L'assurance-vie - Guide pratique

Décembre 2017

L'assurance-vie est un des placements préférés des Français, notamment en raison de ses avantages fiscaux. Mais ces derniers ne sont pas le seul intérêt de l'assurance-vie, qui est aussi à la fois un moyen de placement et un outil de transmission patrimoniale.

Mode d'emploi pour bien comprendre comment fonctionne une assurance-vie et quelques conseils à lire avant de choisir son contrat.


Placement

Pour beaucoup de Français, l'assurance-vie constitue d'abord un placement financier, dont les règles de fonctionnement sont relativement souples.

Lorsque vous souscrivez une assurance-vie, vous êtes libre de choisir votre support d'investissement : vous pouvez ainsi souscrire un contrat en euros, un contrat en unité de compte (actions...) ou un contrat multisupport (avec à la fois des placements en euros et des placements en unités de compte, voir ainsi les avantages des contrats multisupports).

Si vous souscrivez un contrat en euros, les sommes que vous versez seront garanties et majorées des intérêts prévus au sein du contrat. Certes, les rendements des contrats en euros ont considérablement baissé ces dernières années, mais ils rapportent bien davantage que des produits monétaires, tout en étant aussi sécurisés.

Et surtout, les contrats d'assurance-vie autorisent une palette de supports bien plus large que le Plan d'Epargne en Actions, dont sont exclus les placements obligataires, les fonds à formules, les placements dans les pays émergents, etc.

L'assurance-vie peut donc être un support intéressant, à condition de bien choisir son contrat. Vous devrez à la fois tenir compte des performances et des différents frais appliqués. Pour bien comprendre les différents critères à prendre en compte, voir contrat d'assurance-vie : frais et performances.

Notre vidéo

Les conseils d'Eric Roig, directeur-fondateur de droit-finances.net


Succession

A plus long terme, l'assurance-vie peut aussi représenter un support patrimonial qui va bien au-delà du simple placement. Il permet en effet d'optimiser la transmission de son patrimoine, notamment en utilisant les possibilités offertes par le démembrement de la clause bénéficiaire d'une assurance-vie. Ce contrat constitue un outil juridique de choix si vous souhaitez favoriser un héritier en particulier, l'assurance-vie n'étant pas soumise aux règles habituelles de partage de l'héritage. Voir ainsi comment avantager son conjoint et ses enfants avec l'assurance-vie.

Fiscalité

En principe, les produits d'une assurance-vie ne sont pas exonérés d'impôt (contrairement à ceux du Livret A et du LDD, dont le taux de rémunération est néanmoins très faible). Le contrat est soumis à un régime fiscal bien spécifique, tant sur le plan des revenus que sur celui des droits de succession. En cas de retrait, l'imposition du rachat total ou partiel d'une assurance-vie fait notamment l'objet de règles fiscales bien particulières.

En matière de succession, ce placement est soumis à des règles très favorables. L'exonération de l'assurance-vie en cas de succession peut ainsi présenter un intérêt financier considérable, mais sachez que cet avantage n'est pas systématique et se trouve limité à certains montants, voir ainsi les droits des succession sur l'assurance-vie.


Publié par ericRg.
Ce document intitulé « L'assurance-vie - Guide pratique » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une