Signaler

Refus crédit personnel suite liquidation [Résolu]

Posez votre question polgarabelagarath 2Messages postés samedi 4 novembre 2017Date d'inscription 4 novembre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 4 nov. 2017 à 14:26 par polgarabelagarath
Bonjour,
mon cas est un peu compliqué:
mon mari a créé son entreprise en 2012, suite a quelques pb financier il a du liquider la société en février 2017, mais la liquidation n'est toujours pas finalisée, nous sommes en attente de la décision finale du juge. Mon mari est caution personnel à hauteur de 50% sur le crédit professionnel (achat du fond de commerce) dernièrement nous avons mis en place un plan de remboursement avec le service contentieux de notre banque (qui est à la fois notre banque pro et particulier) pour rembourser la dette pro de mon mari..

Actuellement nous travaillons tous les deux en cdi. Nous avons deux bons salaires 3 enfants.

Nous avons tout perdu avec la société donc on tente de se refaire une vie. Pour ré-équilibrer nos comptes je voulais réduire les mensualités de nos crédit en cours afin de mieux supporter le remboursement de la dette pro (17100€).

Nous avons deux crédits consommation (achat voiture et trésorerie)+ un petit crédit renouvelable au total 20 000€ quand même. et je voulais une petite trésorerie pour acheter du mobilier pour nous réinstaller.
En début de semaine j'ai fait une demande auprès d'un organisme de rachat de crédit pour les regrouper, leur réponse: négative, tant que la société n'a pas été liquidée définitivement on ne peut pas vous faire de rachat. J'ai été très surprise que la partie pro empiète sur la vie personnel. Je croyais que ça n'avais rien à voir, d'autant plus que c'est une liquidation simplifiée..
aujourd'hui je suis retournée à ma banque pour mettre en place un rachat de ces crédits, la conseillère a refusé car nous avons une dette professionnel dans leur banque. Quelle est la solution? dois je changer de banque? est ce qu'une autre banque a le droit de refuser de racheter le crédit à cause d'une liquidation de société? Existe il une astuce (du type séparer les comptes) pour nous en sortir quand même? qui a déjà vécu ça? Cordialement
Utile
+1
plus moins
Bonjour,

La liquidation pro fait porter un risque sur le perso.
Les banques n'accepteront pas de prendre de risque de vous donner de l'argent et que cet argent serve à rembourser vos créanciers mais que derrière vous n'ayez plus rien pour la rembourser. Elles craignent que vous la substituez aux autres créanciers.
Les banques préfèrent attendre que la liquidation soit faite, comme cela elles sont sures d'avoir la même information que celle dont vous disposer. Et là elles vous accorderont (ou non car ce n'est pas une obligation) un prêt si elle juge la qualité de votre dossier suffisant.
Actuellement votre dossier est plombé par le risque financier de la liquidation.

Pas la peine d'aller voir ailleurs, les liquidations étant publiques toutes les banques sont au courant de la situation.

CB
polgarabelagarath 2Messages postés samedi 4 novembre 2017Date d'inscription 4 novembre 2017 Dernière intervention - 4 nov. 2017 à 14:26
merci pour cette réponse rapide et précise, j'avais compris que la liquidation plombait nos demandes, je voulais savoir si il existe une astuce comme l entreprise est au nom de mon mari. mais d'après votre réponse mis à part attendre le jugement on ne peut rien faire.
une autre question me vient - inévitablement :-); de quels créanciers parlent ont si pas de dettes? (liquidation d'une SARL). mis à part celle due à la banque que nous payons déjà? les frais de justices?autre?
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une