Pourquoi le crédit renouvelable perd du terrain

ActuSite le lundi 22 décembre 2014 à 00:00:00

Pourquoi le crédit renouvelable perd du terrain

Conséquence des dispositions de la loi Chatel de 2005 renforçant la protection du consommateur et de la loi Lagarde de 2010 sur le crédit, l'Association française des sociétés financières (ASF) constate, dans une récente note, une baisse significative du crédit renouvelable en France. Le nombre d'ouvertures annuelles de crédits renouvelables était, en mars 2014, en données cumulées sur douze mois inférieur de 16 % à celui de l'année 2010. Le nombre de fermetures de comptes s'est fortement accru : après un pic en mars 2012, avec 7 millions de résiliations sur douze mois, soit + 60 % par rapport à 2010, il était, au premier trimestre 2014, supérieur de 30 % au niveau de 2010. Au total, le parc de comptes s'est contracté de près de 10 millions d'unités, soit un recul proche de - 30 %, la part du crédit renouvelable dans la production totale de crédits à la consommation est passée de 40 % en 2009 à 31 % début 2014, et la part de l'encours est passée de 31 % fin 2010 à 24 %.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire

Dossier à la une