Bonjour,

j'ai vécu en Polynésie française pendant un an et demi, je viens de divorcer et suis rentrée en France, j'ai fait une demande d'APL à la Caf et on me demande mes revenus perçus là bas alors qu'il ne sont pas imposables en France. Je ne comprend pas trop pourquoi on doit pas les déclarer aux impôts et le faire pour la CAF.
Merci de votre réponse
Afficher la suite 

5 réponses

Répondre au sujet
Ysabe_l 7859 Messages postés vendredi 12 avril 2013Date d'inscription 18 janvier 2018 Dernière intervention - 14 nov. 2017 à 11:51
0
Utile
Bonjour

Parce que ce sont deux choses différentes.

Les impôts veulent vos revenus pour calculer le montant de votre imposition. Si ces revenus ne sont pas à déclarer car non imposables en France vous ne leurs déclarez pas.

La CAF veut vos revenus pouf calculer vos droits. Si vous ne les leur donnez pas ils ne calculeront pas et vous n'aurez aucun droit.
Commenter la réponse de Ysabe_l
0
Utile
Bonjour,

En complément de la réponse d'Ysabe_l, un exemple simple pour comprendre l'utilité.

Si votre salaire était de 100 000€ par mois en Polynésie, pensez vous vraiment avoir besoin des APL ?
Le seul moyen de savoir si vous en avez besoin, est donc de vous demander vos salaires perçus là-bas.

Bonne journée
Commenter la réponse de Komar
0
Utile
2
Merci pour votre réponse Ysabe, je ne savais pas c'est la première fois que je fais une demande à la CAF.
Et pour répondre à Komar, j'étais au chômage et là bas on ne perçoit aucunes indemnités. Loin des 100 000€/mois.
Ysabe_l 7859 Messages postés vendredi 12 avril 2013Date d'inscription 18 janvier 2018 Dernière intervention - 14 nov. 2017 à 13:27
Bonjour

Oui mais justement ça la CAF ne peut le savoir qu'en vous demandant vos revenus.
et la CAF elle le devine comment ? Dans ce que je vous dit, il y a écrit "exemple".

Il ne faut pas voir son propre petit cas et penser global, le CAF n'est pas omnisciente !
Commenter la réponse de levele
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une