Tesco va scanner ses clients aux caisses à des fins de publicité

Relax News le lundi 4 novembre 2013 à 15:03:00

Tesco va scanner ses clients aux caisses à des fins de publicité


(AFP) - Le géant britannique de la distribution Tesco s'apprête à installer aux caisses de ses 450 stations-service des écrans permettant de scanner les clients dans la queue pour mieux les bombarder de publicités.

Le système, installé près des caisses, consiste en un écran plat disposant de petits capteurs qui scannent le visage des clients pour déterminer leur catégorie d'âge et leur sexe. L'écran diffuse ensuite en temps réel des publicités personnalisées susceptibles d'intéresser la ou les personnes visées et les inciter à l'achat.
La technologie prend également en compte l'heure de la journée, pour proposer par exemple une boisson énergisante le matin. Elle mesure le temps passé par les clients à regarder la publicité et vérifie ce qu'ils auront acheté au final.
"Ce réseau numérique en temps réel va produire un contenu attrayant et dynamique à un public de plus de cinq millions d'adultes par semaine", s'enthousiasme Simon Sugar, le président d'Amscreen, l'agence spécialisée dans le marketing numérique qui fournit cet authentique rêve de publicitaire.
"Oui on dirait que ça sort tout droit de Minority Report", ajoute-t-il dans une interview au magazine spécialisé The Grocer, en référence à ce film de science-fiction où l'acteur Tom Cruise est assailli de publicités faites sur mesure.
Pour Tesco, ces écrans offre une "manière innovante pour enrichir l'expérience de shopping des clients", comme l'a souligné la marque dans un communiqué.
"D'autres distributeurs utilisent déjà cette technologie et les écrans ne servent pas à identifier les personnes, mais seulement à les classer dans l'une des trois catégories d'âge et à déterminer si c'est un homme ou une femme. De plus aucune image n'est enregistrée", a précisé une porte-parole lundi à l'AFP.
Pour les associations de protection de la vie privée, le déploiement de tels appareils sans autorisation des clients pose néanmoins un "énorme problème de consentement" selon les mots de Nick Pickles, directeur de "Big Brother Watch".
"Si les gens savaient qu'une caméra tente de savoir qui ils sont à chaque fois qu'ils entrent dans un supermarché, une clinique ou un cabinet d'avocats, cela aurait un énorme impact sur les endroits qu'ils fréquenteraient", a-t-il estimé.
Après Tesco, la société Amscreen cherche en effet à conquérir "le plus grand nombre de supermarchés possible", selon son président, mais aussi à installer ses écrans dans les hôpitaux, les aéroports, les gares ou les banques.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une