Signaler

Pénalité financière

Posez votre question bretagnelaurent 1Messages postés mercredi 11 octobre 2017Date d'inscription 11 octobre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 12 oct. 2017 à 10:47 par rosieres1
Bonjour ,
je me permet de vous contacter par rapport à un problème avec la législation de la CPAM . En quelques mots , après une séparation ou j étais conjointe collaboratrice non salariée , je me retrouve seule avec mon fils sans droit de chômage ni RSA ni sécurité sociale . Je ma dirige vers la CPAM , explique , fourni les documents demandés; je précise que j ai des revenus fonciers , fournie mon avis d'imposition qui est en décalage par rapport à leur formulaire à remplir .il m octroie la CMU et plusieurs après annule la décision ect.... et me demande 3200e de pénalité financière .
Mon RFR est en dessous du seuil mais il me réponde qu'il n en tienne pas compte mais uniquement les loyers brutes sans abattements .
Que dit la loi à ce sujet et que puis -je faire ?
Merci de me lire et de me répondre .
Cordialement
Utile
+0
plus moins
bonjour,

L' Article R861-4 du code de la sécurité sociale prévoit effectivement la prise en compte de l'ensemble des ressources y compris les avantages en nature et les revenus procurés par des biens mobiliers et immobiliers.
Concernant l'évaluation des éléments du train de vie, il faut vous reporter aux articles L861-2-1 et R861-15-1 ainsi qu'à la Circulaire DSS/2A no 2008-181 du 6 juin 2008 relative aux modalités d’application de la procédure d’évaluation des ressources selon les éléments de train de vie pour le bénéfice de certaines prestations sociales



Cordialement
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une