Des garanties pour pouvoir m'implanter dans la région de la Mère [Résolu]

LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 17:20 - Dernière réponse : LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention
- 15 nov. 2017 à 20:54
Bonjour, j'ai 52 ans, mon ex-femme 36, mes deux filles bientôt 8 et 6 .
Suite à des violences de ma part, ma femme est partie en Aout 2015 du domicile conjugal situé à Paris pour venir s'établir à Nantes, sa région natale où se trouve sa famille. Elle a inscrit les enfants à l'école, déposé une plainte et a obtenu un ITT de 3 mois pour dépression psychologique dû à exclusivement à ma violence! (?) Ce qui lui aussi permit d'être licenciée par sa boite et obtenir le chômage.
Elle ne m'a pas laissé voir les enfants pendant 45 jours, puis m'a octroyer un WE par mois de DVH et des vacances tronquées de quelques jours par rapport à un DVH classique. Ce qui m'a rendu très malheureux et angoissé sachant que j'adore mes enfants et que dans la même année j'ai perdu mon père, failli perdre ma mère, et que ma sœur m'a annoncé son énorme tumeur au cerveau.
En Février 2016 la Jaf traite enfin notre dossier. Et je trouve un appartement très cher pour sa petite surface (car je n'avais pas de revenu et que je me suis laissé arnaqué pour avoir cet appartement à temps).
J'obtiens un DVH du jeudi soir au lundi matin malgré d'énormes suspicions que faisait peser sur moi cette plainte, les attestations de la famille et des amis proches (mais Nantais) de ma femme, qui me décrivait comme un monstre (un psychopathe à 2 pattes), le tout appuyé par un cabinet d'avocat d'ultra féministe musclées bien connu à Nantes. La Jaf m'a fait confiance car j'avais un nombre impressionnant d'attestations de parents d'élèves et de voisins pour dire que j'étais un bon papa attentif et présent, et que mes 2 filles étaient de toutes évidences très épanouies.
A cette annonce ma femme a eu une accélération d'angoisse, et les mois suivants ont été très difficile: avec comme exemple harcèlement de ses parents, et suivi psychologique de mes enfants fait à mon insu pour démontrer qu'elles étaient terroriser par moi (ce suivi c'est subitement arrêter quand la psy a demander à me voir et a constater en présence de ma fille que c'était tout le contraire).
Une enquête psychiatrique sur la famille (faites à la demande de ma femme) a établis (en 1heure!) que j'étais inquiétant notamment par ma consommation de Cannabis et les violence commises sur mon ex-femme, et que la mère avait de forte probabilité génétique d'être bipolaire au vu de ses parents qui ont été diplômés en la matière par la plupart des hôpitaux psychiatrique de la région Nantaise. Mais que les enfants étant apparemment épanouis, on pouvait garder inchangé le partage de la garde des enfants établis par la Jaf.
A ma demande la Jaf a proposé une médiation, mais après plusieurs séances cela n'a rien donné et ma femme est parti en claquant la porte.
En novembre 2016 la plainte de ma femme a été traité (plus d'un an après...) à Paris.
Je suis accusé de dix années de violences (qui pourtant n'a pas empêché ma femme de se marier avec mois au bout de 8 ans). J'avais comme objectif de laissé passer la vague sans me défendre (ni attaquer) afin de pouvoir enfin obtenir l'apaisement de ma femme. Et selon les avocats il vaut mieux faire le repentant et ne rien argumenter (même dire que sa femme est parfois folle, agressive et déroutante) car rien ne justifie la violence. J'ai donc écoper d'un maximum: 2ans de prison avec sursis et mis à l'épreuve, 4500€ (je n'ai aucun revenu), et l'interdiction de me mettre en relation avec ma femme (sauf quand c'est pour les enfants). Ce qui a pesé très lourd c'est l'ITT pour dépression de 3mois
1ere question:
Je trouve l'emploi de cet ITT extrêmement abusif sachant qu'au départ il sert à ma femme pour obtenir son licenciement, qu'ensuite changer de vie et de ville puisse être aussi un motif de dépression, et qu'une maniacodépressive peut tomber en dépression sans l'aide de personne. Bref suis-je le seul responsable? Le médecin qui a établis c'est ITT l'a peut-être fait à bon escient pour ma femme mais savait il que cela permettrait à me faire condamné. Ma question: cet ITT est il valable pour me faire condamné? Est-ce qu'un médecin qui n'est pas un expert mandaté par la justice sur notre affaire puisse tirer ces conclusions?
Les mois passent et nous sommes maintenant plus apaisé mon ex-femme et moi.
Depuis le début de cette année 2017 je me sens plus à l'aise à Nantes, ville à laquelle je prend gout. Et je commence à avoir plein de choses à y faire, je suis membre actif dans deux assos et j'anime aussi des ateliers pour des enfants précoces. Je n'ai manqué à aucun de mes DVH et mes enfants me font régulièrement des bisous et des dessins comme quoi je suis le meilleur des papas (bon on est plusieurs millions comme ça). J'aimerais pouvoir changer d'appartement, vendre mon appartement parisien pour pouvoir obtenir à Nantes un 4 pièces confortable pour mes filles, reconstituer un vrai réseau et trouver des travaux réguliers (je suis travailleur indépendant).
En décembre prochain, la JAF ré-ouvre notre dossier pour prononcé le divorce. J'ai peur qu'elle ne me porte plus en estime après l'annonce de ma condamnation.
J'ai surtout peur que mon ex-femme s'en aille à nouveau d'ici quelques années, pour du travail ou pour suivre son prochain compagnon. Et que là tout mon travail d’intégration à Nantes tombe à l'eau, et que je doive encore courir après mes enfants. Je suis aujourd'hui persuadé que mon ex-femme est bipolaire, car depuis notre séparation j'ai beaucoup étudier la question, et il y a beaucoup de symptôme qui vont dans ce sens. J'ai rencontrer par "hasard" son ex qui m'a dis qu'elle était souvent en dépression! J'ai peur qu'elle retombe un jour en dépression, et qu'elle ne m'en accuse à nouveau avant de partir au loin.
2eme question:
Qu'elle garantie puis-je obtenir de la Jaf pour que je n'ai plus à courir après mes enfants? Est-ce que ma violence passé ne va pas desservir ma cause le cas échéant?
A tout les experts, à tous ceux qui ont eu des expériences similaires voulez vous bien me porter conseille à moi cette pauvre brute mais pas que?
Afficher la suite 
5Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention

