Le Japon se tourne vers les nouvelles technologies pour répondre aux besoins des personnes âgées

Relax News le vendredi 16 mars 2012 à 20:57:36

Le Japon se tourne vers les nouvelles technologies pour répondre aux besoins des personnes âgées


- Dans un pays où la population est la plus vieillissante du monde et où un nombre grandissant de personnes atteint les 100 ans, les entreprises japonaises proposent des produits innovants et de nouveaux services pour venir en aide aux personnes âgées. Alors que s'ouvre bientôt à Paris le Salon des seniors, Relaxnews fait le point sur les dernières innovations du secteur en provenance du pays du Soleil levant.

Le 15 septembre 2011 -- journée nationale du Respect pour les personnes âgées -- le nombre de Japonais centenaires avait atteint le nombre record de 47.756, selon le ministère de la Santé. C'est la 41e année consécutive que ce chiffre est en augmentation et cette démographie pousse les industriels à créer des robots améliorant la vie quotidienne des personnes âgées, des appareils destinés à une nouvelle génération de voitures qui préviennent le conducteur si celui-ci n'est pas prudent ou encore des gadgets électroniques qui lisent dans l'esprit de l'utilisateur.
Dans le secteur automobile, le gouvernement japonais souhaite mettre en place une législation pour faire émerger une nouvelle génération de voitures qui parlent, font un bip ou même émettent un son d'eau qui coule ou de sabots de chevaux.
La voiture silencieuse était il n'y a encore pas si longtemps le rêve de tout constructeur automobile, mais l'arrivée des voitures électriques et hybrides a fait apparaître des inquiétudes au sujet de l'augmentation des accidents impliquant des piétons -- en particulier les très jeunes et les personnes âgées.
Un panel de volontaires rassemblés par le ministère des Transports travaille donc sur des directives à propos d'un niveau de bruit minimum pour ce type de véhicules et a demandé son avis au public pour la création d'un bruit de prévention standard.
Nissan Motor Co. fait partie des entreprises qui ont mis en place des équipes pour travailler sur ce projet et trouver le son le plus approprié pour ses véhicules. La société a expliqué qu'il n'était pas forcément nécessaire que ce son soit mécanique et a ajouté que cela pouvait être de la musique, un bruit d'eau ou encore celui du vent faisant bouger les feuilles des arbres.
Par ailleurs, un nouveau système est en train d'être installé dans les véhicules du constructeur, à l'arrière du siège du conducteur, pour l'avertir lorsqu'il accélère trop rapidement, pousse trop fort sur le moteur ou tient simplement mal la direction.
Développé par une équipe de chercheurs de l'Université d'agriculture et de technologie de Tokyo, le Drive Recorder collecte des données sur la façon dont le conducteur se sert des pédales, des clignotants et du volant, et fait sonner une alarme si celui-ci dépasse certains paramètres.
L'appareil, qui est capable de déterminer les habitudes d'un conducteur au bout de 50 km et qui est déjà en service dans les auto-écoles, sera probablement d'abord installé à bord des véhicules commerciaux et pourrait servir aux enquêtes de police concernant les accidents.
Dans un style différent, une autre société japonaise a mis au point une alarme incendie qui alerte les gens ayant une mauvaise audition en diffusant l'odeur piquante du wasabi.
Plus souvent trouvé dans les restaurants de sushis, ce produit japonais contient de l'isothiocyanate d'allyle -- le même composé chimique qui donne à la moutarde sa touche piquante -- et des tests effectués à l'Université de sciences médicales de Shiga ont montré que pratiquement toutes les personnes ayant des problèmes d'audition exposées à cette odeur de wasabi se réveillaient au bout de deux minutes trente.
D'autres tests sont encore nécessaires pour déterminer la quantité appropriée de wasabi à diffuser sans faire pleurer les yeux des gens.
Cette alarme, qui ne fait que 21cm sur 8cm et ne pèse que 500 grammes, a été conçue par la société d'extincteurs d'incendies Air Water Safety Services, mais même si quelques unités ont été vendues à des maisons de retraite et à certains hôtels, son prix d'environ 416 euros reste prohibitif. La société prévoit de réviser son alarme et de réduire son prix avant de lancer une campagne marketing mondiale.
Enfin, un consortium réunissant des sociétés japonaises, des instituts de recherches et le gouvernement travaille également sur une nouvelle génération d'appareils électroniques pouvant lire dans l'esprit de l'utilisateur et répondre automatiquement à ses demandes. Ce produit pourrait être sur le marché dans une dizaine d'années seulement.
L'appareil devrait utiliser des versions avancées de technologies d'interface neuronale directe et permettrait par exemple à une personne de changer de chaîne de télévision en y pensant ou en composant un message par la pensée.
Les recherches sur les interfaces neuronales directes remontent aux années 1970, mais elles ont fait de grands progrès ces dernières années. Cette technologie utilise des capteurs placés à l'intérieur d'un casque pour suivre l'activité du cerveau de la personne qui le porte, notamment les flux sanguins stimulés par la pensée. En identifiant le souhait de la personne, le robot peut mettre en oeuvre l'action appropriée.
Et en imaginant des fonctions encore plus avancées, ce système pourrait être capable de détecter lorsqu'une personne a trop chaud ou trop froid et ajuster le chauffage d'une pièce en fonction.
JR


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une