Assurance vie-entière [Résolu]

daniel@51 1 Messages postés dimanche 23 avril 2017Date d'inscription 23 avril 2017 Dernière intervention - 23 avril 2017 à 16:40 - Dernière réponse : ginto5 7918 Messages postés mercredi 4 juin 2008Date d'inscription 12 décembre 2017 Dernière intervention
- 23 avril 2017 à 17:34
Bonjour,

Mon épouse et moi-même avons signés des contrats chez l'assureur AGF, repris depuis par Allianz. Le premier contrat a été signé en 1979, puis modifié en fonction de l'évolution familiale. Il s'agit d'un contrat assurance-vie entière. Celui-ci a été racheté en 1985 avec le solde versé sur un contrat d'assurance vie Retraite AGF en 1992. Le deuxième contrat est aussi un contrat assurance vie entière signé en 1994 et réduit en 1997.
Dans tous les cas de figure, lors de la signature des contrats, les conditions de rachat et de réduction ne nous ont été signifiées et nous n'avons jamais signées celles-ci.
Or, ces conditions s'avèrent catastrophiques pour nos finances: capital versé par l'assureur lors du rachat = montant des cotisations divisé par 4.

20 ans après, par rapport à une assurance vie classique, nous évaluons le préjudice à 60 000 euros.
L'assureur utilise comme argument le fait que nous avons bénéficié d'une assurance décès pendant la durée de vie du contrat. Mais le coût de celle-ci s'avère exorbitant, alors qu'une assurance décès quand on a 30 ans (notre âge à l'époque) est très faible (10 euros par mois aujourd'hui chez certaines mutuelles pour une couverture identique).

Nous estimons ne pas avoir bénéficier d'une information correcte et être victime d'une commercialisation des plus douteuses, sinon comment signer de tels contrats en pleine connaissance de cause.

J'ai envoyé un courrier à l'assureur qui se retranche derrière le temps passé. Je prépare un courrier au Médiateur de L'Assurance car l'assureur ne nous a pas informé en vertu du code des assurances L132.21.

Que pouvons espérer ? et quelle est la marche à suivre.

Merci de me répondre.
Afficher la suite 
1Messages postés dimanche 23 avril 2017Date d'inscription 23 avril 2017 Dernière intervention

1 réponse

Répondre au sujet
ginto5 7918 Messages postés mercredi 4 juin 2008Date d'inscription 12 décembre 2017 Dernière intervention - 23 avril 2017 à 17:34
0
Utile
Bonjour,

Ce type de contrat a, malheureusement pour celles et ceux qui l'ont souscrit, été commercialisé par bon nombre de compagnies d'assurance.

Les commerciaux faisaient miroiter le fait que vous bénéficiez d'une assurance décès et que vous touchiez un capital en cas de vie a l'échéance du contrat.

Par la suite, lors de la signature d'un tel contrat, il fallait que le souscripteur écrive, de sa main, un paragraphe type stipulant qu'il avait bien compris l'enjeu de ce type de contrat. Preuve s'il en était besoin, que le commercial avait bien expliqué les enjeux et les risques en capital.

Car, outre le fait d'être un contrat à double détente -décès et capital en cas de vie- ce type de contrat présentait le grand inconvénient d'être à frais précomptés, ce qui signifie que les primes versées pendant plusieurs années ne servaient :
-qu'à payer la police coouvrant le risque "décès"
- payer les frais de toute la durée du contrat, par exemple 3 % de frais pendant 20 ans = 60 % du capital versé qui partait en prélèvements !!!!

Ayant moi-mem fait un court passage dans une compagnie d'assurances commercialisant ce genre de produit, je fus "débarqué" car je refusais de faire signer ces contrats......

Je crains que, tout seul, vous n'arriviez pas à faire bouger les choses, il vous faudrait rejoindre une association regroupant les personnes dans votre cas, une action groupée ayant nettement plus de poids.

De plus, au vu des différents problèmes énumérés sur internet, Allianz n'est pas la compagnie la plus ouverte au dialogue avec ces clients......

Mais qui tente rien n'a rien....

Sachez que le médiateur répondra dans 3 mois et dans 90 % des cas que votre problème va être pris en considération.....puis plus rien.
Commenter la réponse de ginto5
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une