6 réponses

Répondre au sujet
+1
Utile
1
Bonjour,

"Je trouve l'emploi de cet ITT extrêmement abusif " Abusif ou pas, la seule chose d'abusive et de ne pas avoir assez de cran pour en venir au fait de violenter sa femme. Le reste n'est que justice, vous avez été jugé, c'est trop tard.

"Qu'elle garantie puis-je obtenir de la Jaf pour que je n'ai plus à courir après mes enfants? Est-ce que ma violence passé ne va pas desservir ma cause le cas échéant? " J'ai bien "peur" que cela vous desserve toute votre vie.

Il faut vous rapprocher de votre avocat, qui pourra répondre à vos interrogations.
LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 18:35
Bonjour cher madame je vous remercie de votre réponse qui n'est pas très aimable du reste.
Je ne vois pas ce qu'à le cran à faire dans cette histoire. Pour supporter l'hystérie il faut des nerfs mais du cran?
Je crois que le manque de "cran" que j'ai eu c'est en fait de ne pas l'avoir quitté à temps et fait des enfants avec elle.
Elle n'a pas eu le "cran" aussi d’accepter ou de m'annoncer qu'elle soit bipolaire ce qui nous auraient permit peut-être de surmonté nos problèmes.
Vous qui m'avez l'air de défendre les femmes, n'avez vous pas de conseils ou de "cran" pour défendre mes enfants qui sont deux filles.

