Serrure en panne, je suis séquestré

Midias 1 Messages postés jeudi 11 janvier 2018Date d'inscription 11 janvier 2018 Dernière intervention - 11 janv. 2018 à 09:26 - Dernière réponse :  Midias
- 11 janv. 2018 à 12:10
Bonjour,

Je suis actuellement séquestré chez moi.
Je suis locataire de cet appartement depuis moins d'un an et la serrure vient de lâcher subitement alors que je partais au travail.
Je perds déjà une journée de salaire (et c'est déjà compliqué) en plus de ne pouvoir évacuer le bâtiment en cas de souci (si ce n'est par le balcon du voisin de dessous, je suis au 2e).

Je voudrais savoir qui doit régler la réparation de la serrure malgré que le bâtiment soit très récent, étant donné la mauvaise qualité générale des matériaux utilisés ? Que puis-je faire jouer étant donné que je perds également du salaire et me retrouve en absence dite injustifiée selon mon employeur ?

Plusieurs aspects au vu de cette situation inconfortable aux préjudices nombreux.

Merci de votre aide,

Rémi
Afficher la suite 

2 réponses

Répondre au sujet
Mric11235813 4 Messages postés mardi 24 octobre 2017Date d'inscription 11 janvier 2018 Dernière intervention - 11 janv. 2018 à 11:48
+1
Utile
1
Bonjour,

Si la casse de la serrure est due à un mauvais usage, c'est à vous de payer, sinon, c'est au propriétaire. Dans ce cas, contactez-le au plus vite (ou l'agence) pour prévoir un dépannage dans la journée (afin de pouvoir retourner travailler demain).
Attention, si vous prenez l'initiative de faire venir un serrurier, ce sera à vous de payer (car le payeur doit pouvoir choisir le professionnel) !!

Pour la journée de travail perdue, je ne sais pas comment c'est possible de vous faire indemniser...

Bonne journée,

Aymeric
Je prends note.
Merci pour ces précisions et conseils.
Pour info, on a pu m'ouvrir normalement de l'extérieur.
Je suis libéré et la serrure re fonctionne.
Je peux pas dire que le problème soit résolu pour autant
Commenter la réponse de Mric11235813
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une