Plusieurs gifle sur un mineurs

Lili - 18 juil. 2017 à 00:31 - Dernière réponse : DorisOups 18649 Messages postés mardi 19 novembre 2013Date d'inscription 18 juillet 2017 Dernière intervention
- 18 juil. 2017 à 08:52
Bonjour,
Mon fils âgés de 15 ans a pris trois gifle par un élu de la commune parce qu'il éclatez des petard le 14 juillet nous avons donc porter plainte mes cet Elus et soutenu par le maire qui conçoit se geste je suis outré de leur comportement pourriez vous me renseigner se qu'il pourrait lui arrivez en sachant qu'il y a de l itt pour mon jeunes garçons avec un suivi psy
Afficher la suite 

2 réponses

Répondre au sujet
Veilleur62 1111 Messages postés mercredi 6 août 2014Date d'inscription 14 janvier 2018 Dernière intervention - Modifié par Veilleur62 le 18/07/2017 à 07:01
0
Utile
Bonjour,

Toute atteinte physique est condamnable.
Toutefois, pour ma part, je considère qu'il faut garder la raison.

Si ce sont des simples gifles (j'ai en eu quelques-unes pendant mon enfance), l'itt est à peine d'une demi-heure et les seules réelles suites psychologiques sont un meilleur respect des règles de la collectivité.
Si l'itt est très supérieure, ce ne sont plus des gifles mais des coups. Dans ce cas, une plainte s'impose.

Je suppose que vous avez éduqué votre fils en lui expliquant le danger terroriste et les règles applicables en état d'urgence (qui est toujours en vigueur).
Le non-respect d'arrêtés préfectoraux et/ou municipaux engage la responsabilité pénale de votre fils et, pour défaut de surveillance, de la vôtre.

Cordialement
Commenter la réponse de Veilleur62
DorisOups 18649 Messages postés mardi 19 novembre 2013Date d'inscription 18 juillet 2017 Dernière intervention - 18 juil. 2017 à 08:52
0
Utile
bonjour
les mineurs n'ont pas le droit d'utiliser des pétards

vous pourriez, avant de porter plainte pour quelques claques, apprendre à vote fils à respecter les lois, il sera ainsi à l'abri!!!!!!!!!!!!!!!!!
Commenter la réponse de DorisOups
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une