Les Sofica pour réduire vos impôts

ActuSite le vendredi 7 novembre 2014 à 00:00:00

Les Sofica pour réduire vos impôts

Mises en place en 1985, les Sofica sont des sociétés d'investissement autorisées à collecter, en échange d'un avantage fiscal, des fonds privés destinés à financer l'industrie cinématographique et audiovisuelle française, en particulier la production indépendante des grands studios.

Les particuliers qui investissent dans ces Sofica, le plus souvent par le biais de gestionnaires de fortune, bénéficient d'un avantage fiscal non négligeable : 30% ou 36% du montant investi - selon le type d'engagement pris par la Sofica -, dans la limite de 6.480 euros. A deux conditions toutefois : que la Sofica bénéficie de l'agrément du CNC, accordé après une analyse menée en concertation avec l'administration fiscale, et que les investisseurs conservent les titres pendant au moins 5 ans.

Même enveloppe qu'en 2012 et 2013

Le CNC publie ainsi chaque année, à la fin octobre, la liste des Sofica agréées. Elles étaient au nombre de 10 Sofica l'an passé. Cette année, elles sont 12 et pourront collecter une enveloppe globale de 63,07 millions d'euros, la même somme qu'en 2012 et 2013, répartie « sur la base des engagements pris par les Sofica et, pour les Sofica déjà actives, au regard du bilan des investissements réalisés et des collectes assurées les années précédentes », explique le CNC. Voici cette liste :
* A Plus Image 6 (4,9 millions d'euros)
* B Media 2014 (5,5 millions d'euros)
* Cinémage 10 (9,8 millions d'euros)
* Cinéventure (3 millions d'euros)
* Cofimage 27 (3 millions d'euros)
* Cofinova 12 (7,3 millions d'euros)
* Indefilms 4 (4,5 millions d'euros)
* La Banque Postale Image 9 (5,9 millions d'euros)
* Manon 6 (4,27 millions d'euros)
* Palatine Etoile 13 (4,9 millions d'euros)
* Soficinéma 12 (4 millions d'euros)
* SofiTVciné 3 (6 millions d'euros)

Ces 12 Sofica ont jusqu'au 31 décembre 2014 pour collecter les sommes qui leur sont allouées, en faisant profiter les particuliers de l'avantage fiscal. Il s'agit toutefois d'un placement réservé à des investisseurs avertis : son rendement est en effet très aléatoire, sans garantie de récupérer le capital investi. L'argent collecté servira en 2015 à financer l'industrie cinématographique, en étant investi directement dans le budget des films ou dans le capital de sociétés de production.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une