Mise sous tutelle d'une maison avantt mise en vente..

anne marie - 18 mars 2017 à 12:58 - Dernière réponse : roudoudou22 9661 Messages postés vendredi 11 janvier 2013Date d'inscription 23 janvier 2018 Dernière intervention
- 18 mars 2017 à 16:21
Bonjour,
La maison de ma mère est mise en vente par décision du Juge (mise sous protection d'une majeure demandée par sa fille (moi); le compromis est en préparation par un acquéreur. La maison est en nus propriété pour la pat laissée par mon père décédé.
Bien sûr une part (la moitié concernée) reviendra à mon frère (décédé) donc à ses enfants. Puis-je revenir sur mon accord de vente lors de la signature du compromis. Je sais qu'il faudra payer la pat qui revient à mon frère ; ma mère n'est pas encore décédée mais est impotente et vit actuellement dans une maison de retraite et je voudrais qu'elle y finisse ses jours SOUS MA PRESENCE CHEZ ELLE. Est-ce une aberration de ma part ? C'est très difficile et douloureux de prendre cette décison.
Merci pour votre rééponse, très cordialement.
            • ...*******



NB : Pour des raisons de sécurité et de confidentialité, ne JAMAIS faire figurer une quelconque précision sur identité, adresse mail personnelle, N° de tél, coordonnées bancaires ou tout autre renseignement permettant d'identifier une personne (DCI modérateur)
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
roudoudou22 9661 Messages postés vendredi 11 janvier 2013Date d'inscription 23 janvier 2018 Dernière intervention - 18 mars 2017 à 16:21
0
Utile
le compromis est en préparation par un acquéreur

Non, le compromis est en préparation par un Notaire

Puis-je revenir sur mon accord de vente lors de la signature du compromis.


S'il n'y a pas encore de compromis, il n'y a pas d'accord de vente.

S'il vous pensez qu'il peut y avoir désaccord, indiquez le à votre notaire avant le jour de la signature, afin qu'il ne convoque pas les parties pour rien.
Commenter la réponse de roudoudou22
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une