Fiscalité de l'épargne : les perdants de la future réforme

ericRg le vendredi 15 juin 2012 à 16:16:44

Fiscalité de l'épargne : les perdants de la future réforme

La suppression annoncée des prélèvements forfaitaires libératoires sur les revenus du patrimoine et les plus-values va toucher de plein fouet les contribuables imposés dans les tranches marginales à 30% ou 41%. C'est-à-dire ceux dont le revenu imposable par part est supérieur à 26 975 € (barème 2012).
Deux exemples chiffrés illustrent l'augmentation de la pression fiscale pour ces catégories de contribuables, notamment pour les célibataires sans enfants à charge.
Un célibataire dont le revenu imposable total annuel est de 30 000 € se situe dans la tranche d'imposition marginale à 30%. L'impôt sur les plus-values, hors prélèvements sociaux, passera ainsi de 19% à 30%, soit une augmentation de 57,8%. Pour les intérêts et les dividendes, l'augmentation sera respectivement de 42,8% et 25%.
Si son revenu imposable annuel est de 75 000 €, sa tranche d'imposition marginale est de 41%. Dans ce cas, l'augmentation de la pression fiscale sera de 115% pour les plus-values, 95% pour les intérêts et 71% pour les dividendes. Voir Réforme fiscale Hollande : les gagnants et les perdants


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une