Signaler

Rupture d'un C.D.I en fin de pèriode d'essai par le salarié [Résolu]

Posez votre question nibonnimauvais 3Messages postés mardi 23 mai 2017Date d'inscription 23 mai 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 23 mai 2017 à 19:06 par mike0638
Bonjour.
J'ai 61 ans révolus(03/04/1956) et j'ai signé un C.D.I le 03/01/2017 avec une période d'essai de deux mois, à l'hotel Serris situé dans le 77 à 54 kms de mon domicile.
Lorsque j'ai reçu ma première paye fin janvier je me suis rendu compte que l'accord verbal concernant mon salaire, conclu avec le responsable technique n'était pas tenu en effet de 2000 euros brut je suis passé à 1850 euros du fait de l'inclusion d'une indemnité repas de 150 euros calculé comme faisant parti de mon salaire, avec en plus une semaine de travail qui commençait le vendredi et se terminait le mardi soir dimanche inclus, sans aucune mention sur le contrat, ni indemnités pour travail le dimanche.Lorque j'ai fait part de cet état de fait au responsable technique, il m'a avoué que ce n'était pas lui qui avait géré mon contrat mais le directeur d l'hotel.
Aprés un entretien avec le directeur j'ai été prié de relire mon contrat sans aucune autre explication.Compte tenu de la difficulté relationnelles et de la distance de l'hotel, soit deux heures de transports en commun ou '( mn en moto avec les frais engendrés(plus de 7 euros d'essence/jour) je ne parle pas des probabilités d'accident à l'aube de ma retraite, j'ai décidé de rompre le contrat dans les règles, à la fin de la période d'essai.Lorsque j'ai décris la situation aux Assedics il m'ont dit que je n'entrait pas dans la catégorie'' démission légitime''.
Quel recours puis-je faire et où ?
Je constitue actuellement un dossier R.S.A.
Merci de votre attention.
Cordialement.
M.Ouabdesselam ramdane.
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

communiquez votre historique avant le C.D.I du 03/01/2017...
Inscrit à Pôle emploi... démission... licenciement...?

Cordialement
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Merci de votre attention.pour ce qui concerne l'année 2016 j'ai travaillé du 03 janvier au 22 avril et du 04 août au 20 décembre.J'ai été indemnisé pour la période des trois mois de chômage.et j'ai donc repris le 03/01/2017 avec le C.D.I et ceci jusqu'au 28/02/2017 date de rupture du contrat.
J'avais de mémoire à cette date 300 jours d'indemnisation possible.
Merci d'avance.
Cordialement.
Ramdane.
mike0638 471Messages postés dimanche 31 janvier 2010Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention - 23 mai 2017 à 15:24
Ok, si je comprends bien, depuis l'ouverture des droits à Pôle emploi, vous avez travaillé plus de 91 jours, ce qui, effectivement,ne vous permet pas, dans ce cas précis, de valider cette démission comme légitime... même en période d'essai.
La période d'essai se réfère au code du travail et Pôle emploi a des règles différentes.
Pour annuler votre démission, il faudra retravailler au minimum 91 jours ( 3 mois ) ou 455 heures et bien sûr, ne pas redémissionner.

Cordialement
PS: Le contrat du 04 août au 20 décembre, c'était un CDD?
Répondre
nibonnimauvais 3Messages postés mardi 23 mai 2017Date d'inscription 23 mai 2017 Dernière intervention - 23 mai 2017 à 18:31
Bonjour.
J'étrenne ce service et je suis surpris de la qualité de la réponse autant que de la rapidité.
La seule chose qui ne me surprend pas ce sont les qualités et la persévérance de l'être humain.Encore merci pour votre diligence illustre inconnu(e).
Répondre
mike0638 471Messages postés dimanche 31 janvier 2010Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention - 23 mai 2017 à 19:06
>Merci pour votre commentaire,

je vous colle le texte officiel ci-dessous, afin de vous évitez d'autres déboires dans le futur.

Cordialement

§2 - Lorsque le salarié privé d'emploi en cours d'indemnisation justifie d'au moins 91 jours de travail depuis sa précédente ouverture de droits, la poursuite de l'indemnisation est subordonnée au fait qu'il ne renonce pas volontairement à sa dernière activité professionnelle salariée.
Cette condition n'est pas opposable lorsque le départ volontaire met fin à une activité qui a duré moins de 8 jours ou qui représente moins de 17 heures par semaine.
Cette condition n'est pas opposable aux salariés privés d'emploi qui peuvent recevoir le reliquat d'une période d'indemnisation leur donnant droit au service des allocations jusqu'à l'âge auquel ils ont droit à la retraite à taux plein et au plus tard jusqu'à l'âge prévu au r de l'article L. 5421-4 du code du travail.
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une