Erreur de caisse

Baba - 11 févr. 2018 à 23:51 - Dernière réponse :  Baba
- 13 févr. 2018 à 18:18
Bonjour,
Je suis employée dans un pti bar tabac fdj,
Nous sommes deux sur une caisse (strator).ma patronne et moi même.Le soir c'est ma patronne qui fait la caisse.Moi j'aimais.apparemment il y a eu plusieurs fois des erreurs ainsi que sur les jeux fdj.(fdj prévenue,en attente de mon appel si erreurs pr intervenir)
Ma patronne m'a réclamé les erreurs,en 7mois j'ai remboursé au moins 300€ de ma poche.J'ai bien compris en lisant texte de loi et forum,quelle ne peut me réclamé les erreurs.Comment faire pour récupérer mon argent.car aussi un jour soit disant il manquait 100€ dans la caisse et ce jour là j'ai fait un remboursement de 100€ (jeux cash)...je soupçonne ma patronne de ce servir.merci d'avance de votre réponse en attendant d'aller dès que je peux à l'inspection du travail.cordialement
Afficher la suite 

4 réponses

Répondre au sujet
tania57 26265 Messages postés samedi 22 mai 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 14 février 2018 Dernière intervention - 12 févr. 2018 à 03:27
+1
Utile
2
bjr vous ne serez jamais remboursé elle a vu le pigeon elle en profite
Bonjour tania 57,oui effectivement elle me plume,je sors la tête de l'eau....je vais à l'inspection du travail demain pour en savoir plus.
tania57 26265 Messages postés samedi 22 mai 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 14 février 2018 Dernière intervention - 12 févr. 2018 à 12:31
elle vous dira ceci
Par principe, les sanctions pécuniaires et retenues sur salaires sont interdites, même pour facturer le surcoût du dépassement de forfait téléphonique d’un salarié.

L’arrêt de la Cour de Cassation du 15 mai 2014 (Cass. Soc. 15.05.2014 : n°12-30148) a été l’occasion de rappeler les principes en matière de sanctions pécuniaires prohibées.

Les sanctions pécuniaires interdites

Par principe, l’article L331-2 du Code du travail prévoit que les sanctions pécuniaires et amendes sont interdites à l’encontre d’un salarié.

Toute disposition ou stipulation contraire à l'interdiction des sanctions pécuniaires est réputée non écrite. Ainsi, une sanction pécuniaire qui serait prononcée en dépit de cette interdiction serait nulle.

L’employeur serait passible d'une amende de 3 750 euros.

La jurisprudence de la Cour de cassation a eu régulièrement l’occasion de statuer sur des sanctions pécuniaires décidées, de façon illicite par un employeur.

Sont interdites :
•la réduction ou la suppression d’une prime dont le versement est obligatoire sous prétexte d’une faute disciplinaire (Cass. soc. 07.05. 1991 : n°87-43350) ;
•une réduction d’horaire utilisée comme sanction disciplinaire (Cass. soc. 24.10.1991 : n°90-41537) ;
•une retenue pour exécution volontairement défectueuse du travail (Cass. soc. 16.03.1994 : n°91-43349 et n°91-43350).

Les retenues sur salaires autorisées

Il n’est possible d’opérer une retenue sur salaire que pour compenser des sommes que doit le salarié à son employeur dans le cas où il aurait commis une faute lourde. C’est le seul cas où l’employeur est autorisé à engager la responsabilité pécuniaire de son salarié.

La faute lourde est une faute commise volontairement par le salarié, avec l’intention ferme et non équivoque de nuire à l’employeur, à l’entreprise, à ses dirigeants.

La rétrogradation est également une sanction qui va impacter sur la rémunération du salarié fautif.

Mais la rétrogradation, dans la mesure où elle implique pour le salarié une diminution de ses responsabilités et fonctions, va entrainer de facto une diminution de son salaire, est strictement encadrée : le salarié doit donner son accord exprès et écrit à l’employeur.

Enfin, il est encore possible de procéder à une retenue sur salaire proportionnelle à la durée d’une absence ou, encore, le droit de réduire ou de supprimer une prime en cas de retard ou d’absence, à condition que tous les salariés dans cette situation soient traités de la même manière, quel que soit le motif de leur absence (Cass. soc. 23.06. 2009 : n°07-42677).

Interdiction de retenir sur le salaire le dépassement du forfait téléphonique

S’agissant de la problématique du dépassement de forfait par le salarié, la question a été posée à plusieurs reprises à la Cour de Cassation, de la possibilité pour l’employeur de procéder à une retenue sur la rémunération de son salarié, la part de dépassement forfaitaire.

La Haute Juridiction a toujours répondu par la négative.

Les juges considèrent que la retenue d’une somme au seul motif du dépassement du forfait téléphonique attaché au téléphone professionnel du salarié constitue une sanction pécuniaire illicite.
Commenter la réponse de tania57
0
Utile
Bonjour MERCI pour vos réponses et conseils,j'a rendez-vous à la médecine du travail,je retourne à la CGT,et je vois mon médecin.mon cv à jour pour rechercher du travail ,pr enfin donner ma démission...Bien cordialement.baba
Commenter la réponse de Baba
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une