La suppression de l'APL accession touche les emprunteurs modestes

ActuSite le lundi 27 octobre 2014 à 00:00:00

La suppression de l'APL accession touche les emprunteurs modestes

Actuellement, l'APL est accordée à tous les emprunteurs qui deviennent propriétaires via un Prêt conventionné (PC) ou un Prêt Accession Sociale (PAS), prêt accordé sous conditions de revenus, sur des durées allant jusqu'à 30 ans et permettant également de bénéficier de frais de dossiers et de garanties réduits.

« L'APL est une aide très efficace car elle est directement versée à la banque prêteuse et vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l'emprunteur jusqu'à 30% dans certains cas. Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permet donc à des ménages dont l'endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire » explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.com.

Mais le projet de loi de finances 2015 prévoit cette modification : l'APL accession qui ne devrait être versée à l'avenir qu'en cas de baisse de 30 % de revenus et non systématiquement à la mise en place du crédit.

Exemple : Un couple avec 3 enfants ayant des revenus nets de 20 000 \u20ac par an, achetant un bien ancien à Lyon (zone A) avec un prêt à l'accession sociale pour une mensualité de 700 \u20ac peut prétendre actuellement à 196 \u20ac d'APL par mois, réduisant sa mensualité à 504 \u20ac et son taux d'endettement à 30 %.

Sans l'APL, le couple devrait verser une mensualité de 700 \u20ac ce qui ferait grimper son taux d'endettement à 42 %, rendant le projet non finançable.

« 50 % de nos clients ont des revenus inférieurs à 25 000 nets annuels et sont donc potentiellement éligibles aux APL. En 2014, entre 10 et 15 % des prêts que nous avons financés donnent droit aux APL. La suppression de celles-ci risque d'avoir un impact très négatif sur les primo-accédants dont beaucoup se sont déjà retirés du marché. D'un côté le gouvernement élargit le prêt à taux zéro dans le neuf et le réhabilite dans l'ancien en zone rural, et de l'autre il supprime les APL qui ont un véritable impact sur l'endettement des ménages et donc sur leur capacité à devenir propriétaire. C'est donner d'un côté pour reprendre de l'autre. A un moment où le marché commence à reprendre des couleurs ce type de mesure pourrait casser la dynamique enclenchée et donner un nouveau coup de frein au marché immobilier » conclut Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.com.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une