Pourrais-je avoir une réponse moins partial de la part de quelqu'un de plus neutre que vous.
Commenter la réponse de Komar
jodelariege - 15 nov. 2017 à 19:31
+1
Utile
3
bonsoir réponse aux questions:
-aucune garantie que votre future ex femme reste ici ou là ,elle peut aller où elle veut et avec qui elle veut à sa guise;comme tout le monde
- 10 ans de violence vont surement vous desservir pour le divorce,il ne faut vous voiler la face
concernant la maladie de votre future ex femme ,la bipolarité:il y a t il eu un diagnostic médical? si non pourquoi aurait elle dû vous annoncer qu'elle était bi polaire puisque vous dites que d’après vos recherches vous pensez qu'elle est bipolaire?
un juge ,quel qu’il soit ,va s'en tenir aux faits ,la violence ,un certificat médical ayant établi une ITT.. seront des faits.
votre affirmation sans diagnostic médical sur sa bipolarité n'est pas une preuve au niveau de la loi
attention à votre avis sur l'ITT de votre femme:le médecin n'a pas établi cette Itt pour faire plaisir à votre femme ,pour quelle obtienne quelque chose à son avantage ou contre vous ;un médecin engage sa responsabilité en établissant une ITT ;il estime que l'état physique ou psychologique d’une personne nécessite une ITT pour différentes raisons...
voyez un avocat pour qu'il vous conseille au mieux
LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 20:36
1 mois avant notre séparation ma femme invite plein d'amis pour me faire plaisir, mais le jour même déclenche une dispute de plus d'une heure avant leur arrivée, pourtant je la suppliait de remettre cette dispute pour plus tard, elle a continuer en leur présence et je suis parti
Mon ex femme m'a annoncé le lendemain qu'elle était peut-être comme sa mère (c'est à dire extrêmement bipolaire). Elle n'a pas voulu me donner plus d’explication et a remis au lendemain. Puis reporter encore et toujours pendant 1 mois et nous n'avons pas pu en parler jusqu'à notre séparation. J'ai constaté que pendant cette période elle a avait de légere envie de vomir (avait elle commencer a prendre du lithium qui régule cette maladie?).
Elle était dépressive avant de me connaitre m'a dis son ex. Et avec moi aussi et bien sur capable de faire des nuits blancs dans ses phases maniaques. Elle avait aussi de fortes logorrhées avec le ton précipité.
Tout a basculé et est devenu beaucoup plus difficile à partir de notre mariage et de la naissance du deuxième (accouchement extrêmement difficile donc anxiogène), quoi de plus normal dans n'importe qu"elle couple, mais la bipolarité peut s'avérer à l'age de trente ans et aussi à la naissance d'un enfant. Si ses parents n'étaient pas extrêmement bipolaire je n'aurais jamais songer à me renseigner à postériori de notre union.
LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 20:42
Pour l'ITT ce qui me dérange ce n'est pas que le médecin ait diagnostiqué une dépression c'est que la justice l'attribue à mon entière responsabilité. Entre diagnostiquer une dépression et en établir la cause ce n'est pas la même chose. Si par exemple ce médecin avait été mandaté par la justice j'aurais demander au médecin de vérifier que cet ITT n'est pas dû aussi à sa bipolarité.
LaBruteMaisPasQue 5 Messages postés mercredi 15 novembre 2017Date d'inscription 15 novembre 2017 Dernière intervention - 15 nov. 2017 à 20:54
Merci pour votre réponse.
Le divorce devrait bien se passer car mon ex-femme ne remet plus en cause le fait que j'ai les enfants du Jeudi soir au Lundi matin.
Je me préparais à demander un mercredi en plus mais grâce à ce site je viens d'apprendre que demander la garde alternée pouvait plaider en ma faveur si jamais mon ex-femme décidait dans quelques années de partir de Nantes. Je vais donc demander la garde alterné (ce qui ne me dérange pas si je l'obtiens), et même si cela est refusé ce sera un argument pour moi en plus de: avoir déjà quitté ma région, mon boulot et mes amis pour rejoindre une première fois mes enfants, ainsi que le fait que toutes la belle famille et les nouveaux amis de mes filles qui se trouve à Nantes.
Commenter la réponse de jodelariege
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une