Camping-car - Stationnement et réglementation

Novembre 2017


Autorisation

Le stationnement des camping-cars est autorisé sur le domaine public, dans le respect des règles et des panneaux, dès lors qu'ils sont assimilés à des véhicules automobiles. Ce qui est le cas quand leur poids ne dépasse pas 3,5 T.

Dès lors qu'ils remplissent ces conditions, les camping-cars sont donc soumis aux mêmes règles que les voitures. Mais ce principe fait l'objet de plusieurs exceptions.

Zones touristiques

Dans certaines zones touristiques, le stationnement d'un camping-car, et plus généralement de tout véhicule de plus de 20 mètres carrés de surface, peut être considéré comme abusif et sanctionné par une contravention de quatrième classe. C'est par exemple le cas quand le véhicule est toujours stationné au même endroit, plus de deux heures après une contravention pour stationnement gênant.

Le stationnement abusif peut mener à l'immobilisation et à la mise en fourrière du camping-car ou du véhicule.

En ville

Pour des raisons de circulation ou de protection de l'environnement, les maires ou les préfets peuvent limiter le stationnement de certains véhicules (et notamment des camping-cars) par arrêté.

En outre, il faut rappeler que, sauf dans certaines zones spécifiques, le stationnement de tout véhicule (automobile, camion, ou campings-cars) est interdit plus de sept jours de suite au même endroit.

Les maires peuvent réduire cette durée, mais sans aller jusqu'à l'interdiction générale et absolue du stationnement des campings-cars sur le territoire de la commune.

Crédits photo : 123RF - photopips

A voir également


Publié par ericRg.
Ce document intitulé « Camping-car - Stationnement et réglementation » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une