Fongecif rupture conventionnelle

Fraise - 12 oct. 2017 à 22:09 - Dernière réponse : celestedu35 2343 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 8 décembre 2017 Dernière intervention
- 13 oct. 2017 à 07:36
Bonjour,

En CDI pendant 6 ans, j'ai fais une demande de CIF qui a été accepté.

Je suis donc en formation dans un autre domaine depuis 1 an financé par le fongecif.

Je dois reprendre mon poste mais je ne le souhaite pas... j'ai donc fais une demande de rupture conventionnelle qui a été refusé.

Je ne comprend pas pourquoi?

Avec ma formation c'etait "logique" que je soit interessée par autre chose, de plus ma remplaçante embauché en CDD souhaite activement prendre ma place en CDI, moi je suis plus du tout motivée par mon boulot et je risque de trouver rapidement un autre travail donc pas rester! Pourquoi mon entreprise n'accepterai pas ma demande?! Mon patron me dit "si vous voulez partir demissionné! C'est pas a nous de payer pour vous!" Ok...

Que vous me conseillez?
Afficher la suite 

4 réponses

Répondre au sujet
celestedu35 2343 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 8 décembre 2017 Dernière intervention - 12 oct. 2017 à 22:14
0
Utile
3
bonsoir Je ne comprend pas pourquoi?
c'est pourtant simple , quel intérêt il aurait de vous payer des indemnités ?, il connaît ses droits , vous n'avez plus qu'à démissionner, logique en même temps puisque vous ne souhaiter pas poursuivre dans cette branche
Donc cest plus interessant pour lui que je reprenne mon poste et attendre que je démission les mois à venir? Reformer une personne ect...
Il licencie une personne formé motivé pour récupéré moi pas motivé qui va partir a tout moment et devoir réambauché quelqu'un?!!
celestedu35 2343 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 8 décembre 2017 Dernière intervention > Fraise - 13 oct. 2017 à 07:36
personne n'est irremplaçable , démissionnez votre patron connaît parfaitement ses intérêts
Commenter la réponse de celestedu35
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une