Mon colocataire me menace et menace ma proprio [Résolu]

klaustridium 4 Messages postés mardi 12 mai 2015Date d'inscription 20 octobre 2017 Dernière intervention - 20 oct. 2017 à 14:14 - Dernière réponse : klaustridium 4 Messages postés mardi 12 mai 2015Date d'inscription 20 octobre 2017 Dernière intervention
- 20 oct. 2017 à 15:14
Bonjour je suis en colocation chez l'habitant depuis le 2 septembre de cette année,
Voici mon problème, je loue une chambre sous les combles aménagé pour la location, le colocataire en question se trouve en dessous de ma chambre, problème c'est une vielle maison donc mal isolé que ce sois thermique ou sonore, dès le début mon coloc c'est plaint du bruit que je pouvais engendré en venant toquer a ma chambre dans la nuit, (même une fois ou j'étais dans mon lit en train de dormir) bref c'est un chieur (désolé du terme mais j'ai pas trouvé meilleurs descriptif) un jour il en pleine nuit en se plaignant du bruit, en me criant dessus (il étais 0h30) et en me menaçant d'aller en parler a la proprio de me faire virer, j'ai dès le lendemain étais parler a la proprios qui c’était charger de lui parler et de lui faire comprendre que je n'y étais pour rien, quelque jours plus tard, quand je suis sorti des toilette y reviens se plaindre en disant que je fais encore trop de bruit selon lui, il entend tout ! même le soir quand je me couche dans mon lit, il entend le lit... je peux vraiment plus vivre dans cette chambre mon coloc me fais peur.
J'en ai donc encore parler le lendemain a ma proprios qui ma dis "je vais mettre les points sur les i avec lui".
Elle me fait part de la discussion qu'elle a eu avec, en gros la proprios lui a expliquer que je n'y pouvais rien par apport au bruit émit, et qu'il faut sois s'y faire sois qu'il pouvais aussi partir, il c'est tout de suite énervé sur ma proprios en la menaçante de porter plainte si elle le virer, tout en étant agressif.
Voila ducoup ma question c'est: comment je peux faire pour partir de cette chambre au plus vite?
J'ai regardé la lois par apport au préavis mais rien en ce qui concerne ma situation qui est plus que dérangeante pour moi...
Merci beaucoup j’espère pouvoir obtenir de l'aide ici je suis vraiment mal dans ma chambre mon coloc me fais vraiment peur...
Afficher la suite 

4 réponses

Répondre au sujet
djivi38 14815 Messages postés dimanche 12 avril 2015Date d'inscription 17 janvier 2018 Dernière intervention - 20 oct. 2017 à 14:28
+1
Utile
1
bonjour,

- si location meublée : préavis de 1 mois
- si location "en vide" : préavis de 3 mois, sauf cas particuliers de préavis réduit à 1 mois énoncés ici :
http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/323-preavis-de-location-resiliation-du-bail
voir ici si le logement est en zone tendue :
https://blog.domoskit.com/2017/05/11/villes-zone-tendue/
Si oui : vous avez juste à bien préciser le motif de zone tendue en donnant votre congé de 1 mois.

Un congé se donne de 3 façons :
- courrier R+AR (dont on garde copie & récépissés)
- ou remise en main propre contre émargement (prévoir 2 exemplaires identiques)
- ou par acte d'huissier (à vos frais)

Le préavis démarre, de date à date, à la réception du courrier R+AR, ou le jour de la remise en main propre signée, ou le jour du passage de l'huissier même si bailleur absent.

Loyer & charges sont dus jusqu'à la fin du préavis, sauf si relocation avant la fin dudit préavis (cas si départ du locataire avant la fin du préavis).

Cdt.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
klaustridium 4 Messages postés mardi 12 mai 2015Date d'inscription 20 octobre 2017 Dernière intervention - 20 oct. 2017 à 15:14
Super merci beaucoup
Commenter la réponse de djivi38
feloxe 23774 Messages postés jeudi 25 février 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 15 janvier 2018 Dernière intervention - 20 oct. 2017 à 14:25
0
Utile
1
Louez vous en vide ou en meublé?
klaustridium 4 Messages postés mardi 12 mai 2015Date d'inscription 20 octobre 2017 Dernière intervention - 20 oct. 2017 à 15:07
Meublé
Commenter la réponse de feloxe
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une