La mygale géante du Chili, l'animal de compagnie exotique vendu dans le monde entier

Relax News le lundi 3 juin 2013 à 18:04:00

La mygale géante du Chili, l'animal de compagnie exotique vendu dans le monde entier


(AFP) - Elle est docile, frugale et n'a pas besoin de promenade: la mygale rose du Chili, une araignée géante, est devenue le dernier animal de compagnie exotique à la mode et s'exporte comme des petits pains dans le monde entier.

Dans sa ferme de Batugo, une soixantaine de kilomètres au nord de Santiago, Juan Pablo Orellana, un agronome fanatique de documentaires animaliers recueille et élève ces "araignées poussin" ("aranas pollitos" au Chili), une sorte de tarentule géante trapue et velue, mais inoffensive malgré sa quinzaine de centimètres de diamètre.
Pour un prix modique de 25 dollars et une alimentation économique composée essentiellement de cafards et de vers de terre vivants une fois par semaine, la mygale du Chili peut devenir un animal de compagnie à la portée de tous et pour longtemps, la femelle pouvant vivre jusqu'à 25 ans.
"Tout le monde ne peut pas s'occuper d'un chien ou d'un chat. Les mygales sont plus économiques et n'ont pas besoin d'attention constante. Aujourd'hui le monde a changé et avec les nouvelles technologies et la télévision, les gens découvrent ce type d'animaux exotiques et veulent en avoir à la maison", explique à l'AFP le vétérinaire Juan Gonzalez.
Chaque année, la ferme Orellana exporte quelque 30.000 mygales, qui sont transportées en avion dans de petites boîtes spéciales et munies d'un certificat officiel.
"Le plus fascinant pour moi est de partir à la découverte de nouvelles espèces d'araignées", confie Orellana à l'AFP.
Il précise qu'au Chili, seulement 11 espèces de mygales ont été répertoriées scientifiquement, bien que lui en ait capturé une vingtaine de variétés, dont certaines à abdomen rouge, d'autres rayées, ou de couleur cuivrée ou rose, plus ou moins velues.
Après des études d'agronomie, Orellana, dont la maison était déjà remplie d'araignées qu'il vendait avec succès sur internet, a décidé d'en faire son métier et de créer la compagnie "Andespiders", dans laquelle travaille presque toute sa famille.Le personnel de la ferme d'élevage d'araignées, désormais éloignée de la maison, est essentiellement féminin.
"Nous avons besoin de beaucoup de main d'oeuvre très spécialisée et je préfère travailler avec les femmes, car les araignées sont très fragiles et si on leur casse une patte ou les laisse tomber, elles peuvent mourir", indique Orellana.
Le processus d'élevage doit se dérouler avec précaution, compter avec une alimentation à base de grillons ou de vers et veiller à maintenir les araignées séparées.
"Pour parvenir à une taille commerciale, il faut de deux ans et demi à trois ans, donc ce n'est pas rentable d'investir dans des espèces moins rares qui se vendent bon marché", explique-t-il.
"Les araignées doivent vivre seules, elles ont ça dans leur ADN, elles ne peuvent même pas vivre en couple. Quand elles sont jeunes, elles commencent à se disputer et il faut les séparer pour éviter tout cannibalisme", indique le vétérinaire González, qui conseille Orellana.
Le gros des exportations se fait vers les États-Unis, plus intéressés par le volume que la variété, les clients étant généralement des "grossistes".
Les clients européens sont plus spécialisés et demandent moins de quantité d'araignées, mais davantage de variétés.
Récemment, Orellana a également fourni en araignées le Département de Technologie Médicale de l'Université d'Antofagasta (nord), qui fait des recherches sur les propriétés anti-cancérigènes et antibactériennes du venin d'araignées et de scorpions.
Vêtues de blouses blanches, portant masques et gants de latex, deux employées de la ferme s'activent à préparer un colis de 3.000 araignées en partance pour l'Allemagne et de nouveaux maîtres.
Une araignée pourtant n'est pas à vendre: il s'agit de "Rufina", une énorme bête velue couleur café et grande comme la paume de la main, le précieux cadeau qu'Orellana a fait à son épouse lorsqu'ils se sont fiancés.

rt/ms/hdz/tj


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une