Signaler

Moratoire 24 mois et après ?

Posez votre question Marie629 2Messages postés mercredi 13 septembre 2017Date d'inscription 15 septembre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 15 sept. 2017 à 10:11 par Marie629
Bonjour,

Après avoir été licenciée j'ai bénéficié d'un moratoire de 24 mois par bdf qui s'est terminé en mai 2017.

J'aimerai savoir ce que je dois faire en sachant qu'entre le moment où j'ai bénéficié du moratoire et aujourd'hui j'ai changé de département.

Le délai de forclusion s'applique t-il pour mon cas ? Durant le gel de mes dettes bdf n'a établi aucun plan de remboursement et de ce que j'ai pu parcourir dans les forums je n'ai pas vu de cas similaire au mien

Une société de recouvrement m'a contacté début du mois.

Merci de m'aider
Utile
+0
plus moins
Il faut lire le jugement BDF

un moratoire suspens les paiements mais ne les supprime pas - il peut aussi être couplé avec l'obligation de vendre un bien par exemple...

que dit votre jugement ?


PS un moratoire suspens donc bien sur suspens aussi toute prescription, forclusion etc
il ne s'applique pas aux dettes postérieures non plus
Marie629 2Messages postés mercredi 13 septembre 2017Date d'inscription 15 septembre 2017 Dernière intervention - 15 sept. 2017 à 10:11
Bonjour poisson,

Merci de votre réponse.

Le jugement stipule donc un moratoire de 24 mois avec une capacité de remboursement de 0.


Certaine de mes dettes ont probablement été rachetées puisque une société de recouvrement m'a contacté.

Je pense que d'autre vont probablement essayer de me contacter afin que je règle mes dettes.


Merci encore pour votre réponse poisson.
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une