Signaler

Nue propriété en indivision et surendettement pour 1 indivisaire [Résolu]

Posez votre question lalilou55 3Messages postés mardi 14 mars 2017Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 21 sept. 2017 à 13:16 par lili55
Bonjour,
Nous sommes 3 enfants et nos parents nous ont fait donation partage de biens en nue propriété en indivision pour 2 d'entre nous. L'ainé a reçu un bien en pleine propriété (un commerce fonds et mur) qui vaut 5 fois plus que ce que nous aurons à 2.
Cela est déjà compliqué car les parts ne sont pas égales et l'ainé en jouit depuis plus de 20 ans et nous nous sommes arrivés à la retraite et nous n'aurons jamais bénéficié de ce bien.
Ce qui est pire dans tout ça, c'est que la 2ème indivisaire a de gros soucis financiers et qu'elle vient de faire un dossier de surendettement bdf. Elle a donc mentionné son bien en indivision.
Ma question est la suivante : la bdf ou les créanciers ont-ils le droit de saisir sa part sur la nue propriété alors que nous sommes 2 et que nos parents vivent encore?
Nous comptions dénoncés le partage étant donné que les uns ont des biens en indivision en nue propriété et l'autre peut à tout moment vendre son bien qui vaut 5 fois plus cher... Pourra-t-on le contester si la nue propriété de ma soeur est saisie?
Merci de vos réponse car ce n'est pas facile
Utile
+0
plus moins
et que nos parents vivent encore?

et
La succession de mes parents est bloquée depuis 7 ans

http://droit-finances.commentcamarche.net/forum/affich-7447289-succession-bloquee

Vous avez combien de parents ?
lili55- 21 sept. 2017 à 13:16
Comme tout le monde!
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une