Résidence principale, plus-value et divorce

Septembre 2016

Des conjoints séparés ou divorcés peuvent être amenés à vendre l'ancien logement familial alors même que celui-ci ne constitue plus leur résidence principale pour des raisons évidentes liées à la séparation.

L'administration fiscale admet que cette vente soit exonérée d'impôt sur les plus-values immobilières dès lors qu'elle intervient dans les douze mois qui suivent la séparation. Cette tolérance a été étendue aux couples de concubins, pacsés ou non, par l'instruction du 24 juillet 2007.

Voir aussi Plus-values : délai de revente de la résidence principale


A voir également :

Ce document intitulé « Résidence principale, plus-value et divorce » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Dossier à la une