Héritiers de mauvaise volonté

nina249 - 2 déc. 2017 à 23:58 - Dernière réponse :  nina249
- 5 déc. 2017 à 01:26
Bonsoir, mon compagnon est décédé le 8 juin dernier, nous n'étions ni mariés ni pacsés et il n'avait pas d'enfant. Nous vivions et je vis toujours en Martinique.
Il était de nationalité portugaise et a pour seuls héritiers ses parents ainsi que quatre frère et sœurs.
Nous avons acheté un bien immobilier à 50/50 en février dernier, assorti d'un testament octroyant au survivant le droit d'usage et d'habitation. A cette époque nous ne pouvions davantage nous prémunir sachant que je n'étais pas divorcée. Mon divorce a été prononcé le 19 mai et mon compagnon est décédé le 8 juin...
J'ai contacté mon notaire afin de procéder à l'ouverture de la succession et ce dernier réclame aux héritiers vivant au Portugal certains documents traduits en français.
Ceux-ci refusent de payer la traduction des papiers car ils jugent cette traduction trop coûteuse et ne comptent donc pas adresser les documents nécessaires afin de mandater mon notaire...
Le souci est que je dois faire face à différents organismes (mon compagnon était artisan à son compte sans salariés), son véhicule est à son nom donc très compliqué pour m'en séparer et surtout, je ne peux revendre mon appartement si la succession n'est pas ouverte... Je ne sais que faire, merci de bien vouloir m'éclairer.
Afficher la suite 

3 réponses

Répondre au sujet
0
Utile
Bonjour
Essayez de prendre conseils auprès de :

http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/annuaire-des-maisons-de-justice-et-du-droit-21773.html
En ce qui concerne le véhicule :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1480
Commenter la réponse de Gaston
0
Utile
1
Bonjour.
Passez une annonce pour trouver un traducteur sur place en Martinique, ceci après avis de votre notaire. Ce serait la solution la plus simple. Le coût devrait être modeste.
Et puis il y aura plusieurs correspondances échelonnées dans le temps.
Cordialement.
Commenter la réponse de YVOTHEMAR
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une