Signaler

Travaux sur parcelle m'appartenant

Posez votre question Boisselier - Dernière réponse le 13 oct. 2017 à 10:43 par BmV
Bonjour,

J'ai ,( ainsi que 4 voisins ) au centre-ville, deux mètres de largeur de trottoir qui m'appartiennent devant ma maison, des travaux de voirie sont réalisés en ce moment , la mairie voudrait cette partie pour en faire un stationnement pour voitures, alors nous nous mêmes mettons les nôtres sur ce trottoir, n'ayant pas besoin de garage
que peut-on faire pour garder cet acquis.
Utile
+0
plus moins
Rappelez à la mairie ce qu'est une Voie de fait, document attestant votre propriété à l'appui.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
En effet, l'action de la commune est une voie de fait et ne peut être acceptée en l'état puisqu'elle vous prive unilatéralement de la jouissance d'un bien immobilier vous appartenant.
Légalement, la solution "simple" pourrait toujours résider dans la création d'une clôture ; mais comme il faut un accord de la mairie pour cela ...

Cette situation doit pourtant être régularisée.

Il convient de mettre en demeure la commune de procéder, à ses frais, à l'arpentage des parcelles ainsi détachées et, après fixation contradictoire d'un prix de cession, de faire établir, toujours à ses frais, l'acte de vente à signer puis prendre la délibération incorporant ces parcelles au domaine public.
Une cession gratuite serait inconstitutionnelle.

Et le stationnement sur trottoir (si vraiment c'est un trottoir) est strictement interdit pas le code de la Route (R417-11)

Reste à vérifier si vraiment c'est un trottoir, puisque la commune semble vouloir y mettre des voitures....

Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une