. Le seul détail omis était qu'il s'agissait au début d'un jeu à 3 adolescents consistant à baisser le pantalon d'un des deux autres de manière "alternative"... Je n'ai pas du être très clair dans mes explications.
J'aurais fait profil bas si ces trois ado, même un seul d'ailleurs, avait eu par le passé, si lointain soit-il, un comportement répréhensible que ce soit dans le cadre scolaire ou non, mais ce n'est strictement pas le cas.
Notre monde devient tellement fou que des mômes qui se baissent le pantalon par jeu (car je le répète depuis le début c'en était un), récoltent la même sanction que des bagarreurs ou des racketteurs..
En tout cas, merci pour votre réponse.
Cordialement.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+3
plus moins
Bonjour,

A notre époque où les agressions, harcèlements, humiliations ou bizuthages divers et variés peuvent parfois avoir des conséquences dommageables (voire plus...), 2 jours d'exclusions ne me paraissent pas une sanction disproportionnée.
Il ne s'agit pas voir dans cette sanction une forme de "pédagogie" mais un choc salutaire qui, je l'espère, permettra aux gamins de prendre conscience qu'il y a des choses à faire et d'autres à ne pas faire.
Quant aux parents, il faut leur laisser un rôle actif en matière de pédagogie et de respect d'autrui et ne pas tout remettre entre les mains de l'autorité scolaire.
celtic1903 5Messages postés samedi 18 mars 2017Date d'inscription 19 mars 2017 Dernière intervention - 19 mars 2017 à 11:30
Bonjour DCI,
Merci pour votre réponse.
Je suis d'accord, à notre époque nous ne sommes même plus capable de différencier les actes... Comme je l'ai expliqué plus haut, le "plaignant" et les deux "harceleurs" jouaient tous les trois ensemble à ce jeu depuis le début.
Qu'une sanction soit salutaire je vous l'accorde, encore faut-il peut-être prendre en considération les trois témoignages, l'historique et surtout le comportement des trois ado depuis leur arrivée au collège (faute de mieux). Ces ado étant en 3ème, le collège avait tout à loisirs d'étudier trois années de comportement.
Quant à notre rôle de parents, nous pensons l'avoir bien saisi car, je le rappelle, nous étions pour une sanction mais pas celle qui précède l'exclusion définitive ! Nous avons donc expliqué que le geste était grave, pris maintes et maintes exemples. Quant à expliquer la disproportion de la sanction, face à une de nos filles qui elle se fait harceler réellement jusque par téléphone à la maison et d'autres élèves qui pour des actes bien plus répréhensibles n'obtiennent que des punitions minimes, la tâche devient ardue. Si nous laissions réellement notre rôle entre les mains de l'autorité scolaire, je pense que nous ne nous pauserions aucune question sur le bien fondé de tout cela et nous en aurions cure de venir exposer notre situation ici.
Cordialement
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
bonjour
baisser le pantalon d'une personne en public est un délit pénal .Votre fils s'en sort bien, si la victime porte plainte une condamnation pénale pourrait entacher son casier judiciaire
celtic1903 5Messages postés samedi 18 mars 2017Date d'inscription 19 mars 2017 Dernière intervention - 19 mars 2017 à 11:51
Bonjour Relou,
Merci pour votre commentaire.
Si la "victime" (le pas-vu pas-pris des autres parties de ce même jeu) porte plainte, le casier judiciaire des deux autres sera effectivement entachés et redeviendra vierge à leur 18 ans faute d'un autre souci d'ici là.
Plus que la peur de cette sanction, je peux vous assurer que les deux "accusés" en sont pour leur frais à la maison. Ceci peut bien sûr être mis en doute, libre à chacun de penser ce qu'il veut.
Enfin et pour conclure avec vous sur les deux commentaires précédents, j'aurais aimé que le proviseur demande à nos deux gamins comment ils se sont senti lorsque la victime leur avait baissé le pantalon au"tour" d'avant ; que les trois gamins et leurs parents aient été vu ensemble autour d'une table et devant le proviseur, car ses trois gamins-là étaient des amis, venaient alternativement à la maison les weekend ! J'imagine que si cela n'avait pas été un jeu, celui-ci aurait tourné au vinaigre bien des mois avant.
Je suis au regret de vous annoncer que "soulever les jupes des filles" comme cela se passait aux temps des innocents est bel et bien révolu.
Cordialement
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour

Et vos gamins (les deux "coupables")! Ils ne peuvent apporter leur version des faits ?
Car si ce jeu était à tour de rôle, alors, ils se doivent de dénoncer aussi leur camarade innocenté puisque celui ci n'avoue pas qu'il était complice, d'accord et meme acteur de ce meme geste ré-prouvable!
celtic1903 5Messages postés samedi 18 mars 2017Date d'inscription 19 mars 2017 Dernière intervention - 19 mars 2017 à 15:57
Bonjour Sophiag,

Les enfants ont été reçus et entendus après que le premier se soit plaint. La parole des deux contre la sienne car il n'y a eu aucun témoin, ni adulte ni adolescent, personne n'a vu ce qu'il s'est passé... Comme quoi nous, parents des deux, accordons du crédit à chacun. Pour nous ils sont tous fautifs, à degré égal, pris à leur jeu idiot. D'où notre demande d'une sanction moindre mais aux trois.

Il est évident que de recevoir un enfant en pleurs pourrait laisser présagé d'une grosse douleur psychologique mais alors que dire du sourire narquois du lendemain dans le couloir lorsqu'il croise les deux autres... Nous ne souhaitons pas rentrer dans leur "jeu" et rester les plus équitables possible.

Je suis conscient, après relecture de mon premier texte, de ne pas avoir été suffisamment précis, mais l'exercice est difficile en étant dans la situation.

Merci pour votre attention,
Cordialement
Répondre
sophiag 36383Messages postés samedi 20 décembre 2008Date d'inscription ContributeurStatut 22 mai 2017 Dernière intervention - 19 mars 2017 à 17:11
Certes, mais ils ont subis aussi "les coupables"
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Dossier à la une