Assurance vie : percevoir les intérêts sans toucher au capital [Résolu]

Monic - 28 sept. 2017 à 07:40 - Dernière réponse : kasom 24719 Messages postés samedi 25 septembre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 11 décembre 2017 Dernière intervention
- 28 sept. 2017 à 16:11
Bonjour Madame ou Monsieur
Je voudrais prélever une partie des intérêts de mon assurance vie sans toucher au capital. Que dit la loi ? Est-ce possible ? ou la banque peut-elle exiger que les prélèvements d'intérêts s'accompagnent du montant du capital correspondant.
Avec tous mes remerciements, recevez mes meilleures salutations
Afficher la suite 

3 réponses

Répondre au sujet
kasom 24719 Messages postés samedi 25 septembre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 11 décembre 2017 Dernière intervention - 28 sept. 2017 à 16:11
0
Utile
Bonjour

Comment ça fonctionne ? très "simple" en fait : vous ne retirez pas "que " les intérêts , mais des intérêts et une fraction du capital

ça parait revenir au m^me que de retirer les intérêts mais en fait vous êtes gagnant car vous n'êtes imposé que sur les intérêts récupérés avec la fraction de capital

et selon que vous payez beaucoup d'impôts ou pas, vous choisissez soit le prélèvement à la source, soir la déclaration de revenus
Commenter la réponse de kasom
-3
Utile
1
Bonjour,

Il faudrait voir votre conseiller à la Banque qui vous donnerait plus de renseignements.

Mais en principe, on évite de faire des prélèvements avant que l'assurance vie n'ait atteint 8 ans depuis le jour de son ouverture, ceci pour des raisons fiscales.
kasom 24719 Messages postés samedi 25 septembre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 11 décembre 2017 Dernière intervention - 28 sept. 2017 à 16:02
Bonjour Llaurent : absolument impressionnante votre réponse ; on sent la parfaite maitrise du sujet ,comme nombre de vos réponses


merci donc de vous abstenir si vous ne savez pas et ne comprenez rien , mais alors rien au sujet ni à la question
Commenter la réponse de lLaurent
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une