Impôts : Les Français crient à l'extorsion de fonds

ActuSite le lundi 8 décembre 2014 à 00:00:00

Impôts : Les Français crient à l'extorsion de fonds

Recevoir un avis d'imposition dans sa boîte aux lettres n'a jamais été une agréable surprise. Comme le souligne Finsquare, « la société française a de longue date consenti à un impôt élevé, contrepartie de services publics de qualité et d'une redistribution des richesses ». Il semblerait néanmoins que « dans un climat économique qui ne cesse de se dégrader, ce pacte social et fiscal est aujourd'hui ébranlé ».

Un argent mal utilisé

Les résultats de ce sondage mettent principalement en exergue la mauvaise image qu'ont les Français de la manière dont est dépensé l'argent public. Le chiffre est spectaculaire : 84% de la population estimerait que les pouvoirs publics « gaspillent l'argent des impôts ». Dans la même idée, 76% considéreraient que « l'argent des impôts est mal redistribué » et 37% affirment quant à eux qu'il s'agit tout simplement d'une « extorsion de fonds ».

Dans ce cadre, les Français souhaiteraient avoir davantage le contrôle de l'argent qui leur est prélevé. Ainsi, 73% « préféraient choisir eux-mêmes comment est affecté l'argent des impôts ». Un chiffre étonnement élevé puisque le choix de la destination des impôts a toujours été une prérogative des pouvoirs publics et non des citoyens à l'échelle individuelle.

Davantage d'individualisme ?

Si les résultats de ce sondage semblent révéler une chose, c'est le glissement tangible de la société vers davantage d'individualisme. Finsquare souligne ainsi que « près de la moitié des Français ne considère plus les impôts comme un acte solidaire ». Avec un tiers des sondés considérant l'impôt comme une extorsion de fonds, la redistribution des richesses ne semble plus convaincre tout le monde.

Pourtant, un autre chiffre obtenu par OpinionWay retient l'attention. Interrogés sur la destination que devraient avoir les fonds prélevés par les impôts, 56% des sondés ont répondu qu'ils « aimeraient pouvoir soutenir financièrement des entreprises locales ». Ainsi, Finsquare souligne dans une optique positive que ces chiffres traduisent une « aspiration à des formes directes, collaboratives et locales de solidarité » de la part des Français. De quoi garder une touche d'optimiste sur l'envie d'entraide de la société française.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une