Signaler

Prévoyance après licenciement pour invalidité

Posez votre question framboise81100 2Messages postés mercredi 5 juillet 2017Date d'inscription 5 juillet 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 12 oct. 2017 à 09:35 par rosieres1
Bonjour, mise en invalidité catégorie 2 par la cpam le 1 er juillet 2017 Ce matin visite médicale reconnue INAPTE DÉFINITIF en une seule visite par le médecin du travail (nous sommes le 5/07/2017) Comment savoir si j aurai droit en plus de ma pension 711Euros à une rente de la prévoyance de mon entreprise (je depends des conventions collectives du bricolage) Et quelles sont les démarches que je dois entreprendre et dans quel délai pour toucher cette prévoyance (la secrétaire de la DRH me dit au telephone que je n ai plus de droit lors de mon licenciement)

Utile
+0
plus moins
La demande de la prévoyance ( lettre en ar avec notification de l'invalidité 2) via laDRH doit se faire avant le licenciement.
Bradoup 7Messages postés mercredi 11 octobre 2017Date d'inscription 12 octobre 2017 Dernière intervention - 12 oct. 2017 à 07:09
Etes vous sure vraiment de ce que vous avancez?
je suis en.pareil cas.
la medecine du travail.m' a reconnu inapte definitivement et mon employeur m'a licencié sans possibilité de reclassement.

je cotisais pour une prevoyance santé bnp.paribas
soyez sure de ce que vous affirmez svp
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,
Si vous avez bénéficié du maintien du salaire lors de votre arrêt de travail antérieur à la mise en invalidité je ne comprends pourquoi vous n'auriez pas droit au complément invalidité. Demandez à votre DRH la communication du contrat de Prévoyance.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une