Signaler

Accident du travail et suivi assurance

Posez votre question mllelau 1Messages postés mardi 10 octobre 2017Date d'inscription 10 octobre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 11 oct. 2017 à 09:09 par Pierre14041955
Bonjour à tous,

Je me tourne aujourd'hui vers vous car je suis complètement perdue. Le 31 août 2017, j'ai eu un accident de voiture en tant que passager au travail (je suis commerciale) et c'est mon patron qui conduisait. La voiture a été déclarée épave par l'assurance.
Depuis ce jour, j'ai un traitement à l'opium dû à une forte douleur dorso lombaire et un traitement pour la dépression, j'ai depuis une peur panique en voiture.
Je devais normalement reprendre le 9 octobre 2017, mon médecin pensait qu'avec la visite à la médecine du travail je serai déclarée inapte pour ce poste.
A la médecin du travail, elle n'a pas voulu me déclarer inapte, elle a proposer à mon patron un travail sédentaire pendant un mois, retour au travail, mon patron m'a dit de rentrer chez moi comme une malpropre en me disant reste en arrêt, j'ai pas de travail sédentaire pour toi. Mon médecin m'a donc remis en arrêt d'accident de travail.
A ce jour, je n'ai toujours pas de nouvelles de son assurance, et je ne sais absolument pas quoi faire. Sans traitement mes douleurs ne partent j'ai constamment mal, je n'en peux plus de cette situation.
Mon souhait serait simplement de ne plus faire partis de cette boîte où le patron estime que lui n'a rien eu à l'accident, donc j'ai rien que je suis trop fragile et que c'est pas sa faute et que j'ai qu'a démissionner.
Je veux juste trouver un autre travail dans une autre entreprise et tant pis ne plus faire commerciale, j'ai de l'expérience en gestion administrative je retrouverai du travail.
Utile
+0
plus moins
Mllelau, bonjour

Vous semblez avoir l'appui de votre médecin traitant dans votre démarche de reprise tandis que l'employeur s'emmure dans une attitude de refus de prise en compte de votre pathologie, de la décision du médecin du travail: il est dans le déni le plus total.

Votre intention est donc de rechercher un travail par ailleurs et vous êtes optimiste sur les chances que vos recherches d'emploi aboutissent.

Faites vous prolonger autant que nécessaire par votre médecin traitant d'arrêts de prolongation de votre accident du travail: vous aurez selon le cas et ce que prévoit votre convention collective, un maintien de salaire pendant un certain nombre de mois puis les IJ de la SS prendront le relais et votre prévoyance Le solde.
l
Le refus de l'employeur est une aubaine : il vous faut donc retourner devant le médecin du travail et lui faire part de la décision de l'employeur : je vous invite à notifier avant à ce dernier que vous prenez bien note de sa position (à détailler) de vous refuser un poste sédentaire qui va à l'encontre de décision d'aptitude

Le médecin du travail n'aura plus d'autre choix après avoir épuisé les autres possibilités (temps partiel thérapeutique par exemple) que de faire une étude de poste puis vous re convoquer pour vous déclarer inapte: idéalement une seule visite peut aboutir à l'inaptitude mais dans votre cas, la visite de pré reprise ayant eu lieux il faudra passer par deux visites espacées de 15 jours

Ne contestez pas la décision du médecin du travail : la procédure est longue et devient de plus en plus complexe: votre intérêt immédiat et d'aboutir rapidement à une inaptitude médicale constatée par le médecin du travail et l'employeur devra alors vous licencier (entretien préalable et lettre de licenciement) dans le délai d'un mois suivant la 2eme décision médicale, sinon il doit à nouveau vous payer normalement....

Encore quelques mois avant que tout cela n'aboutisse

Cordialement
pIERRE
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une