Signaler

Reconnaissance anticipe et apres naissance [Résolu]

Posez votre question Pascal - Dernière réponse le 17 oct. 2017 à 14:25 par doris33
Bonjour.

Je suis néerlandais. Lors de ces evenements ma Concubine Comorienne s'est trouvé en situation irrégulière a Mayotte.
J'ai reconnu la fille que je croyais la mienne par reconnaissance anticipé a Metropole. Puis ma concubine Comorienne l'as fais reconnaître après la naissance par un vieux Mahorais (passeport francais) de 70 ans afin de que ma fille soit Francaise et que mon ex concubine obtiens un carte sejour. Puis j'ai demandé un teste de paternité afin de restorer tous cela. Resultat: negatif!!! Ce nétait pas ma fille. Le vieux ne s'est pas présenté au test mais a reconnue par ecrit que ce nétait pas ca fille. Quelle sont mes droits vis a vis la fille que j'ai élevé comme mon enfant pendant 4ans?
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

je suppose que le test de paternité a été ordonné par la justice. Comme vous n'êtes pas le père biologique (avec confirmation par la justice) et que vous avez élevé cet enfant moins de 5 ans, vous n'avez pas de droit particulier.
Après la mère est libre de vous consentir un droit de garde et de visite.
Pascal- 17 oct. 2017 à 14:21
Bonjour,

Quelle déception. C toujours les enfants qui souffre dans ces cas. Bref...

Merci infiniment pour votre reponse.

Pascal
Répondre
doris33 37736Messages postés jeudi 14 février 2013Date d'inscription ContributeurStatut 17 octobre 2017 Dernière intervention - 17 oct. 2017 à 14:25
" C toujours les enfants qui souffre dans ces cas. Bref..."

je comprends parfaitement votre déception, mais la loi est la loi.

Bon courage tout de même.
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une